Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

MASTER - Sciences et Technologie de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement

Inactive

N° de fiche
RNCP23742
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 7
Code(s) NSF :
  • 113 : Sciences naturelles, biologie-géologie
  • 343 : Nettoyage, assainissement, protection de l'environnement
  • 118 : Sciences de la vie
Date d’échéance de l’enregistrement : 31-01-2020
Nom légal Nom commercial Site internet
Université Paris-Est Créteil Val-De-Marne - http://www.u-pec.fr
Activités visées :

Pour répondre aux défis démographiques et environnementaux du XXIème siècle, la gestion des ressources vivantes ou Bioressources - végétales, animales et microbiologiques - dans le monde, impose aux chercheurs et aux professionnels des efforts d’analyses, de compréhension, d’évaluation, de propositions et d’actions raisonnées.

Trois parcours :

Ingénierie Biologique pour l’Environnement - IBE :

L’enseignement proposé est pluridisciplinaire et conduit à l’acquisition et à la maîtrise des principes directeurs scientifiques et techniques de l’écologie, la biologie - y compris les perspectives offertes par les biotechnologies, la géographie, la climatologie, l’hydrologie et la pédologie qui orientent la politique de gestion, de réhabilitation, de valorisation et d’aménagement des écosystèmes continentaux ainsi que les bases de l’économie, des certifications et de la gestion d’entreprise.

Cette formation donne aux étudiants :

- la capacité d’établir des diagnostics ;

- de proposer des solutions, avec le souci majeur d’exploiter durablement l’écosystème ;

- de réhabiliter, de conserver voire de valoriser les potentialités du patrimoine des bioressources ;

Les enseignements visent à former les nouvelles générations de scientifiques gestionnaires de l’environnement ayant une vision systémique du fonctionnement des écosystèmes et de la biosphère, avec une spécialisation sur les technologies biologiques pour l’environnement.

Analyse des Risques Sanitaires liées à l’Alimentation - ARSA :

Les étudiants acquièrent une formation solide en : sciences alimentaires, sécurité chimique et biologique des aliments, microbiologie et biotechnologies, en réglementation et législation, biochimie et techniques analytiques, gestion / marketing et statistiques.

Cet enseignement pluridisciplinaire permet à l’étudiant de connaître toutes les étapes de la chaîne alimentaire. C’est sur ces connaissances que s’appuient la formation et la réglementation nécessaires à une réelle politique de prévention. L’analyse des risques a trois composantes : évaluation scientifique des risques, gestion des risques et communication à propos des risques.

Les étudiants posséderont les connaissances nécessaires pour comprendre les processus décisionnels lors des campagnes de communication ou de mise en place des réglementations nationale ou internationale. Ils disposeront également des outils permettant d’appréhender les problèmes de sécurité et les risques avérés et potentiels, de les prévenir ou de les réduire à un niveau acceptable.

Biologie intégrative - OMICs :

Le parcours OMICs a pour but de former des professionnels de niveau ingénieur, polyvalents capables d’appliquer et de gérer l'utilisation des technologies à haut débit pour répondre aux défis futurs en santé et environnement tels que le développement de nouvelles stratégies de diagnostic que ce soit en santé humaine ou pour évaluer la réponse des organismes aux changements environnementaux. Les personnes formées sont destinées à travailler dans les secteurs de la recherche et du développement dans les organismes et entreprises publics ou privés touchant aux technologies "omiques" (génomique, transcriptomique, protéomique, métabolomique, lipidomique et glycomique). Elles seront capables :

- d’appliquer et gérer l'utilisation des technologies à haut débit,

- d'aider à l'implantation et l'évolution des plateformes à haut débit dans des environnements industriels et académiques,

- d'utiliser ces technologies “omiques” avec une approche transdisciplinaire.

Compétences attestées :

Compétences transversales aux trois parcours :

- mettre en pratique les connaissances scientifiques et techniques acquises, pour choisir, mettre au point et conduire les expérimentations nécessaires à la réalisation d’un projet professionnel ;

- appliquer les bonnes pratiques de laboratoire (BPL) et /ou de l’entreprise ;

- développer un esprit d'analyse critique par rapport aux résultats obtenus ;

- d'organiser son travail afin de finaliser, dans les délais impartis, l'étude confiée ;

- travailler en équipe et de savoir communiquer sur son activité ;

- lire, écrire et s’exprimer en anglais, en vue d’une certification européenne.

Compétences spécifiques de chaque parcours :

IBE : 

A l’issue du diplôme, les étudiants sont en capacité :

- de travailler à l'approche des interfaces entre les systèmes techniques et les systèmes socioéconomiques et seront ouverts aux dialogues pluridisciplinaires ;

- d’effectuer les analyses pratiques et techniques en laboratoire de biochimie, biotechnologie, hydrologie et pédologie ;

- de réaliser un bilan hydrique, un bilan carbone, une analyse énergétique d’un système ;

- d’effectuer une évaluation de la biodiversité d’un site pour l’ensemble des taxons (systématique végétale et animale, outils moléculaires) ;

- d’utiliser les techniques opératoires des statistiques, des systèmes d’informations géographiques (SIG) ;

- de replacer l’état actuel des écosystèmes et de la biodiversité dans une perspective dynamique, qui permettra de garantir la durabilité des solutions d’ingénierie proposées ;

- d’intégrer les différentes contraintes qui s’imposent dans la gestion des écosystèmes, par exemple la maximisation d’une fonction (e.g. la production en agriculture) versus la multifonctionnalité (stockage de C, régulation des inondations, régulation des maladies…), ou l’uniformisation versus la conservation de la diversité et du potentiel adaptatif qu’elle confère à un système.

ARSA : 

A l’issue du diplôme, les étudiants sont en capacité :

- d’analyser des biocontaminants, épidémiologie des maladies infectieuses d’origine alimentaire

- d’effectuer de la microbiologie prévisionnelle et de la physiologie microbienne

- de modéliser mathématiquement : appréciation quantitative des risques

OMICs :

Les personnes sont formées pour développer, gérer et mettre en oeuvre des approches intégrées des technologies “omiques” en vue de leurs applications dans le contexte de la recherche biomédicale, dans l’industrie pharmaceutique, en biotechnologie, dans la gestion des écosystèmes et les analyses de risques toxicologiques en environnement.

Pour ce faire, les étudiants :

- sont formés à une utilisation multidisciplinaire de l'ensemble des technologies "omiques" depuis la collecte des données jusqu'à leur interprétation statistique en vue d'étudier des systèmes biologiques complexes depuis l'écosystème jusqu'à l'organisme ;

- sont initiés aux différentes contraintes et aux tâches qui s’imposent dans la gestion des plateformes, et dans les différents métiers associés. 

Modalités d'évaluation :
Secteurs d’activités :

IBE :  

- cadres dans les Fonctions publique et territoriale

- cadres dans le secteur privé : Agronomie/Foresterie - Industrie production agroalimentaire, pharmaceutique, cosmétologique - Ingénierie-R&D – bureaux d’études – ONG

ARSA

- cadres en sécurité des aliments et en analyse des risques, destinés à travailler dans les services qualité et les services contentieux des IAA,

- experts dans les secteurs privés ou publics de l'administration nationale, européenne voire internationale.

OMICs

- cadres dans la recherche et développement (R&D) des organismes et entreprises publics ou privés touchant aux technologies "omiques" - plateformes de service en technologies "omiques" privées et publiques - entreprises du domaine de la Santé, de la Biotechnologie et de l'Environnement

Type d'emplois accessibles :

Chef de projet,

Responsable d’unité R&D,

Assistant ingénieur,

Ingénieur d’étude dans la fonction publique,

Responsable qualité

Code(s) ROME :
  • A1303 - Ingénierie en agriculture et environnement naturel
  • H1502 - Management et ingénierie qualité industrielle
  • H1302 - Management et ingénierie Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriels
  • H1501 - Direction de laboratoire d''analyse industrielle
  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel
Références juridiques des règlementations d’activité :
Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :


Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

70% enseignants et 30% professionnels

Personnes ayant contribué aux enseignements (Loi n°84-52 du 26 janvier 1984 modifiée sur l’enseignement supérieur)

En contrat d’apprentissage X -
Après un parcours de formation continue X

Effectué en 1 an et incluant le 2ème semestre du M1 et le 1er semestre du M2 (de février à février)

70% enseignants et 30% professionnels

Personnes ayant contribué aux enseignements (Loi n°84-52 du 26 janvier 1984 modifiée sur l’enseignement supérieur)

En contrat de professionnalisation X -
Par candidature individuelle X

70% enseignants et 30% professionnels

Personnes ayant contribué aux enseignements (Loi n°84-52 du 26 janvier 1984 modifiée sur l’enseignement supérieur)

Par expérience X

- la Validation des Acquis Professionnels (VAP) qui permet un accès dérogatoire à une formation (décret n°85-9 06 du 23 août 1985).

Examen du dossier constitué des cursus de formation, professionnel et personnel par une commission pédagogique.

- la Validation des Acquis de l'Expérience (VAE) permettant d'obtenir tout ou partie d'un diplôme (loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002, décret n°2002-590 du 24 avril 2002)

Examen du dossier constitué des cursus de formation, professionnel et personnel et audition du candidat par un jury de validation.

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Arrêté ministériel du 16 juillet 2015 relatif aux habilitations de l’Université Paris XII à délivrer des diplômes nationaux

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Arrêté du 25 avril 2002 relatif au diplôme national de master publié au JO du 27 avril 2002

Arrêté ministériel du 16 juillet 2015 relatif aux habilitations de l’Université Paris XII à délivrer des diplômes nationaux

Référence autres (passerelles...) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
Date du premier Journal Officiel ou Bulletin Officiel :
Statistiques :
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Fiche au format antérieur au 01/01/2019
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet