Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

Titre ingénieur - Ingénieur de l'Institut Supérieur d'Électronique de Paris (ISEP)

Active

N° de fiche
RNCP11479
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 7
Code(s) NSF :
  • 250n : Spécialités pluritechnologiques (conception)
  • 326 : Informatique, traitement de l'information, réseaux de transmission
Date d’échéance de l’enregistrement : 01-01-2024
Nom légal Nom commercial Site internet
Institut Supérieur d'Electronique (ISEP Paris) - http://www.isep.fr
Activités visées :

La certification délivrée – attestée par un titre d’ingénieur diplômé, conférant le grade de master – permet à son titulaire d’exercer des métiers d’ingénieur et d’évoluer en entreprise / organisme dans les contextes et les situations les plus variés.

La certification, soumise au contrôle de la CTI, reconnaît la capacité du titulaire à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, avec un réel niveau de responsabilité. La conception, la réalisation, la mise en œuvre et le maintien en condition opérationnelle des produits, des process et des systèmes dans des situations industrielles évolutives sont au cœur de l’activité de l’ingénieur. Les aptitudes de l’ingénieur diplômé se fondent sur un ensemble de connaissances scientifiques, techniques, économiques, sociales et humaines, permettant de retracer des perspectives innovantes au sein des entreprises.

Compétences attestées :

La certification repose sur l’acquisition d’une série de compétences classées en deux catégories : spécialisées et transverses. Cela garantit à l’ingénieur diplômé d’agir dans des situations complexes mettant en œuvre les technologies de l’information et de la communication (TIC), ce en mobilisant de multiples ressources (savoir et savoir faire scientifiques, techniques et de management, mais aussi d’autres ressources à caractère conatif exprimant son savoir être et devenir au sein d’une équipe).

Chaque compétence du référentiel est assortie de critères –constituant des éléments de compétence – qui en permettent l’observation et l’évaluation.

 

Les compétences spécialisées

5.2.1 « Savoir résoudre des problèmes scientifiques et techniques pluridisciplinaires sous contraintes dans le domaine des TIC » :

- Analyse du problème posé et prise en compte des contraintes :

  • Description interprétative et délimitation des champs disciplinaires du problème.
  • Description théorique par référence aux éléments explicatifs des champs disciplinaires.
  • Analyse exploratoire délimitant l’espace de résolution eu égard aux contraintes.

- Modélisation du problème et traitement formel :

  • Mise en œuvre d’une heuristique de décomposition du problème.
  • Précision des ressources utiles à la résolution.
  • Planification de la résolution et affinements successifs.
  • Recherche de solutions adaptées.

- Evaluation des solutions :

  • Etablir des critères de choix complets et cohérents.
  • Faire preuve de créativité et d’innovation.
  • Faire preuve d’esprit critique : remettre en cause, au besoin, des contraintes ou des normes.
  • Opter pour une solution optimisée.

5.2.2  «Savoir concevoir des objets technologiques logiciels ou matériels  à  fonctionnement sûr et normalisé » :

- Maîtriser les phases de conception :

  • Déterminer l’échelle à laquelle se situe la conception dans le cadre des architectures spécifiques aux différents domaines des TIC (CI, Blocs mémoire, Carte …, en Electronique ; Algorithme, Module d’un programme … en Informatique).
  • Maîtriser les conditions et lois de passage d’une échelle à l’autre.
  • Déterminer et mettre en œuvre des procédés et outils de conception (Electronique : simulation du comportement du système ou du composant, automatisation de la conception …, intégration).
  • Spécifier les conditions de fonctionnement en mode test. Réaliser des tests modulaires et d’intégration.
  • Valider la conception.

- Maîtriser la gestion du processus de réalisation ou de développement.

- Assurer la qualité et la sûreté d’un système (disponibilité, fiabilité, maintenabilité, sécurité, confidentialité – intégrité) :

  • Analyser le mode de fonctionnement du système ainsi que ses dysfonctionnements.
  • Modéliser le mode de fonctionnement et les défaillances d’un système et de ses constituants.
  • Appliquer des approches quantitatives adaptées fournissant des indicateurs ou des mesures qui caractérisent la sûreté de fonctionnement et qui permettent de gérer les risques.
  • Tenir compte de l’ensemble des normes en vigueur notamment celles liées à l’environnement.

5.2.3  « savoir agir en mode projet » :

- Maîtriser le schéma global du projet : les différentes entités et les rapports entre elles.

- Savoir agir en maître d’ouvrage :

  • Formalisation générale des besoins que le projet doit satisfaire.
  • Spécification fonctionnelle des besoins en rapport avec les utilisateurs finaux : « modèle métier ».
  • Appréciation de la faisabilité technique du projet.
  • Conduite de projet : Etablir et mettre en œuvre une méthode de conduite ; coordonner les tâches et l’ensemble des acteurs par souci d’efficacité et d’optimisation des coûts du projet ; veiller à la bonne formation des utilisateurs.

- Savoir agir en maître d’œuvre :

  • Spécification détaillée des besoins : passer du « modèle métier » au « modèle d’analyse ».
  • Spécifications techniques des besoins : base des développements et des réalisations du projet.
  • Faire des choix techniques optimisés et adaptés.
  • Maîtrise du projet : Délimiter son périmètre et le décomposer en lots avec une chronologie cohérente respectant les délais ; évaluer et exploiter efficacement les ressources; estimer les risques, leur impact sur l’avancement du projet et en référer à la maîtrise d’ouvrage.

 

5.2.4 « Comprendre les méthodes de recherche et savoir les appliquer à des problématiques posées dans les domaines des TIC » :

  • Maîtriser la recherche bibliographique sur un sujet donné et décrire l’état de l’art correspondant.
  • Procéder à une analyse critique de travaux de recherche.
  • Expérimenter des méthodes spécifiques au sujet posé.
  • Produire des résultats constituant une valeur ajoutée à l’intelligence du sujet posé.

Les compétences transverses

5.2.5 « Savoir agir en acteur dynamique et efficace dans un groupe » :

  • Travailler en équipe, en réseau, et dans un environnement culturellement diversifié
  • Animer une équipe, la motiver et la faire évoluer
  • Gérer les conflits, la diversité et les différences
  • Etre force de proposition.

5.2.6 « Savoir agir en bon communicant dans un environnement scientifique et technique ouvert à l’international » :

  • Ecouter et se faire écouter
  • Mener un dialogue, argumenter et convaincre
  • Communiquer dans plusieurs langues
  • Documenter de façon efficace et facilement exploitable, quel que soit le public visé, les activités accomplies ou les produits réalisés
  • Avoir une approche communicative adaptée aux situations envisagées, transparente et efficace pour ses collaborateurs.

5.2.7 « Savoir agir en professionnel responsable soucieux des enjeux stratégiques » :

  • Se représenter la complexité de l’entreprise et de son environnement et agir en conséquence
  • Gérer les aspects sociétaux liés à la production et à la conception des objets technologiques
  • Faire preuve de rigueur, agir avec probité professionnelle et honnêteté intellectuelle
  • Faire preuve d’autonomie
  • Faire preuve d’esprit critique
  • Se soucier de diffuser le savoir technique et scientifique
  • S’intéresser aux résultats de la recherche dans les domaines liés à son métier
  • Veiller au développement de ses propres compétences.
  • Etre sensible au développement durable
  • Procéder d’une certaine éthique

5.2.8 « Agir en entrepreneur » :

  • Savoir évaluer le caractère novateur d’une idée dont on est porteur
  • Savoir apprécier sa faisabilité technique
  • Savoir établir un business plan
  • Savoir traiter avec des capital-risqueurs
  • Savoir négocier et conclure des partenariats.
Modalités d'évaluation :
Secteurs d’activités :

Le caractère invasif des TIC dans l’économie moderne « dite de la connaissance et du numérique » fait que l’ingénieur formé peut se retrouver dans la plupart des secteurs d’activités. En voici les plus fréquents :

  • Matériels informatiques et électroniques
  • Transport et communication
  • Construction automobile, aéronautique, matériel de transport
  • Banque et assurance
  • Services informatiques (SSII), Editeurs de logiciels
  • Télécommunications : systèmes et services
  • Services ingénieries et Etudes techniques
Type d'emplois accessibles :

Les compétences acquises par l’ingénieur formé lui permettent d’occuper des fonctions à haute responsabilité dans les domaines techniques mais aussi de management et à caractère commercial :

  • Administration, gestion direction
  • Recherche et développement
  • Ingénieur études
  • Ingénieur conseil
  • Architecte système d’information
  • Ingénieur marketing ou technico-commercial
  • Ingénieur qualité ou sécurité
  • Enseignement et recherche
  • Management de projet ou de programme
Code(s) ROME :
  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel
  • H1402 - Management et ingénierie méthodes et industrialisation
  • M1803 - Direction des systèmes d''information
  • M1804 - Études et développement de réseaux de télécoms
Références juridiques des règlementations d’activité :
Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :


Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

Un Président, personnalité extérieure à l'ISEP

Le Directeur général ou son adjoint

Le Directeur de l'enseignement

Des enseignants-chercheurs responsables de parcours

Un représentant des relations internationales

Des enseignants de 3e année

En contrat d’apprentissage X

Un Président, personnalité extérieure à l'ISEP

Le Directeur général ou son adjoint

Le Directeur de l'enseignement

Des enseignants-chercheurs responsables de parcours

Un représentant des relations internationales

Des enseignants de 3e année

Des maîtres d'apprentissage et des tuteurs

Après un parcours de formation continue X

Non

En contrat de professionnalisation X

Non

Par candidature individuelle X

Non

Par expérience X

Le Directeur général ou son adjoint

Le Directeur de l'enseignement

3 Professeurs de l'école et 2 professionnels

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Décret du Ministère de l'Education Nationale N°1750 du 22 février 1956

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Décision de la CTI en date du 11 décembre 1959, publié au JO du 20 mai 1960

Dernière habilitation de la CTI (DES A 13/n° 060476) : 6 ans à compter de la rentrée universitaire 2006

Référence autres (passerelles...) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
Date du premier Journal Officiel ou Bulletin Officiel :
Statistiques :
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Fiche au format antérieur au 01/01/2019
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet