Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

Gardien de refuge en montagne (DU)

Active

N° de fiche
RNCP34339
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 5
Code(s) NSF :
  • 334t : Réception, hébergement, service de restauration, accompagnement
Formacode(s) :
  • 42692 : tourisme montagne
Taux d'insertion global moyen à 6 mois : 100%

Date d’échéance de l’enregistrement : 16-12-2024
Nom légal Nom commercial Site internet
UNIVERSITE TOULOUSE II Université Toulouse - Jean Jaurès https://www.univ-tlse2.fr/
Objectifs et contexte de la certification :

Les objectifs de certification proposés par l’Université Toulouse - Jean Jaurès sont de quatre ordres :  

- former les gardiens de refuges de montagne à leurs fonctions touristiques et notamment aux techniques de l’accueil et de la restauration et aux règles légales d’hygiène et d’accueil du public,  

- leur apporter les éléments nécessaires en comptabilité, marketing et e-marketing, droit, communication et informatique (e-tourisme) afin qu’ils puissent gérer de manière efficace les refuges,  

- former des professionnels connaissant les milieux montagnards afin qu’ils puissent collaborer avec les services de secours et de météo et donc délivrer les informations nécessaires aux usagers et aux services concernés. Former des professionnels qui, par Leur observation des milieux naturels montagnards et leur culture montagne permettront d’être un médiateur, un lien pédagogique avec les clientèles fréquentant les refuges , 

- gérer et maintenir la qualité environnementale du refuge et de son site, mettre en place une politique de management environnemental et connaître les différents acteurs et organismes de ce domaine.  

Activités visées :

 Le gardien de refuge est un professionnel polyvalent qui intervient dans le gardiennage, la restauration et la réalisation de missions d’intérêt général dans ou à partir du refuge de montagne.   

- Il assure une mission d’hébergement en site isolé. 

- Il garde et surveille le refuge tout ou partie de l’année et en assure la maintenance, (la maintenance, le bon fonctionnement des équipements).

 - Il assure une activité de restauration, pour les clients qui le désirent, et la vente de nourriture et de boissons.

 - Il informe les visiteurs, les usagers du refuge, grâce à son expérience, à sa connaissance de la zone et à la collaboration des services compétents, de la météo, de l’état, de la difficulté des itinéraires ou d’autres renseignements utiles. 

- Il réalise des missions d’intérêt général telles que la surveillance de la zone proche du refuge, l’alerte des secours et les premiers secours en cas d’accidents, le respect de l’environnement à proximité du refuge...  

- Lorsque le refuge est situé dans un Parc National, il sert de relais d’information sur la politique du Parc. 

- Il commercialise son refuge, en assure la promotion auprès des organismes locaux de tourisme et des acteurs locaux.  

Compétences attestées :

  Activités d’hébergementPrendre, enregistrer et gérer les réservations en français et en langue étrangère.   Gérer l’occupation et l’activité du refuge, organiser la répartition et l’occupation des couchages pour tous les utilisateurs dans le respect des règlements et des groupes, assurer l’animation et la vie du refuge.   Gérer les arrivées, les départs et les encaissements.    Recruter, gérer, organiser et animer l'équipe des aides gardiens pour la réalisation de ces missions.   Organiser des manifestations et animations pour la clientèle. 

 Activités de gardiennageAssurer   l’ouverture du refuge en début de saison (mise en route technique des   équipements) et le fermer pour une période longue en protégeant et fermant   les sources d’énergie et les différents équipements.    Choisir   la source d’énergie la plus adaptée au type de refuge ainsi qu’à son environnement   et maintenir son fonctionnement.   Assurer   la sécurité des publics en prenant les dispositions nécessaires en terme   d’accès aux abords du refuge.    Déterminer   les besoins des différentes énergies utiles au fonctionnement du refuge dans   une optique de management environnemental et d’économie énergétique.    Gérer   les déchets.    Adapter   la gestion de l’eau en fonction de l’équipement du refuge.       

Activités de restaurationPrévoir et calculer l’approvisionnement du refuge pour la saison et l’ajuster en cours de saison.    Gérer les stocks de produits frais, d’épicerie et conserves, et pallier un défaut d'approvisionnement.    Organiser et gérer le ravitaillement du refuge (organisation d’un héliportage, portage, portage motorisé, portage avec animaux).    Préparer des menus équilibrés et adaptés à une clientèle touristique en milieu montagnard.   Cuisiner ces plats en respectant les règles d’hygiène relatives à la restauration commerciale.   Gérer l’organisation, son équipe et les locaux en appliquant les principes de la marche en avant, de la gestion des déchets et des normes d’hygiène en fonction d’une démarche HACCP.   Manager (gérer, organiser et animer) l'équipe des aides gardiens pour la cuisine et la vente de nourriture et boisson. 

 Missions de service public et d'éducation à l'environnementDéterminer la cartographie des chemins et voies autour du refuge, déterminer les risques encourus en fonction des conditions et être capable d’indiquer aux usagers les éléments relatifs au respect de l’environnement.    Former les usagers à l’utilisation d’un GPS et d’une carte topographique.   Organiser, contrôler et surveiller l’aire de bivouac située à proximité du refuge dans le respect de l’environnement.   Informer sur les spécificités de la géologie du terrain, la faune, la flore de montagne.   Mettre en œuvre les grands principes du management environnemental dans un refuge : gestion de l’eau, gestion de l’air, gestion de l’énergie, gestion des déchets et en parler aux usagers.   Surveiller la zone autour du refuge, donner l’alerte et collaborer avec les services de secours.   Informer sur les principes de base de la météorologie et de la nivologie.   Informer la clientèle sur la présence d’activités professionnelles dans la zone large du refuge afin d’adapter leur comportement en fonction de la situation (activité pastorale, autres professionnels de la montagne…).  

Missions de commercialisation et de gestion administrative et comptable du refugeGérer financièrement le refuge, établir des prévisions d’occupation.   Établir et tenir à jour la comptabilité des activités commerciales, assurer les encaissements (hébergement, restauration, débit de boisson, ...) et notamment à l’aide d’outils de bureautique.   Piloter son activité en analysant ses comptes de résultats et bilans en utilisant les outils adaptés (feuilles intermédiaires de gestion).   Concevoir, réaliser ou faire réaliser des documents de promotion du refuge, commercialiser le refuge.   Assurer la promotion et la commercialisation du refuge au moyen des technologies et outils du web.    Coopérer avec les organismes locaux de tourisme pour concevoir des actions de commercialisation et de promotion.   Se mettre en réseau avec les autres acteurs du territoire et les acteurs touristiques (privés ou institutionnels) dans une optique de promotion du refuge, de synergie des moyens mis en œuvre, d’évolution du métier de gardien et de développement territorial.   Recruter, gérer, organiser et animer l'équipe des aides gardiens pour la réalisation de ces missions.   Analyser et sélectionner la forme juridique la plus adaptée à l’exploitation du refuge.   Sélectionner et établir les types de contrats adéquats pour recruter le personnel du refuge.   Mettre en œuvre les clauses des contrats déjà établis par l’éventuel propriétaire du refuge. 

Modalités d'évaluation :

Activités d'hébergementMise en situation réelle* 

Écriture et présentation orale auprès du jury de la certification d’une note de synthèse sur un sujet relatif à l’organisation et gestion journalière d’un refuge de montagne 

Reconstitution d’un dialogue en français et en langue étrangère avec un lient fictif sur différents sujets relatifs à la vie en refuge.    

Étude de cas dont la finalité doit être la rédaction d’une fiche synthétique expliquant l’organisation d’une manifestation ou animation en refuge. 


Activités de gardiennageMise   en situation réelle*   

Écriture et présentation orale auprès du jury de la certification d’une note de synthèse sur un sujet relatif à la gestion du gardiennage d’un refuge de montagne.

Étude de cas sur la mise en place d’une démarche d’exploitation durable du refuge.    

                Activités de restauration-Mise en situation réelle* 

Étude de cas dont l’objet est l’organisation du ravitaillement (mode de transport, gestion des stocks, planification des menus) dans un refuge donné en période déterminée (soit pré-ouverture estivale, soit en pleine période estivale, soit période hivernale, etc…)   


Missions de service public et d'éducation à l'environnementMise en situation réelle* 

QCM, questions de cours et analyse en météorologie, orientation et nivologie. 

Étude de cas sur la mise en place d’une démarche de management environnemental dans un refuge de montagne.   

Questions de cours, QCM et analyse sur les éléments généraux constituant le milieu montagnard (faune, flore, particularités géologiques)      

  Missions de commercialisation et de gestion administrative et comptable du refugeÉtude de cas sur la construction d’outils d’analyse en gestion (compte de résultat, SIG, …) à partir de données comptables d’un refuge donné et de sa forme juridique. Cette étude de cas demande également de commenter la forme juridique du refuge.  

Étude de cas sur la réalisation d’une stratégie de communication et d’un site web pour un refuge de montagne donné. Cette étude de cas aborde l’aspect marketing / communication (choix des supports, analyse des cibles, choix des différents supports, …), ainsi que la réalisation technique du site avec l’aide d’un CMS (Content Management System).

Jeu de rôle sur une simulation de gestion d’équipe. 

*Pour les candidats qui suivent l’ensemble de la certification, la mise en situation réelle correspond à un stage en refuge.

Pour les candidats qui suivent la certification blocs par blocs, la mise en situation réelle correspond à un stage de quelques jours qui permet de valider les compétences spécifiques; la grille d’évaluation est adaptée.    

N° et intitulé du bloc Liste de compétences Modalités d'évaluation
RNCP34339BC01

Organisation et gestion journalière d’un refuge de montagne

Les compétences attestées dans ce bloc sont celles qui   correspondent à l’activité d'hébergement du référentiel métier  

- Prendre, enregistrer et gérer les réservations en français et en langue étrangère - Gérer l’occupation et l’activité du refuge, organiser la répartition et l’occupation des couchages pour tous les utilisateurs dans le respect des règlements et des groupes, assurer l’animation et la vie du refuge. - Gérer les arrivées, les départs et les encaissements.  - Recruter, gérer, organiser et animer l'équipe des aides gardiens pour la réalisation de ces missions Organiser des manifestations et animations pour la clientèle   


- Mise en situation réelle* évaluée en 2 temps :  - une évaluation des compétences lors de la mise en situation réelle du candidat par un gardien de refuge de montagne en exercice à l’aide d’une grille reprenant les critères d’évaluation de ce référentiel par rapport à l’activité à l’activité hébergement  - une évaluation se basant sur une soutenance orale du candidat des missions effectuées lors de cette mise en situation réelle auprès du jury de certification 

- Écriture et présentation orale auprès du jury de la certification d’une note de synthèse sur un sujet relatif à l’organisation et gestion journalière d’un refuge de montagne  

- Reconstitution d’un dialogue en français et en langue étrangère avec un client fictif sur différents sujets relatifs à la vie en refuge.  

- Étude de cas dont la finalité doit être la rédaction d’une fiche synthétique expliquant l’organisation d’une manifestation ou animation en refuge.  

RNCP34339BC02

Gestion du gardiennage d’un refuge de montagne

  Les compétences attestées dans ce bloc sont celles qui correspondent à l’activité de gardiennage du référentiel métier 

- Assurer l’ouverture du refuge en début de saison (mise en route technique des équipements) et le fermer pour une période longue en protégeant et fermant les sources d’énergie et les différents équipements.  - Choisir la source d’énergie la plus adaptée au type de refuge ainsi qu’à son environnement et maintenir son fonctionnement. - Assurer la sécurité des publics en prenant les dispositions nécessaires en terme d’accès aux abords du refuge.  - Déterminer les besoins des différentes énergies utiles au fonctionnement du refuge dans une optique de management environnemental et d’économie énergétique.  - Gérer les déchets.  - Adapter la gestion de l’eau en fonction de l’équipement du refuge.    

 - Mise en situation réelle* évaluée en 2 temps :  - une évaluation des compétences lors de la mise en situation réelle du candidat par un gardien de refuge de montagne en exercice à l’aide d’une grille reprenant les critères d’évaluation de ce référentiel par rapport à l’activité de gardiennage  - une évaluation se basant sur une soutenance orale du candidat des missions effectuées lors de cette mise en situation réelle auprès du jury de certification. 

- Écriture et présentation orale auprès du jury de la certification d’une note de synthèse sur un sujet relatif à la gestion du gardiennage d’un refuge de montagne. 

- Étude de cas sur la mise en place d’une démarche d’exploitation durable du refuge.  

RNCP34339BC03

Gestion de la restauration d’un refuge de montagne

  Les compétences attestées dans ce bloc sont celles qui correspondent aux activités de restauration du référentiel métier 

  - Prévoir et calculer l'approvisionnement du refuge pour la saison et l’ajuster en cours de saison.  - Gérer les stocks de produits frais, d’épicerie et conserves, et pallier un défaut d'approvisionnement.  - Organiser et gérer le ravitaillement du refuge (organisation d’un héliportage, portage, portage motorisé, portage avec animaux).  Préparer des menus équilibrés et adaptés à une clientèle touristique en milieu montagnard  - Cuisiner ces plats en respectant les règles d’hygiène relatives à la restauration commerciale. - Gérer l’organisation, son équipe et les locaux en appliquant les principes de la marche en avant, de la gestion des déchets et des normes d’hygiène en fonction d’une démarche HACCP  - Manager (gérer, organiser et animer) l'équipe des aides gardiens pour la cuisine et la vente de nourriture et boisson.  

- Mise en situation réelle* évaluée en 2 temps :  - une évaluation des compétences lors de la mise en situation réelle du candidat par un gardien de refuge de montagne en exercice à l’aide d’une grille reprenant les critères d’évaluation de ce référentiel par rapport à l’activité à l’activité restauration  - une évaluation se basant sur une soutenance orale du candidat des missions effectuées lors de cette mise en situation réelle auprès du jury de certification.  

- Étude de cas dont l’objet est l’organisation du ravitaillement (mode de transport, gestion des stocks, planification des menus) dans un refuge donné en période déterminée (soit pré-ouverture estivale, soit en pleine période estivale, soit période hivernale, etc…)   

RNCP34339BC04

Sécurisation du public en milieu montagnard, information sur l’environnement et sensibilisation à la protection du milieu naturel

  Les compétences attestées dans ce bloc sont celles qui correspondent aux activités Missions de service public et d'éducation à l'environnement du référentiel métier.

- Déterminer la cartographie des chemins et voies autour du refuge, déterminer les risques encourus en fonction des conditions et être capable d’indiquer aux usagers les éléments relatifs au respect de l’environnement.  - Former les usagers à l’utilisation d’un GPS et d’une carte topographique. - Organiser, contrôler et surveiller l’aire de bivouac située à proximité du refuge dans le respect de l’environnement. - Informer sur les spécificités de la géologie du terrain, la faune, la flore de montagne. - Mettre en œuvre les grands principes du management environnemental dans un refuge : gestion de l’eau, gestion de l’air, gestion de l’énergie, gestion des déchets et en parler aux usagers. - Surveiller la zone autour du refuge, donner l’alerte et collaborer avec les services de secours. - Informer sur les principes de base de la météorologie et de la nivologie. Informer la clientèle sur la présence d’activités professionnelles dans la zone large du refuge afin d’adapter leur comportement en fonction de la situation activité pastorale, autres professionnels de la montagne…) 

  - Mise en situation réelle* évaluée en 2 temps :  - une évaluation des compétences lors de la mise en situation réelle du candidat par un gardien de refuge de montagne en exercice à l’aide d’une grille reprenant les critères d’évaluation de ce référentiel par rapport à l’activité à l’activité missions de service public  - une évaluation se basant sur une soutenance orale du candidat des missions effectuées lors de cette mise en situation réelle auprès du jury de certification.  

- QCM, questions de cours et analyse en météorologie, orientation et nivologie. 

- Étude de cas sur la mise en place d’une démarche de management environnemental dans un refuge de montagne. 

- Questions de cours, QCM et analyse sur les éléments généraux constituant le milieu montagnard (faune, flore, particularités géologiques)  

RNCP34339BC05

Commercialisation, gestion administrative et financière d’un refuge de montagne

  Les compétences attestées dans ce bloc sont celles qui correspondent à l’activité Missions de commercialisation et de gestion administrative et comptable du refuge du référentiel métier 

- Gérer financièrement le refuge, établir des prévisions d’occupation  - Établir et tenir à jour la comptabilité des activités commerciales, assurer les encaissements (hébergement, restauration, débit de boisson, ...) et notamment à l’aide d’outils de bureautique. - Piloter son activité en analysant ses comptes de résultats et bilans en utilisant les outils adaptés (feuilles intermédiaires de gestion). - Concevoir, réaliser ou faire réaliser des documents de promotion du refuge, commercialiser le refuge - Assurer la promotion et la commercialisation du refuge au moyen des technologies et outils du web.  - Coopérer avec les organismes locaux de tourisme pour concevoir des actions de commercialisation et de promotion. - Se mettre en réseau avec les autres acteurs du territoire et les acteurs touristiques (privés ou institutionnels) dans une optique de promotion du refuge, de synergie des moyens mis en œuvre, d’évolution du métier de gardien et de développement territorial - Recruter, gérer, organiser et animer l'équipe des aides gardiens pour la réalisation de ces missions - Analyser et sélectionner la forme juridique la plus adaptée à l’exploitation du refuge - Sélectionner et établir les types de contrats adéquats pour recruter le personnel du refuge - Mettre en œuvre les clauses des contrats déjà établis par l’éventuel propriétaire du refuge  

  - Étude de cas sur la construction d’outils d’analyse en gestion (compte de résultat, SIG, …) à partir de données comptables d’un refuge donné et de sa forme juridique. Cette étude de cas demande également de commenter la forme juridique du refuge. 

- Étude de cas sur la réalisation d’une stratégie de communication et d’un site web pour un refuge de montagne donné. Cette étude de cas aborde l’aspect marketing / communication (choix des supports, analyse des cibles, choix des différents supports, …), ainsi que la réalisation technique du site avec l’aide d’un CMS (Content Management System)

- Jeu de rôle sur une simulation de gestion d’équipe.  

Description des modalités d'acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par équivalence :

L'acquisition de la certification s'effectue par la validation de tous les blocs des compétences.

Un document attestant la validation des blocs de compétences est remis aux candidats et permet de faire valoir ces compétences dans le cadre d’une poursuite de certification ou auprès d’un employeur. 

Secteurs d’activités :

  L’ensemble des refuges au sens du décret n° 2007-407 du 23 mars 2007, soit environ 400 établissements sur le territoire français. La majorité des refuges appartiennent au Club Alpin Français, aux Parcs Nationaux, certains aux collectivités territoriales et quelques-uns au secteur privé.   Un refuge ne peut excéder 150 couchages. La capacité moyenne est de 40 à 50 couchages. Le refuge est à la fois un établissement touristique en milieu montagnard et un établissement offrant un service d’utilité publique.   Environnement technique et économique de l’emploi : Collectivités territoriales, des services de l’État tels que la sécurité civile, les services de l’hygiène et de la répression des fraudes, les services de secours, la Direction départementale de la jeunesse et des sports, les services de protection de l’environnement, mais aussi les propriétaires tels que : associations, parcs nationaux ou personnes privées.  

Type d'emplois accessibles :

  Le métier visé est celui de gardien d’établissement de type REF, appelé aussi refuge de montagne. Ce métier appelé simplement « gardien de refuge » regroupe en fait trois fonctions bien distinctes : - celle de gardiennage et surveillance du refuge, sous contrôle du propriétaire. Cet aspect du métier est exercé soit sous la forme de contrat de mandat, soit sous la forme de contrat d’affermage. - celle de prestation de service effectué à titre de travailleur indépendant au titre et pour le compte du gardien. Les activités concernées par ce type de statut sont celles de restauration. - celle de délégation de service public concerne la surveillance de la zone, la collaboration avec les secours, l’information, l’accueil, le conseil aux visiteurs et la protection de l’environnement du refuge.    

Code(s) ROME :
  • G1403 - Gestion de structure de loisirs ou d''hébergement touristique
Références juridiques des règlementations d’activité :

  Il n’existe pas de texte réglementant l’activité en tant que telle. L’activité est soumise au droit commun et est qualifiée par le type de contrat liant le gardien de refuge et le propriétaire du refuge : contrat d’affermage, contrat de mandat, etc.   A noter cependant un décret spécifique aux refuges et 2 arrêtés et lois relatifs à la restauration commerciale :   1 - Le décret n° 2007-407 du 23 mars 2007 qui caractérise le refuge en lui-même :    Au chapitre VI du titre II du livre III du code du tourisme (partie réglementaire), sont insérés les articles D. 326-1 à D. 326-3 ainsi rédigés : « Art. D. 326-1. - Un refuge est un établissement d'hébergement recevant du public gardé ou non, situé en altitude dans un site isolé. Son isolement est caractérisé par l'absence d'accès tant par voie carrossable que par remontée mécanique de type téléporté ouvertes au public et par l'inaccessibilité pendant au moins une partie de l'année aux véhicules et engins de secours. Le refuge est situé en zone de montagne, au sens du chapitre Ier du titre Ier de la loi n° 85-30 du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne. » « Art. D. 326-2. - Le refuge offre un hébergement à caractère collectif à des personnes de passage. La capacité d'hébergement d'un refuge est limitée à 150 personnes. Les mineurs peuvent y être hébergés. En complément des équipements nécessaires à l'hébergement, le refuge peut disposer des aménagements permettant de dispenser un service de restauration. » « Art. D. 326-3. - Au titre de sa fonction d'intérêt général d'abri, le refuge dispose en permanence, à l'intérieur, d'un espace ouvert au public. Lorsque le refuge est gardé, cet espace comprend au moins une salle permettant de consommer ses propres provisions. Lorsque le refuge n'est pas gardé, cet espace offre également un hébergement sommaire »   2 - Décret n° 2011-731 du 24 juin 2011 relatif à l'obligation de formation en matière d'hygiène alimentaire de certains établissements de restauration commerciale :   Le chapitre III du titre III du livre II du code rural et de la pêche maritime est complété par une section 4 ainsi rédigée : Section 4 Dispositions relatives à la formation « Art. D. 233-6.-Sont tenus, conformément à l'article L. 233-4, d'avoir dans leur effectif au moins une personne pouvant justifier d'une formation en matière d'hygiène alimentaire adaptée à leur activité les établissements de restauration commerciale relevant des secteurs d'activité suivants :  - restauration traditionnelle ;  - cafétérias et autres libres-services ;  - restauration de type rapide. » « Art. D. 233-7.-La formation prévue à l'article L. 233-4 peut être délivrée par tout organisme de formation déclaré auprès du préfet de région, conformément à l'article L. 6351-1 du code du travail. Un cahier des charges défini par arrêté du ministre chargé de l'alimentation détermine les conditions auxquelles est soumis l'organisme de formation ainsi que le contenu et la durée de cette formation. » « Art. 233-8.-Un arrêté du ministre chargé de l'alimentation précise les diplômes et titres à finalité professionnelle de niveau V et supérieurs, inscrits au répertoire national des certifications professionnelles, dont les détenteurs sont réputés satisfaire à l'obligation de formation prévue par l'article L. 233-4. »   3- Article L3332-1-1 du code de la santé publique :   Modifié par LOI n°2012-387 du 22 mars 2012 - art. 97 Toute personne déclarant l'ouverture, la mutation, la translation ou le transfert d'un débit de boissons à consommer sur place de deuxième, troisième et quatrième catégorie ou toute personne déclarant un établissement pourvu de la " petite licence restaurant " ou de la " licence restaurant " doit suivre une formation spécifique sur les droits et obligations attachés à l'exploitation d'un débit de boissons ou d'un établissement pourvu de la " petite licence restaurant " ou de la " licence restaurant ". Toute personne visée à l'article L. 3331-4 doit suivre une formation spécifique sur les droits et obligations attachés à la vente à emporter de boissons alcooliques entre 22 heures et 8 heures. À l'issue de cette formation, les personnes visées à l'alinéa précédent doivent avoir une connaissance notamment des dispositions du présent code relatives à la prévention et la lutte contre l'alcoolisme, la protection des mineurs et la répression de l'ivresse publique mais aussi de la législation sur les stupéfiants, la revente de tabac, la lutte contre le bruit, les faits susceptibles d'entraîner une fermeture administrative, les principes généraux de la responsabilité civile et pénale des personnes physiques et des personnes morales et la lutte contre la discrimination. Toutefois, pour les personnes mentionnées à l'article L. 324-4 du code du tourisme, la formation prévue au présent article est adaptée aux conditions spécifiques de l'activité de ces personnes. Tout organisme de formation établi sur le territoire national qui dispense les formations visées aux alinéas précédents doit être agréé par arrêté du ministre de l'intérieur. Les organismes de formation légalement établis dans un autre Etat membre de la Communauté européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen souhaitant dispenser ces formations à titre temporaire et occasionnel sur le territoire national sont présumés détenir cet agrément dès lors que le programme de la formation qu'ils dispensent est conforme au présent article. Cette formation est obligatoire. Elle donne lieu à la délivrance d'un permis d'exploitation valable dix années. À l'issue de cette période, la participation à une formation de mise à jour des connaissances permet de prolonger la validité du permis d'exploitation pour une nouvelle période de dix années. Les modalités d'application du présent article sont fixées par décret en Conseil d'Etat. 

Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :




Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

 Le jury est composé de 6 personnes dont 2 professionnels, représentants qualifiés de professions.  

En contrat d’apprentissage X -
Après un parcours de formation continue X

 Le jury est composé de 6 personnes dont 2 professionnels, représentants qualifiés de professions.  

En contrat de professionnalisation X -
Par candidature individuelle X -
Par expérience X

Le jury est composé de 6 personnes dont 2 professionnels, représentants qualifiés de professions.   

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO

Référence autres (passerelles...) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
Date du premier Journal Officiel ou Bulletin Officiel :
Statistiques :
Année d'obtention de la certification Nombre de certifiés Nombre de certifiés à la suite d’un parcours vae Taux d'insertion global à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 2 ans (en %)
2018 16 3 100 69 -
2017 19 8 100 74 85
2016 15 2 67 54 87
2015 14 3 65 50 79
2014 16 4 94 88 75
Lien internet vers le descriptif de la certification :

https://www.univ-tlse2.fr/du-gardien-de-refuge-de-montagne-516880.kjsp?RH=02Diplomes


Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet