Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

Installateur en équipements électriques (CTM)

Active

N° de fiche
RNCP34417
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 3
Code(s) NSF :
  • 255 : Electricite, électronique
Formacode(s) :
  • 24066 : installation électrique
Taux d'insertion global moyen à 6 mois : 10%

Date d’échéance de l’enregistrement : 27-01-2025
Nom légal Nom commercial Site internet
ASSEMBLEE PERMANENTE CHAMBRES DE METIERS ET DE L ARTISANAT - https://www.artisanat.fr/
Objectifs et contexte de la certification :

Le CTM Installateur en équipements électriques a été élaboré en étroite collaboration avec les organisations professionnelles pour former des ouvriers qualifiés pouvant travailler en autonomie, sous la responsabilité d’un chef d’équipe, d’un chef d’atelier ou du chef d’entreprise du secteur du bâtiment. 

L’installateur en équipements électriques détermine l’outillage, le matériel et les matériaux dont il aura besoin pour effectuer les travaux dont il a la charge. Il procède à la dépose et à l’évacuation des anciens équipements, en respectant les règles de gestion des déchets de l’entreprise. Il procède à l’installation au raccordement et à la mise en service des appareillages posés, en vérifiant que les paramètres de fonctionnement sont cohérents avec les normes constructeurs et la réglementation en vigueur. Il peut également intervenir en cas de panne d’une installation. Dans ce cas, il détermine la cause du dysfonctionnement, effectue la réparation et vérifie le bon fonctionnement de l’installation après son intervention. En cas de difficultés rencontrées dans le cadre de son activité, il procède à une analyse de la situation et propose une solution à son responsable. Il assure également un premier contact à caractère commercial auprès du client, le conseille quant à l’utilisation des appareillages et peut le renseigner quant aux autres produits et services de l’entreprise.   L’installateur en équipement électrique exerce son activité sur des chantiers intérieurs ou extérieurs, dans le cadre de constructions neuves ou en réhabilitation, sur des chantiers de particulier ou professionnels. Ces chantiers peuvent être soumis aux intempéries. Il peut être amené à manipuler des appareillages lourds (armoires électriques). L’intervention sur le réseau électrique, ainsi que les branchements qu’il réalise, imposent de travailler avec rigueur et méthode. Le plus souvent l’activité nécessite d’effectuer des déplacements quotidiens.   

Activités visées :

La certification s’articule autour de 3 composantes :
- Préparation de l’intervention pour des travaux d’installation électrique courante ;
- Réalisation des installations électriques courantes et leur maintenance préventives et curatives électriques dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité ;
- Organisation et gestion courantes de l’entreprise d’installation électrique courante.   

Compétences attestées :
  • Identifier la nature, la localisation et l’organisation du   chantier  en exploitant la fiche d’intervention, les plans et croquis   techniques ;
  • Sélectionner et préparer l’outillage et les matériels   nécessaires à  la réalisation de l’intervention sur le chantier ;
  • Déterminer à partir des plans et des normes en vigueur le nombre d’appareils d’éclairage ou de chauffage nécessaire pour réaliser les travaux ;
  •  S’approvisionner en matériel sur le stock en fonction de la fiche  d’intervention, en respectant les règles de suivi des stocks spécifiques à   l’entreprise ;
  • Contrôler la concordance entre les plans, les consignes et le site  avant le début des travaux  ;
  • Vérifier et mettre en place les éléments de protection des  biens et des personnes  ;
  • Décharger et organiser le stockage des matériaux sur le chantier pour permettre leur utilisation rationnelle et sécurisée ; 
  • Procéder à la dépose éventuelle des éléments existants et gérer leur évacuation dans le respect des règles environnementales (tri des déchets) ;
  • Tracer au regard des plans, le cheminement des gaines et l’emplacement des matériels ;
  • Façonner et assembler les supports et canalisations (gaines) ;
  • Placer et fixer les supports, les canalisations et les composants de l’installation ;
  • Dérouler et positionner les conducteurs et câbles ;
  • Câbler, raccorder ;
  • Vérifier l’installation hors tension ;
  • Réajuster l’installation le cas échéant ;
  • Mettre en service, sous tension, l’installation ;
  • Contrôler l’installation (mesurer l’intensité, la puissance, les DDR,…) ;
  • Participer à la pose d’équipements de production d’énergie renouvelable ;
  • Effectuer les réparations sur des installations existantes en appliquant une démarche logique et rigoureuse de recherche de panne, dans le   respect des règles de sécurité ;
  • Remplacer ou réparer l’élément défectueux ;
  • Vérifier l’installation hors tension par rapport au cahier des charges et aux normes en vigueur ;
  • Programmer les organes de commande (domotique, automates) ;
  • Mettre sous tension et contrôler le fonctionnement des installations ;
  • Participer à la clôture du chantier ;
  • Assurer le suivi et le contrôle du travail réalisé ;
  • Établir les rapports journaliers (contrôle   d’heures, bons de  commande…) ;
  • Nettoyer le chantier ;
  • Signaler les modifications et les travaux supplémentaires ;
  • Faire signer les attachements au client ; 
  • Entretenir son matériel ; 
  • Renseigner les documents de fin de chantier ; 
  • Établir un relevé précis et exploitable des temps de travail et des matériaux et matériels mis en œuvre ; 
  •  Renseigner le client sur l’avancée des travaux y compris en langue étrangère ;
  • Formuler un avis de faisabilité, fournir un ordre de prix, un délai, indiquer la personne à contacter au sein de l’entreprise en cas de demande de travaux additionnels par le client pendant l’intervention ;
  • Rendre compte de son travail à son responsable, alerter sur les  difficultés rencontrées ; 
  • Organiser son travail dans le temps, dans l’espace et dans le respect  des objectifs de production de l’entreprise ;
  • Évaluer qualitativement et quantitativement le temps et les matières  d’œuvre nécessaires pour réaliser une intervention (temps  d’installation, câbles, …) ; 
  • Appréhender et prendre en compte la notion de rentabilité.        



Modalités d'évaluation :

1-Projet professionnel 

Le candidat présente un projet professionnel réalisé pendant toute la durée de la formation. Le projet est construit autour de la réalisation d’un dossier technique dont le sujet, imposé, peut porter sur un logement d’habitation, un local artisanal ou industriel, un local commercial ou tertiaire. Le projet, dont la réalisation est supervisée par leur responsable en entreprise, donne lieu à la rédaction d’un dossier de présentation qui doit comporter des éléments techniques (plans, liste des appareils à installer, déroulement prévisionnel des travaux…), des éléments de gestion (évaluation du temps de travail, approche du coût de réalisation pour une partie du projet, document de présentation du projet au client…). L’évaluation du projet se déroule en deux temps : - une note est attribuée au dossier de présentation en tant que tel ; - le candidat présente oralement son dossier. Cette présentation est également notée.   

2-Pratique professionnelle  

Les candidats devront réaliser, en centre d’examen et dans un temps imparti, des travaux d’ordre électrique à partir du descriptif d’une installation électrique avec schéma ou croquis, d’un équipement, d’une installation ou partie d’installation électrique. Les candidats ont à réaliser : - la mise en place de l’appareillage et le câblage des différents circuits ; - une opération de mise en service ou de maintenance donnant lieu à la rédaction d’un rapport d’intervention. L’ensemble des travaux seront effectués dans le respect des normes de sécurité.   

3-Evaluation des acquis professionnels en entreprise 

Le candidat sera évalué à partir d’objectifs fixés en début de formation et d’une grille d’évaluation. 1ère étape (au démarrage de la formation) : le maître d’apprentissage et le formateur se mettent d’accord, en présence de l’apprenti, sur des objectifs de formation en terme de compétences et d’attitudes professionnelles. 2ème étape (après un trimestre de formation) : l’apprenti est positionné par le maître d’apprentissage et le formateur, en fonction des objectifs préalablement négociés. Lors de ce positionnement intermédiaire, les objectifs de formation sont redéfinis, les progrès réalisés sont constatés et les progrès à réaliser mis en évidence. 3ème étape (en fin de formation) : le positionnement final et la note d’évaluation des acquis en entreprise sont conjointement réalisés par le maître d’apprentissage et le formateur. La note délivrée prend en compte les progrès réalisés et atteste du niveau atteint.

     

4-Étude de cas  L’épreuve consiste en une mise en situation professionnelle réalisée sur la base d’un dossier comprenant : - la présentation d’une situation de travail - des documents en usage dans la profession (fiches techniques, notices des fabricants, plans, schémas…) l’épreuve se compose de quatre sous-épreuves indissociables : - technologie schéma / dessin technique - gestion de base (approche d’un prix de vente,…) - communication professionnelle - langue vivante étrangère    

N° et intitulé du bloc Liste de compétences Modalités d'évaluation
RNCP34417BC01

Préparation, en entreprise et sur chantier, de l’intervention pour des travaux d’installations électriques courantes

- Identifier la nature, la localisation et l’organisation du   chantier en exploitant la fiche d’intervention, les plans et croquis   techniques ;

- Sélectionner et préparer l’outillage et les matériels   nécessaires à la réalisation de l’intervention sur le chantier : outillage courant, outillage spécifique pour des travaux ponctuels : carotteuse, groupe électrogène, échafaudage, échelle… et équipements de protection individuelle et éléments de protection collective ;

- Déterminer à partir des plans et des normes en vigueur le nombre d’appareils d’éclairage ou de chauffage nécessaire pour réaliser les travaux ;

-   S’approvisionner en matériel sur le stock en fonction de la fiche   d’intervention, en respectant les règles de suivi des stocks spécifiques à   l’entreprise ;

- Contrôler la concordance entre les plans, les consignes et le site avant le début des travaux ;

- Vérifier et mettre en place les éléments de protection des biens et des personnes ;

- Décharger et organiser le stockage des matériaux sur le chantier pour permettre leur utilisation rationnelle et sécurisée ; 

- Procéder à la dépose éventuelle des éléments existants et gérer leur évacuation dans le respect des règles environnementales (tri des déchets). 

Présentation d’un projet professionnel Les candidats présentent un projet professionnel réalisé pendant la durée de la formation. Le projet est construit autour de la réalisation d’un dossier technique dont le sujet, imposé, peut porter sur un logement d’habitation, un local artisanal ou industriel, un local commercial ou tertiaire. Le projet, dont la réalisation est supervisée par leur responsable en entreprise, donne lieu à la rédaction d’un dossier de présentation qui doit comporter des éléments techniques (plans, liste des appareils à installer, déroulement prévisionnel des travaux…), des éléments de gestion (évaluation du temps de travail, approche du coût de réalisation pour une partie du projet, document de présentation du projet au client…). 

L’évaluation du projet se déroule en deux temps : 

- Une note est attribuée au dossier de présentation ; 

- Le candidat présente oralement son dossier. Cette présentation (30 minutes) est également notée.      

RNCP34417BC02

Réalisation des travaux d’installation et de mise en service des installations électriques, en courant faible (téléphonie, informatique, système d’alarme, etc) et de courant fort (prises électriques, transformateurs, éclairage classique, chauffage, etc) dans le respect des normes et des règles de sécurité

- Tracer au regard des plans, le cheminement des gaines et l’emplacement des matériels ; 

- Façonner et assembler les supports et canalisations (gaines) ;

- Placer et fixer les supports, les canalisations et les   composants de l’installation ;

- Dérouler et positionner les conducteurs et câbles ;

- Câbler, raccorder ;

- Vérifier l’installation hors tension (cohérence des différents   appareillages et leurs connexions, prises de terre, les schémas du tableau de   distribution…) ;

- Réajuster l’installation le cas échéant ;

- Mettre en service, sous tension, l’installation ;

- Contrôler l’installation (mesurer l’intensité, la puissance,   les DDR,…) ;

- Participer à la pose d’équipements de production d’énergie renouvelable ;

- Effectuer les réparations sur des installations existantes en appliquant une démarche logique et rigoureuse de recherche de panne, dans le respect des règles de sécurité ;

- Remplacer ou réparer l’élément défectueux ;

- Vérifier l’installation hors tension par rapport au cahier des charges et aux   normes en vigueur : contrôler les prises de terre, continuités, isolements, procéder aux différentes mesures en utilisant correctement les appareils adéquats, régler les appareils (disjoncteurs…), identifier les circuits, tableaux, organes de commande…  et vérifier les schémas du tableau de distribution ;

- Programmer les organes de commande (domotique, automates) ;

- Mettre sous tension et contrôler le fonctionnement des   installations ;   

- Assurer le suivi et le contrôle du travail réalisé ;

- Établir les rapports journaliers (contrôle   d’heures, bons de commande…) ;

- Nettoyer le chantier ;

- Signaler les modifications et les travaux supplémentaires ;

- Faire signer les attachements au client ;

- Entretenir son matériel ;

- Renseigner les documents de fin de chantier ;

- Établir un relevé précis et exploitable des temps de travail et des matériaux et matériels mis en œuvre. 

Pratique professionnelle (6h00)

 Les candidats réalisent, en centre d’examen et dans un temps imparti, des travaux d’ordre électrique à partir du descriptif d’une installation électrique avec schéma ou croquis, d’un équipement, d’une installation ou partie d’installation électrique. 

Les candidats ont à réaliser la mise en place de l’appareillage et le câblage des différents circuits et une opération de mise en service ou de maintenance donnant lieu   à la rédaction d’un rapport d’intervention. 

L’ensemble des travaux seront effectués dans le respect des normes de sécurité. 


Évaluation   des acquis professionnels en entreprise pour les alternants

 Le candidat est évalué à partir d’objectifs fixés en début de formation et d’une grille d’évaluation. La note prend en compte les progrès réalisés et atteste du niveau atteint. La notation est réalisée conjointement par le maître d’apprentissage et le formateur de pratique professionnelle.        

RNCP34417BC03

Participation aux activités (hors production) de l’entreprise d’installation électrique

- Renseigner le client sur l’avancée des travaux y compris en langue étrangère ;

- Formuler un avis de faisabilité, fournir un ordre de prix, un délai, indiquer la personne à contacter au sein de l’entreprise en cas de demande de travaux additionnels par le client pendant l’intervention ;

- Rendre compte de son travail à son responsable, alerter sur les difficultés rencontrées ;

- Organiser son travail dans le temps, dans l’espace et dans le respect des objectifs de production de l’entreprise ;

- Évaluer qualitativement et quantitativement le temps et les matières d’œuvre nécessaires pour réaliser une intervention (temps d’installation, câbles, …) ;

- Appréhender et prendre en compte la notion de rentabilité. 

Étude de cas 

 L’épreuve consiste en une mise en situation professionnelle réalisée sur la base d’un dossier comprenant la présentation d’une situation de travail et des documents en usage dans la profession (fiches techniques, notice des fabricants, croquis, schémas, plans…). 

L’épreuve se compose de quatre sous-épreuves indissociables : 

- technologie schéma / dessin technique ;

- gestion de base (approche d’un prix de vente,…) ;

- communication professionnelle ;

- langue vivante étrangère. 

Description des modalités d'acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par équivalence :

La certification est délivrée aux candidats ayant validé l’ensemble des épreuves, sans note éliminatoire et ayant satisfait à l'ensemble des épreuves et évaluations constitutives du règlement d'examen.    

Secteurs d’activités :

  L’Installateur en équipements électriques exerce principalement en entreprise artisanale du secteur du bâtiment (moins de 20 salariés). Il peut également occuper des emplois en entreprise industrielle ou publique au sein du service entretien/maintenance.  Il travaille tant sur des chantiers de particuliers qu'en milieu industriel. Il peut également exercer ses compétences sur les chantiers de construction, pour l'installation des équipements.  Le secteur de l’électricité c’est en 2017, 44 800 entreprises en France et 68 674 salariés pour un chiffre d’affaires de 9,1 milliards d’euros. Les électriciens représentent 12% de la population des agents de maintenance. La moyenne d’âge de la profession est de 40 ans. Si les moins de 25 ans représentent 6%, les plus de 50 ans représentent plus de 15%. La rémunération (nette/mois) pour un débutant est comprise entre 1 300€ et 1 800 € et pour un chef d’équipe entre 1 800 € et 2 300 €.  

Type d'emplois accessibles :

Électricien.

Le titulaire de la certification est un ouvrier qualifié(e), salarié(e) d’une entreprise artisanale du bâtiment, chargé(e) d’assurer l’installation d’équipements électriques courantes et leur maintenance préventive et curative. 

Code(s) ROME :
  • F1602 - Électricité bâtiment
Références juridiques des règlementations d’activité :

Loi du 5 juillet 1996 et décret du 2 avril 1998 relatifs à la qualification professionnelle exigée pour l’exercice de certaines activités.  

Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :




Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X -
En contrat d’apprentissage X

La composition du jury particulier  est déterminée par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat. Il comprend en plus de son président (un maître artisan ou son représentant désigné par la chambre de métiers et de l’artisanat) : 

- Un ou deux formateurs de la spécialité, autres que les animateurs de la formation ; 

- Un artisan ou un salarié détenteur autant que de possible du Brevet de maîtrise. 

  

Le jury général comprend des membres désignés par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat (lui-même président du jury général) :

- Un membre désigné par l’organisation professionnelle représentative du secteur des métiers ;

-  Le directeur régional, de la consommation, de la concurrence, du travail et de l’emploi ;

- L’Inspecteur d’Académie ou un professeur de l’enseignement technologique désigné par lui ;

- Des formateurs et ou responsables pédagogiques chargés de la préparation au Certificat technique des métiers, désignés par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat ou de l’organisation professionnelle, si elle organise seule la formation ;

- Les correcteurs peuvent y être associés autant que de besoin.  

Après un parcours de formation continue X

 La composition du jury particulier  est déterminée par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat. Il comprend en plus de son président (un maître artisan ou son représentant désigné par la chambre de métiers et de l’artisanat) : 

- Un ou deux formateurs de la spécialité, autres que les animateurs de la formation ; 

- Un artisan ou un salarié détenteur autant que de possible du Brevet de maîtrise. 


Le jury général comprend des membres désignés par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat (lui-même président du jury général) :

- Un membre désigné par l’organisation professionnelle représentative du secteur des métiers ;

-  Le directeur régional, de la consommation, de la concurrence, du travail et de l’emploi ;

- L’Inspecteur d’Académie ou un professeur de l’enseignement technologique désigné par lui ;

- Des formateurs et ou responsables pédagogiques chargés de la préparation au Certificat technique des métiers, désignés par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat ou de l’organisation professionnelle, si elle organise seule la formation ;

- Les correcteurs peuvent y être associés autant que de besoin.  

En contrat de professionnalisation X

 La composition du jury particulier  est déterminée par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat. Il comprend en plus de son président (un maître artisan ou son représentant désigné par la chambre de métiers et de l’artisanat) : 

- Un ou deux formateurs de la spécialité, autres que les animateurs de la formation ; 

- Un artisan ou un salarié détenteur autant que de possible du Brevet de maîtrise. 


Le jury général comprend des membres désignés par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat (lui-même président du jury général) :

- Un membre désigné par l’organisation professionnelle représentative du secteur des métiers ;

-  Le directeur régional, de la consommation, de la concurrence, du travail et de l’emploi ;

- L’Inspecteur d’Académie ou un professeur de l’enseignement technologique désigné par lui ;

- Des formateurs et ou responsables pédagogiques chargés de la préparation au Certificat technique des métiers, désignés par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat ou de l’organisation professionnelle, si elle organise seule la formation ;

- Les correcteurs peuvent y être associés autant que de besoin.  

Par candidature individuelle X -
Par expérience X

 Le jury VAE est présidé par un chef d’entreprise qui exerce une fonction d’arbitrage et doit comporter au moins 4 personnes dont 2 représentants qualifiés de la profession considérée (un chef d’entreprise et un salarié, choisis par le président de la chambre, sur les listes présentées par les organisations professionnelles).  

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
23-06-2006

 Arrêté du 14 juin 2006 publié au Journal Officiel du 23 juin 2006  portant enregistrement au répertoire national des certifications  professionnelles. Enregistrement pour cinq ans, avec effet au 23 juin  2006, jusqu'au 23 juin 2011. 

06-04-2002

 Arrêté du 28 mars 2002 publié au Journal Officiel du 6 avril 2002  portant homologation de titres et diplômes de l’enseignement  technologique. 

30-10-1998

 Arrêté du 14 octobre 1998 publié au Journal Officiel du 30 octobre 1998  portant homologation de titres et diplômes de l’enseignement  technologique. 

29-11-2013

 Arrêté du 19 novembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 novembre 2013 portant enregistrement au répertoire national des certifications  professionnelles. Enregistrement pour quatre ans, au niveau V, sous  l'intitulé "Installateur en équipements électriques (BCP)" avec effet au  23 juin 2011, jusqu'au 29 novembre 2017. 

22-02-2004

 Décret n° 2004-171 du 19 février 2004 modifiant le décret n° 2002-616 du  26 avril 2002 relatif au répertoire national des certifications  professionnelles (publié au Journal Officiel du 22 février 2004). La  validité du titre est prorogée jusqu’au 31 décembre 2006. 

Référence autres (passerelles...) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
Date du premier Journal Officiel ou Bulletin Officiel : 28-04-2002
Statistiques :
Année d'obtention de la certification Nombre de certifiés Nombre de certifiés à la suite d’un parcours vae Taux d'insertion global à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 2 ans (en %)
2017 20 0 100 50 -
2016 20 0 100 50 60
2015 16 0 100 60 71
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Certifications antérieures :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP1617 RNCP1617 - Installateur en équipements électriques (BCP)
Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet