Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

CS - Conduite d'un élevage bovin lait

Active

N° de fiche
RNCP34275
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 4
Code(s) NSF :
  • 212 : Productions animales, élevage spécialisé, aquaculture, soins aux animaux (y.c. vétérinaire)
Formacode(s) :
  • 21085 : élevage laitier
Date d’échéance de l’enregistrement : 01-01-2025
Nom légal Nom commercial Site internet
Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - -
Objectifs et contexte de la certification :

Moteur de l’économie agricole française en 2ème position après la filière viande, la filière laitière emploie 298 000 personnes dont 150 000 dans les élevages laitiers. Deuxième producteur de lait européen derrière l’Allemagne (presque 20% du lait de vache en Europe), l’industrie laitière française compte 5 groupes industriels (Lactalis, Sodiaal, Bel, Danone et Savencia) parmi les 25 leaders mondiaux. 99% du lait transformé par 500 entreprises (55% par des coopératives et 45% par des entreprises privées) sur le territoire français provient de France et près de 60% des produits laitiers fabriqués dans l’hexagone sont consommés par les Français.  

On observe depuis le début de la sortie progressive des quotas (2010), une accélération de la transformation des élevages laitiers, des structures et des pratiques d’élevages. La réduction du nombre d’élevages bovin lait se poursuit tant en plaine qu’en zone de montagne. Quoi que fortement contrasté selon la zone et le système (polyculture-élevage en plaine, lait et viande en montagne), l’arrêt de l’activité laitière concerne essentiellement les élevages de moins de 40 vaches. Le cheptel national se maintient néanmoins, au rythme de 10 vaches laitières supplémentaires par élevage ces 5 dernières années et d’une forte augmentation de la technicité et de la productivité du travail (+50% en 10 ans). La tendance est donc « moins d’entreprises et plus de vaches ».

Tous les plans du projet agro - écologique pour la France concernent le secteur de l’élevage à des degrés divers en fonction du système de production : Ecophyto, Ecoantibio, « énergie, méthanisation, autonomie, azote », protéines végétales, Ambition Bio, agroforesteries, « 4 pour 1000 », semences et agriculture durable, apiculture durable et le plan bien-être animal.  

Activités visées :

- Conduite de l'alimentation

- Conduite des pâturages

- Surveillance, soins et manipulation des animaux

- Conduite de la traite

- Conduite de la reproduction

- Conduite des vêlages

- Gestion technique et économique de l'atelier bovin lait

- Activités de transformation (dans le cas où l’activité complémentaire " transformation du lait" est mise en œuvre) 

Compétences attestées :

- Assurer le pilotage technico économique d’un élevage bovin lait (unité capitalisable constitutive 1)

- Réaliser les travaux liés à la conduite d’un élevage bovin lait (unité capitalisable constitutive 2)

- Réaliser les opérations relatives à la transformation du lait et à son organisation (unité capitalisable complémentaire 3 dans le cas où l’activité complémentaire "transformation du lait" est mise en œuvre) 

Modalités d'évaluation :

Le certificat de spécialisation « Conduite d’un élevage bovin lait » est un titre organisé et délivré en unités capitalisables (UC), spécifique à la formation professionnelle continue et à l’apprentissage. Les unités capitalisables peuvent être obtenues indépendamment. Chaque unité capitalisable correspond à une capacité du référentiel de compétences et correspond à un bloc de compétences.   Les règles communes de l’évaluation des diplômes en unités capitalisables du ministère chargé de l’agriculture sont définies dans la note de service DGER/SDPFE/2016-31 du 5/01/2016.   Toutes les unités capitalisables du certificat de spécialisation « Conduite d’un élevage bovin lait » doivent faire l’objet d’une évaluation en situation professionnelle. 

Modalités d’évaluation spécifiques pour obtenir la mention « agriculture biologique » Les modalités d’évaluation des trois capacités présentées ci-dessus s’appliquent à la mention « agriculture biologique ». 

Deux conditions supplémentaires sont indispensables pour l’obtention de la mention « agriculture biologique » : 

- les situations d’évaluation s’appuient sur des situations de travail en lien avec des SPS identifiées comme particulièrement importantes en agriculture biologique, lorsque celles-ci existent ; 

- les situations de travail, support de l’évaluation, devront toutes avoir été vécues dans une entreprise en agriculture biologique.  

N° et intitulé du bloc Liste de compétences Modalités d'évaluation
RNCP34275BC01

Assurer le pilotage technico-économique d’un élevage bovin lait

- Choix de conduite technique de l’atelier

- Organisation des activités de l’atelier  

Évaluation en situation professionnelle

RNCP34275BC02

Réaliser les travaux liés à la conduite d’un élevage bovin lait

- Observation des animaux

- Organisation de l’intervention

- Réalisation de l’intervention   

Évaluation en situation professionnelle

RNCP34275BC03

Réaliser les opérations relatives à la transformation du lait et à son organisation

- Organisation de l’atelier de transformation

- Mise en oeuvre du process de transformation et d'affinage  

Évaluation en situation professionnelle

Description des modalités d'acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par équivalence :

Le bloc de compétence est validé par une évaluation de certification. L'unité capitalisable correspondante au bloc est valide 5 ans dans le cadre de l'acquisition de la certification. Le cumul des 2 unités capitalisables constitutives 1 et 2 donne accès à la certification. L'unité capitalisable complémentaire 3 n'est pas prise en compte pour la délivrance du diplôme ; elle atteste de compétences professionnelles spécialisées répondant à un besoin spécifique. 

 La réussite à un bloc donne lieu à une attestation de capacité et/ou de compétence.  

Secteurs d’activités :

Les exploitations familiales restent majoritaires mais le salariat progresse rapidement (2,13 UTA) par entreprise et 17% de la main d’œuvre en 2013). 

Les éleveurs laitiers sont 45% de coexploitants dans un collectif de travail à la française (groupement agricole d'exploitation en commun (GAEC)) dont 9% avec des tiers et 36% en famille auxquels s’ajoute 1/3 d’exploitants individuels ou en couple (y compris sous forme d’exploitation agricole à responsabilité limitée (EARL) avec moins de 1 UTA). 

Les exploitations laitières spécialisées sont plus souvent individuelles (66%) que les exploitations du système « lait et grandes cultures » (23%). On recense également 15% d’exploitations spécialisées de plaine dites « économes et autonomes alternatives à la croissance » ainsi que 10% d’éleveurs individuels « hightech à forte productivité du travail » et 6% de chefs d’entreprise gérant des salariés (>1UTA) et des capitaux.  

Type d'emplois accessibles :

- Eleveur / Eleveuse de vaches laitières

- Salarié d'élevage laitier bovin

- Producteur / Productrice de lait bovin

- Responsable d’élevage laitier

- Vacher hautement qualifié  

Code(s) ROME :
  • A1407 - Élevage bovin ou équin
Références juridiques des règlementations d’activité :


Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :




Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X -
En contrat d’apprentissage X

Le jury, présidé par un fonctionnaire de catégorie A membre de l'enseignement agricole public, est désigné par le directeur régional de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt. Il est souverain dans ses délibérations prises dans le cadre de la réglementation en vigueur. Le jury, en tant que de besoin, peut s'adjoindre à titre consultatif des experts spécialisés. 

Les membres du jury sont choisis paritairement parmi :   

- des membres de l'enseignement et de la formation professionnelle aux métiers de l'agriculture, de la forêt, de la nature et des territoires. Les membres de l'enseignement et de la formation professionnelle agricoles publics doivent représenter au moins la moitié de cette catégorie ; 

- des professionnels du secteur d'activité concerné par le certificat de spécialisation agricole, à parité employeurs et salariés, sauf dispositions particulières prévues dans l'arrêté de création de l'option du certificat de spécialisation agricole.  

Après un parcours de formation continue X

 Le jury, présidé par un fonctionnaire de catégorie A membre de l'enseignement agricole public, est désigné par le directeur régional de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt. Il est souverain dans ses délibérations prises dans le cadre de la réglementation en vigueur. Le jury, en tant que de besoin, peut s'adjoindre à titre consultatif des experts spécialisés.
Les membres du jury sont choisis paritairement parmi :   
- des membres de l'enseignement et de la formation professionnelle aux métiers de l'agriculture, de la forêt, de la nature et des territoires. Les membres de l'enseignement et de la formation professionnelle agricoles publics doivent représenter au moins la moitié de cette catégorie ;
- des professionnels du secteur d'activité concerné par le certificat de spécialisation agricole, à parité employeurs et salariés, sauf dispositions particulières prévues dans l'arrêté de création de l'option du certificat de spécialisation agricole.  

En contrat de professionnalisation X

 Le jury, présidé par un fonctionnaire de catégorie A membre de l'enseignement agricole public, est désigné par le directeur régional de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt. Il est souverain dans ses délibérations prises dans le cadre de la réglementation en vigueur. Le jury, en tant que de besoin, peut s'adjoindre à titre consultatif des experts spécialisés.
Les membres du jury sont choisis paritairement parmi :   
- des membres de l'enseignement et de la formation professionnelle aux métiers de l'agriculture, de la forêt, de la nature et des territoires. Les membres de l'enseignement et de la formation professionnelle agricoles publics doivent représenter au moins la moitié de cette catégorie ;
- des professionnels du secteur d'activité concerné par le certificat de spécialisation agricole, à parité employeurs et salariés, sauf dispositions particulières prévues dans l'arrêté de création de l'option du certificat de spécialisation agricole.  

Par candidature individuelle X -
Par expérience X

 Le jury, présidé par un fonctionnaire de catégorie A membre de l'enseignement agricole public, est désigné par le directeur régional de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt. Il est souverain dans ses délibérations prises dans le cadre de la réglementation en vigueur. Le jury, en tant que de besoin, peut s'adjoindre à titre consultatif des experts spécialisés.
Les membres du jury sont choisis paritairement parmi :   
- des membres de l'enseignement et de la formation professionnelle aux métiers de l'agriculture, de la forêt, de la nature et des territoires. Les membres de l'enseignement et de la formation professionnelle agricoles publics doivent représenter au moins la moitié de cette catégorie ;
- des professionnels du secteur d'activité concerné par le certificat de spécialisation agricole, à parité employeurs et salariés, sauf dispositions particulières prévues dans l'arrêté de création de l'option du certificat de spécialisation agricole.  

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
- Décret n° 2017-1145 du 7 juillet 2017 modifiant le règlement général du certificat de spécialisation agricole délivré par le ministère chargé de l'agriculture

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
06-08-2019 Arrêté du 23 juillet 2019 portant création de l'option « conduite d'un élevage bovin lait » du certificat de spécialisation agricole et fixant ses conditions de délivrance

Référence autres (passerelles...) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
Date du premier Journal Officiel ou Bulletin Officiel :
Statistiques :
Lien internet vers le descriptif de la certification :

https://chlorofil.fr/diplomes/secondaire/cs


Certifications antérieures :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP2266 RNCP2266 - CS - option Conduite de l'élevage laitier
Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet