Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

Zingueur-ferblantier (CTM)

Active

N° de fiche
RNCP34259
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 3
Code(s) NSF :
  • 232s : Exécution des ouvrages
Formacode(s) :
  • 22834 : matériau métallique
Taux d'insertion global moyen à 6 mois : 52%

Taux d'insertion moyen dans le(s) métier(s) visé(s) à 6 mois : 53%
Date d’échéance de l’enregistrement : 10-10-2024
Nom légal Nom commercial Site internet
ASSEMBLEE PERMANENTE CHAMBRES DE METIERS ET DE L ARTISANAT - https://www.artisanat.fr/
Objectifs et contexte de la certification :

Le zingueur-ferblantier est un ouvrier qualifié du bâtiment chargé de confectionner et de poser des éléments de zinguerie ferblanterie sur les toits de tout type, dans le respect de la règlementation en vigueur et des règles de sécurité, individuelles et collectives. Il trace et fabrique toutes sortes d’objets composés de métal en feuille (girouette, paratonnerre) et en réalise la pose.  

Activités visées :

Le Zingueur ferblantier fabrique et prépare en atelier des ouvrages et accessoires métalliques (en zinc, cuivre, etc.) qui participent à l’étanchéité des toitures et des façades ou à la décoration des bâtiments. Il est fréquemment associé au couvreur dont il est complémentaire. Le zingueur ferblantier façonne des feuilles de tôle ou de matière synthétique afin de fabriquer des chéneaux, des tuyaux, des éléments de ventilation, mais aussi des pièces de ferblanterie ornementale (girouettes, coqs d’église, etc).   

Il réalise la pose et l’assemblage sur le chantier des éléments ou pièces de zinguerie sur les façades et les toits par brasage, soudage, rivetage, agrafage ou clouage des plaques de tôle ou des pièces décoratives. Il intervient en neuf et en rénovation. Il effectue/participe à la mise en place des échafaudages et des dispositifs de sécurité individuels et collectifs.  Il applique les directives du chef d’entreprise en matière de qualité, d’hygiène, de sécurité et respecte les objectifs de l’entreprise sur les temps et les coûts des interventions. 

Il apporte aussi conseil et assistance au client.  Il est à même de contrôler les opérations effectuées, de les expliquer au client et d’en rendre compte au chef d’équipe, au chef d’entreprise. Il émet les pièces justificatives d’intervention et/ou participer à la clôture du chantier.  

Compétences attestées :

Les compétences attestées sont :

- Préparer en entreprise et sur chantier son intervention  

- Sécuriser l’intervention (des personnes, des lieux, des biens) 

- Procéder au nettoyage et/ou ramonage par l’ouverture de l’âtre ou par le toit 

- S’associer aux contrôles de fonctionnement des installations 

- Assurer la maintenance de toute installation  

- Clôturer le chantier 

- Organiser son travail dans le temps et dans l’espace et dans le respect des objectifs de production de l’entreprise - appréhender prendre en compte la notion de rentabilité 

- Intervenir au premier niveau d’une relation commerciale en anglais et/ou en allemand 

- Communiquer en interne et en externe sur son activité  

Modalités d'évaluation :

Modalités d’évaluation : 

1. Pratique professionnelle Mise en situation de travail reconstituée en centre d'examen.  

2. Évaluation des acquis professionnels Le candidat sera évalué à partir d’objectifs fixés en début de formation, prenant appui sur des situations professionnelles type et d’une grille d’évaluation.      

3. Étude de cas  L’épreuve consiste en une mise en situation professionnelle réalisée sur la base d’un dossier 

  

N° et intitulé du bloc Liste de compétences Modalités d'évaluation
RNCP34259BC01

Préparer en entreprise la fabrication d’éléments en tôle.

- Identifier le type d’intervention au regard de la fiche fournie par le donneur d’ordre (nature du chantier et de la construction, forme du toit, composition de l’équipe, etc) ;

- Exploiter les documents techniques fournis du chantier (plan, croquis) pour adapter les travaux de coupe, le matériel aux spécificités et contraintes de l’intervention ;

- Tracer le dessin de développement de la pièce de ferblanterie/zinguerie à réaliser dans le respect des mesures de l’ouvrage ;

- Participer au métré des ouvrages complexes sur plan ou sur chantier ; 

- Découper les tôles à la cisaille ou au moyen d’un outil numérique selon le dessin du développement réalisé ou existant ;

- Façonner les tôles : plier, replier, border, agrafer, braser, marteler et tendre la tôle pour fabriquer chéneaux, tuyaux, etc. 

- Pré-former les différents éléments de zinguerie et de ferblanterie conformément aux dessins et plans ;  

- Sélectionner, sous couvert du chef d’entreprise, l’outillage et le matériel nécessaires au chantier  (échafaudages, matériel de levage, protections) ;

- S’approvisionner en consommables dans le respect des consignes de gestion des stocks de l’entreprise et conformément à la fiche d’intervention ;

- Procéder ou participer au chargement de l’outillage, des matériels et matériaux dans le véhicule de transport vers le chantier dans le respect des consignes de sécurité et d’ergonomie.  

Le candidat doit, en situation reconstituée en centre d’examen, et dans un temps limité :  réaliser les travaux de zinguerie/ferblanterie demandé pour ce chantier particulier et organiser son travail en fonction du parc machines et de sa disponibilité et des matières premières mis à sa disposition.   

Exposé oral d’une situation de travail œuvré par le candidat à partir d’un dossier qu’il a rédigé.




RNCP34259BC02

Réaliser les travaux courants de Zinguerie-ferblanterie sur chantier

- Monter ou participer au montage des échafaudages en vue du travail en hauteur dans le respect de la réglementation ;

- Repérer in situ les emplacements de l’intervention, le chemin d’accès sécurisé ;

- Contrôler et repérer les anomalies de la toiture : contrôle des supports, écartement des lattes de toit, matériaux dangereux, etc. 

- Sécuriser ou participer à la sécurisation et à la protection des personnes et des biens (protection des toits, façades, bordure de fenêtre) ;

- Déposer les éléments existants endommagés et les trier en vue de leur évacuation, en respectant les consignes environnementales de l’entreprise (tri des déchets) ;

 -Assembler, souder les éléments de zinguerie ferblanterie de longueurs droites en plan et en élévation, tels les gouttières, chéneaux, couvertures métalliques à longues bandes, à tasseaux ou à joints debout, souche de cheminée droite, etc.  

 - Vérifier l’étanchéité des travaux réalisés et détecter les anomalies (percements, déchirures, etc.) en insistant sur les points vulnérables des toitures (zones de recouvrement, assemblage, calfeutrement) ;

- Alerter sa hiérarchie des éventuelles anomalies d’étanchéité détectées, issues de l’intervention ou non (fragilités constatées) ;

- Ôter les bâches, les protecteurs, contrôler la propreté de l’ouvrage, du site ;

- Procéder si nécessaire au nettoyage, à la réalisation de travaux de peinture pour remise en état du site ;

- Vérifier la présence de l’intégralité du matériel et le charger dans le véhicule de transport ;

 - Établir un relevé précis et exploitable par l’entreprise des matériaux utilisés et de la fiche de temps réel d’intervention pour les travaux de technicité courante ;

- Rédiger la fiche d’intervention de fin de travaux courants.  


 

Évaluation des acquis professionnels en entrepriseLe candidat est évalué en entreprise à partir d’objectifs fixés en début de formation, prenant appui sur des situations professionnelles type et au moyen d’une grille d’évaluation.  

RNCP34259BC03

Participer aux activités (hors production) d’une entreprise de zinguerie-ferblanterie

- Organiser son travail dans le temps, dans l’espace et dans le respect des objectifs de production de l’entreprise ;

- Évaluer le coût de réalisation de travaux de zinguerie ferblanterie en intégrant le prix des matériaux et le temps de travail nécessaire ;

- En cas de demande de travaux additionnels en cours d’intervention, formuler un avis de faisabilité, fournir un ordre de prix, un délai, indiquer la personne à contacter ;

- Expliquer au client l’intervention et lui indiquer l’avancée des travaux en français et/ou en langue étrangère ;

- Apporter un éclairage technique au client à sa demande dans la limite de ses compétences ;

- Conseiller/alerter le client sur les travaux ultérieurs à envisager au regard de l’état des lieux de la toiture et sur l’éventuelle urgence de ces derniers ;

- Rendre compte de son travail à son responsable, alerter sur les difficultés rencontrées ;

- Échanger des informations techniques et organisationnelles avec ses collègues.   

 Étude de cas Mise en situation professionnelle réalisée à partir d’un dossier comprenant : la présentation d’une situation d’entreprise de zinguerie/ferblanterie et des documents en usage dans la profession (fiches techniques, notice des fabricants, croquis, schémas, plans…)   

Le candidat doit : identifier, décoder et analyser les données et documents fournis et les replacer dans le contexte de l’entreprise décrite, effectuer les choix technologiques appropriés à la situation, mobiliser ses compétences en communication, gestion de base (approche d’un prix de vente,…) et langue vivante étrangère au regard de la problématique ou du projet de l’entreprise de zinguerie/ferblanterie  

Description des modalités d'acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par équivalence :

La délivrance de la certification repose sur un examen terminal qui intègre du contrôle continu et une série d’épreuves terminales. 

La certification Zingueur-ferblantier (CTM) est délivrée aux candidats ayant validé l'ensemble des blocs de compétences. 

Secteurs d’activités :

Le zingueur ferblantier exerce dans une entreprise du secteur du bâtiment ou des travaux publics, spécialisée en zinguerie-ferblanterie ou avec des compétences plus larges : entreprise de couverture, de plomberie-couverture ou tous corps d’état, en construction ou en rénovation. 

Les derniers chiffres de la profession font état de 18.801 entreprises (14.581 en réalisation de couvertures par éléments et 4.220 au titre des travaux d’étanchéité). Plus de 95% de ces entreprises ont moins de 20 salariés et appartiennent donc au secteur artisanal. Ces entreprises comptent 15.047 travailleurs non-salariés (TNS) et 41.613 salariés selon les derniers chiffres publiés par la CAPEB en 2017.  

Type d'emplois accessibles :

 Ouvrier qualifié en zinguerie ferblanterie 

Code(s) ROME :
  • F1610 - Pose et restauration de couvertures
Références juridiques des règlementations d’activité :

Loi du 5 juillet 1996 et décret du 2 avril 1998 relatif à la  qualification professionnelle exigée pour l’exercice de certaines  activités.
DTU 40.5 : travaux d’évacuation des eaux pluviales
DTU 40.46 travaux de couverture en plomb sur support continu (rare)
Code du travail :
Articles L.4121-1 à 5 (principes généraux de prévention)
Articles R.4534-85 à 94 (relatifs aux travaux sur toitures) 

Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :




Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

Le jury général est présidé par le président de la chambre de métiers et  de l’artisanat ou son représentant délivrant la certification.
Le jury général comprend des membres désignés par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat :
-  un membre désigné par l’organisation professionnelle représentative du secteur des métiers ;
-  l’Inspecteur d’Académie ou un conseiller de l’enseignement technologique ;
- un ou plusieurs formateurs de chambres de métiers et de l’artisanat ou  d’école de formation professionnelle chargé de la préparation au  Certificat technique des métiers désigné par le président de la chambre  de métiers et de l’artisanat ou par l’organisation professionnelle, si  elle organise seule la formation ;
-  le ou les présidents des jurys particuliers.

Le  jury particulier est présidé par un maître artisan ou son représentant  désigné par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat.
La  composition du jury particulier est déterminée par le président de la  chambre de métiers et de l’artisanat. Il comprend en plus de son  président :
- des formateurs chargés de la préparation au certificat technique des métiers ;
- des maîtres artisans choisis sur les listes présentées par les organisations professionnelles du métier ;
- des salariés de la profession, titulaires du Certificat technique des  métiers ou du Brevet de maitrise, choisis sur les listes présentées par  les organisations professionnelles du métier ;
- un conseiller de l’enseignement technologique. 

En contrat d’apprentissage X

Le jury général est présidé par le président de la chambre de métiers et  de l’artisanat ou son représentant délivrant la certification.
Le jury général comprend des membres désignés par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat :
-   un membre désigné par l’organisation professionnelle représentative du secteur des métiers ;
- l’Inspecteur d’Académie ou un conseiller de l’enseignement technologique ;
- un ou plusieurs formateurs de chambres de métiers et de l’artisanat ou  d’école de formation professionnelle chargé de la préparation au  Certificat technique des métiers désigné par le président de la chambre  de métiers et de l’artisanat ou par l’organisation professionnelle, si  elle organise seule la formation ;
- le ou les présidents des jurys particuliers.

Le  jury particulier est présidé par un maître artisan ou son représentant  désigné par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat.
La  composition du jury particulier est déterminée par le président de la  chambre de métiers et de l’artisanat. Il comprend en plus de son  président :
- des formateurs chargés de la préparation au certificat technique des métiers ;
- des maîtres artisans choisis sur les listes présentées par les organisations professionnelles du métier ;
- des salariés de la profession, titulaires du Certificat technique des  métiers ou du Brevet de maitrise, choisis sur les listes présentées par  les organisations professionnelles du métier ;
- un conseiller de l’enseignement technologique. 

Après un parcours de formation continue X

Le jury général est présidé par le président de la chambre de métiers et  de l’artisanat ou son représentant délivrant la certification.
Le jury général comprend des membres désignés par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat :
-  un membre désigné par l’organisation professionnelle représentative du secteur des métiers ;
- l’Inspecteur d’Académie ou un conseiller de l’enseignement technologique ;
- un ou plusieurs formateurs de chambres de métiers et de l’artisanat ou  d’école de formation professionnelle chargé de la préparation au  Certificat technique des métiers désigné par le président de la chambre  de métiers et de l’artisanat ou par l’organisation professionnelle, si  elle organise seule la formation ;
- le ou les présidents des jurys particuliers.

Le  jury particulier est présidé par un maître artisan ou son représentant  désigné par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat.
La  composition du jury particulier est déterminée par le président de la  chambre de métiers et de l’artisanat. Il comprend en plus de son  président :
- des formateurs chargés de la préparation au certificat technique des métiers ;
- des maîtres artisans choisis sur les listes présentées par les organisations professionnelles du métier ;
- des salariés de la profession, titulaires du Certificat technique des  métiers ou du Brevet de maitrise, choisis sur les listes présentées par  les organisations professionnelles du métier ;
- un conseiller de l’enseignement technologique. 

En contrat de professionnalisation X

 Le jury général est présidé par le président de la chambre de métiers et  de l’artisanat ou son représentant délivrant la certification.
Le jury général comprend des membres désignés par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat :
- un membre désigné par l’organisation professionnelle représentative du secteur des métiers ;
- l’Inspecteur d’Académie ou un conseiller de l’enseignement technologique ;
- un ou plusieurs formateurs de chambres de métiers et de l’artisanat ou  d’école de formation professionnelle chargé de la préparation au  Certificat technique des métiers désigné par le président de la chambre  de métiers et de l’artisanat ou par l’organisation professionnelle, si  elle organise seule la formation ;
- le ou les présidents des jurys particuliers.

Le  jury particulier est présidé par un maître artisan ou son représentant  désigné par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat.
La  composition du jury particulier est déterminée par le président de la  chambre de métiers et de l’artisanat. Il comprend en plus de son  président :
- des formateurs chargés de la préparation au certificat technique des métiers ;
- des maîtres artisans choisis sur les listes présentées par les organisations professionnelles du métier ;
- des salariés de la profession, titulaires du Certificat technique des  métiers ou du Brevet de maitrise, choisis sur les listes présentées par  les organisations professionnelles du métier ;
- un conseiller de l’enseignement technologique. 

Par candidature individuelle X -
Par expérience X

Le jury VAE présidé par le chef d’entreprise qui exerce une fonction d’arbitrage, doit comporter au moins 4 personnes dont 2 représentants qualifiés de la profession considérée  (un chef d’entreprise et un salarié, choisis par le président de la  chambre de métiers et de l’artisanat, sur les listes présentées par les  organisations professionnelles). 

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
30-10-1998

 Arrêté du 14 octobre 1998 publié au Journal Officiel du 30 octobre 1998  portant homologation de titres et diplômes de l’enseignement  technologique. Fin d'homologation à la date du 30 juin 2000. 

23-06-2006

 Arrêté du 14 juin 2006 publié au Journal Officiel du 23 juin 2006  portant enregistrement au répertoire national des certifications  professionnelles. Enregistrement pour cinq ans, avec effet au 23 juin  2006, jusqu'au 23 juin 2011. 

07-08-2012

  Arrêté du 2 juillet 2012 publié au  Journal Officiel du 7 août 2012 portant enregistrement au répertoire  national des certifications professionnelles. Enregistrement pour cinq  ans, au niveau V, sous  l'intitulé "Zingueur ferblantier (CTM)" avec  effet au 23 juin 2011  jusqu'au 7 août 2017. 

21-08-1980

 Arrêté du 17 juin 1980 publié au Journal Officiel du 21 août 1980  portant homologation de titres et diplômes de l’enseignement  technologique. Intitulé : 'Brevet de compagnon : zingueur ferblantier'. 

Date de décision 10-10-2019
Durée de l'enregistrement en années 5
Date d'échéance de l'enregistrement 10-10-2024
Statistiques :
Année d'obtention de la certification Nombre de certifiés Nombre de certifiés à la suite d’un parcours vae Taux d'insertion global à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 2 ans (en %)
2017 11 0 100 50 33
2016 8 0 100 60 60
2015 21 0 100 75 75
Lien internet vers le descriptif de la certification :

https://www.artisanat.fr/


Le certificateur n'habilite aucun organisme préparant à la certification

Certifications antérieures :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP4535 RNCP4535 - Zingueur ferblantier (CTM)
Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet