Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

Fleuriste (BM)

Active

N° de fiche
RNCP34712
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 5
Code(s) NSF :
  • 211w : Commercialisation des productions végétales
Formacode(s) :
  • 34503 : fleuriste
Taux d'insertion global moyen à 6 mois : 82%

Taux d'insertion moyen dans le(s) métier(s) visé(s) à 6 mois : 82%
Date d’échéance de l’enregistrement : 29-06-2023
Nom légal Nom commercial Site internet
ASSEMBLEE PERMANENTE CHAMBRES DE METIERS ET DE L ARTISANAT - https://www.artisanat.fr/lartisanat/les-metiers-de-lartisanat
Objectifs et contexte de la certification :

 Le Brevet de maîtrise atteste des compétences de son titulaire à réaliser des prestations créatives de haute technicité et de dirigeant d’une entreprise artisanale pérenne. Cette double compétence, technique et managériale, attestée par le brevet de maîtrise permet d’obtenir la qualité de maître artisan.   Ces compétences sont aujourd’hui essentielles au regard du contexte économique du secteur de la fleuristerie (pyramide des âges, renforcement de la concurrence…). En 2018, le secteur de la fleuristerie artisanale comptait 14 913 entreprises. L’âge moyen est de 48 ans chez les dirigeants et 37,5 ans chez les salariés. Les fleuristes sont majoritairement des femmes à hauteur de 57%.   Au cours de ces dernières années, le paysage concurrentiel de la fleuristerie a beaucoup évolué avec l’apparition de chaînes, de franchisés d’enseignes nationales ou régionales. Le fleuriste indépendant doit encore davantage aujourd’hui proposer des prestations personnalisées, des créations artistiques et des conseils individualisés à la clientèle. Les entreprises artisanales développent des services additionnels en réponse aux attentes des consommateurs : location de plantes, décoration de salons ou de lieux de réception et parfois des cours d’art floral. 

A ce niveau de qualification, le fleuriste devient un décorateur floral intérieur et extérieur. Il fabrique des objets floraux de très petite taille ou à l’inverse de très grande taille (murs floraux, sculpture végétale, etc.). Ce fleuriste s’illustre dans la création et la mise en œuvre de techniques relevant de l’infiniment grand et de l’infiniment petit.  Doté de solides compétences artistiques, il propose des créations florales mais également tout un univers décoratif qu’il met en scène et commercialise : petits meubles, objets de décoration (bougies, peluches, cadres, etc.). Les fleuristes traditionnels détiennent un certain nombre d’avantages concurrentiels : image de spécialiste, capacité à conseiller les clients et proximité (implantation en centre-ville). Ils restent le premier circuit de distribution du secteur. 

Activités visées :

 Le titulaire du brevet de maîtrise de fleuriste assure les activités de production et de direction de l’entreprise artisanale (ou d’un centre de profit dans le cas d’entreprises multi-sites). Le fleuriste est à même de réaliser et créer des prestations florales de grandes dimensions (ensemble scénographique, une suspension florale,…) et petites dimensions (bijoux floraux, une incrustation végétale,…) et d’en superviser la réalisation, de la vente en boutique à la mise en place lors de manifestions événementielles (contrat avec les entreprises, hôtels, restaurants, manifestions diverses,..) en veillant au strict respect des règles d’hygiène, de sécurité et environnementales. Il est également à même de créer, développer et manager une entreprise artisanale de fleuristerie en termes de commercialisation, de gestion économique et financière et de management des ressources humaines.    

Compétences attestées :

- Réaliser un objet avec techniques d’incrustation des végétaux apparente (Ex : Écrin à bijoux) rels  

- Construire et créer avec des éléments et matériaux naturels une suspension florale ; 

- Réaliser une compression d’éléments naturels (fleurs, feuillages, tiges, fibres, écorce, liane, branche,…) et/ou manufacturés (tissus, textiles, tissés, papier, plastique, métal,…) ;

- Construire une armature, une structure avec pour objectif son fleurissement lors d’une cérémonie, d’un événement… dans le respect des règles de sécurité ;

- Réaliser un stand, une vitrine, une exposition en utilisant des matériaux organiques et autres ; 

- Réaliser une pièce de joaillerie ou une pièce d’orfèvrerie florale, végétale ;

- Réaliser un objet avec techniques d’incrustation des végétaux apparente (Ex : Écrin à bijoux) ;

- Réaliser et créer une inclusion végétale dans la transparence ;

- Réaliser un accessoire de mode (l’accessoire peut également être un vêtement) ;

- Réaliser et créer une marqueterie végétale et/ou minérale ; 


- Conduire un projet de création d’entreprise, de reprise ou de développement d’activités ;

- Construire le projet entrepreneurial, le buisines model de la création et du développement de l’entreprise ;

- Identifier et actionner les leviers d’aide (outils & structures) financiers et administratifs ;

- Construire un argumentaire, une présentation, une « storytelling » pour défendre son projet dans le registre adapté à ses interlocuteurs (banquiers investisseurs, clients etc.) ;  


 -Définir la politique commerciale de la fleuristerie ;

- Déterminer la politique tarifaire applicable aux réalisations et prestations en matière de fleurissement (ponctuel et/ou entretien) ;

- Présenter les réalisations et le projet de le fleuristerie au donneur d’ordre et le conseiller - Répondre aux objections et aménager l’offre si nécessaire ;

- Concevoir des outils de communication ;

- Encadrer les ventes et l’après-vente de la fleuristerie ;

- Conduire une négociation commerciale avec un client, un prescripteur ;

-Organiser l’après-vente et le suivi des prestations dans le cadre notamment des contrats ;

- Bâtir les argumentaires à destinations des collaborateurs.   


Élaborer le dossier financier de l’entreprise à destination des partenaires extérieurs (banquier, société de cautionnement mutuel,…)

 - Définir la stratégie de l’entreprise à partir des documents comptables élaborés par l’expert-comptable ;

- Justifier et/ou expliquer la stratégie de l’entreprise au moyen des comptes de résultats et des bilans sur les derniers exercices : conséquences et raisons des investissements effectués, des recrutements, etc. 

- Élaborer un plan de financement réaliste à destination du banquier, et négocier un prêt, des facilités de trésorerie lors d’investissements ; 

- Identifier les indicateurs de la santé financière de l’entreprise et les utiliser comme argument auprès des donneurs d’ordre, des financiers. 

Piloter au quotidien la rentabilité de l’entreprise de fleuristerie - Établir le seuil de rentabilité de chaque prestation, en magasin ou sur site ;

- Surveiller la valeur des stocks et sa rotation ;

- Gérer les délais de paiement des clients, en particulier pour les contrats ; 

- Négocier les délais fournisseurs.  

Développer les compétences des salariés  -Élaborer le plan de formation de l’entreprise de fleuristerie pour intégrer les innovations techniques, esthétiques et réglementaires (habilitations et renouvellement de celles-ci) et le développement personnel des salariés ; 

- Mettre en place les dispositions spécifiques de la convention collective ; 

- Assurer l’accompagnement des collaborateurs lors des réalisations en boutique et sur site : conseiller le collaborateur dans son perfectionnement de son « geste professionnel ».

Diriger les équipes de la fleuristerie - Recruter : définir le profil, rédiger la fiche de poste ;

- Constituer les équipes en fonction de la nature des commandes, élaborer les plannings ; 

- Conduire les entretiens professionnels (entretiens d’évaluation, de fixation d’objectif, de régulation…) et les bilans de fin de prestation ; 

- Analyser les comportements des salariés et gérer le volet relationnel des collaborateurs entre eux, avec les clients, les autres prestataires ;  

 - Organiser et mener le recrutement d’un apprenti, un alternant ; 

- Arbitrer sur le profil (âge, diplôme) le plus adapté à l’entreprise ;

- Accueillir les jeunes et organiser son parcours d’apprentissage en fonction du référentiel diplôme ;

- Organiser les séquences d’évaluation du jeune dans la fleuristerie ou sur site et les communiquer au CFA ; 

- Présenter son entreprise, son activité en anglais ;

- Négocier avec un fournisseur, un client en langue étrangère.   

Modalités d'évaluation :

 Épreuve d’écologie, botaniqueÉpreuve écrite. Le candidat dispose d’1h30 pour répondre à une série de questions sur l’écologie.   Histoire de l’art Épreuve orale. La Commission de choix de sujets retient 3 styles et disciplines (peinture, architecture, photographie, design, sculpture) couvrant les périodes fin XIX à nos jours. Cette sélection sera communiquée aux candidats 15 jours avant sa soutenance devant jury. Sur la base d’un des 3 sujets tiré au sort, le candidat traite la thématique et l’époque et répond aux questions.   

  Épreuve terminale de pratique professionnelle de l’infiniment grandÀ partir du choix fait par la commission de choix de sujet, le candidat doit mettre en œuvre une discipline des techniques professionnelles dans l’infiniment grand   Pièce de maîtrise Réalisation d’une pièce floraleLe candidat, au cours du cycle de formation, réalise une pièce d’œuvre florale. Cette épreuve vérifie la capacité du candidat à réaliser en toute autonomie une pièce d’œuvre cohérente en faisant appel à sa créativité, à ses compétences techniques.   La pièce de maîtrise est accompagnée d’un dossier, soutenu à l’oral. Le dossier de justifier le thème retenu, de fournir le schéma directeur de la réalisation.   

Épreuve terminale de pratique professionnelle de l’infiniment petitPour l’infiniment petit, il est imposé une source d’inspiration que le candidat doit s’approprier et traduire à travers : - un bijou floral, une pièce d’orfèvrerie végétale, OU - une incrustation végétale, OU - une inclusion végétale dans la transparence, OU - un accessoire de mode, OU  - une marqueterie végétale, OU - un objet expérimental.  

Étude de cas écrite : À partir d’un dossier constitué de textes d’actualité à caractère économique et/ou réglementaire et/ou social (le statut de micro-entrepreneur, les zones franches, le statut de conjoint-collaborateur,…) le candidat devra analyser l’ensemble des documents avant d’en mesurer l’impact éventuel sur son secteur d’activité, sa branche, son entreprise. Son point de vue, devra être argumenté et illustré d’exemples issus de son expérience.   À l’oral : 15 jours après l’écrit Le candidat porte une analyse sur sa production écrite et apporte tout élément complémentaire ou rectificatif, en lien avec le thème lui paraissant pertinent pour le secteur de la fleuristerie.   

Étude de cas écrite : À partir d’une étude de cas, exposant la situation commerciale, la concurrence et le marché d’une entreprise, le candidat analysera la situation commerciale de l’entreprise et formulera une stratégie commerciale et de communication réaliste et en lien avec les ambitions de son dirigeant.    Oral - en contrôle continu :Après une préparation écrite, le candidat développera à l’oral un argumentaire de commercialisation de prestation florale.    

À l’écrit : Étude de cas de gestionSous la forme d’une étude de cas, le candidat réalise une analyse de la situation financière d’une entreprise à partir de ses documents comptables et définit si le projet de reprise ou le projet du dirigeant est viable et sous quelles conditions.

Étude de cas écrite – Épreuve terminaleÀ partir de données, de l’organisation d’une entreprise, le candidat analyse l’organisation RH de l’entreprise et formule des propositions d’organisation, de management pour répondre aux objectifs de son dirigeant. 

À l’oral : Mise en situation d’apprentissage (alternance) Le candidat tire au sort une situation d’alternance qui peut être d’ordre générale ou problématique. Il analyse la situation décrite et formule des réponses ou solutions à cette dernière et ce, dans le cadre strict de son rôle de maître d’apprentissage et de l’exécution de ce contrat de travail particulier.  

À l’oral :  Le candidat tire au sort un texte court en anglais d’ordre économique ou en lien avec son activité de fleuriste Il doit se présenter, présenter son projet professionnel et s’exprimer sur le texte. 

N° et intitulé du bloc Liste de compétences Modalités d'évaluation
RNCP34712BC01

Conception d’une pièce florale originale

- Illustrer la création au moyen de croquis et schémas 

- Argumenter auprès du client et lors de la rédaction de la fiche technique en précisant les sources d’inspiration stylistique  

- Mettre en évidence la plus-value de l’œuvre au regard du site, de l’évènement 

- Définir les végétaux utilisés pour la création (fleurs, glane, bois, etc) en fonction de la saisonnalité, de l’usage, de la couleur, de la durabilité, de la flexibilité, etc 

- Concevoir la forme, la nature, la composition de la structure accueillant le fleurissement 

- Anticiper les contraintes de livraison et d’installation sur le site par la conception d’une structure démontable, emboitable, etc 

- Prévoir les équipements nécessaires à la mise en place de l’œuvre floristique, dans le respect ces règles d’hygiène et de sécurité (échelle, échafaudages, harnais, etc.) 

- Assurer la durabilité de la création en concevant un système d’arrosage adapté et peu contraignent (mur végétalisé, suspension)  

Épreuve d’écologie, botanique – épreuve écrite Le candidat dispose d’1h30 pour répondre à une série de questions sur l’écologie   Histoire de l’art - oral

La Commission de choix de sujets retient 3 styles et disciplines (peinture, architecture, photographie, design, sculpture) couvrant les périodes fin XIX à nos jours. Cette sélection sera communiquée aux candidats 15 jours avant sa soutenance devant jury. Sur la base d’un des 3 sujets tiré au sort, le candidat traite la thématique et l’époque et répond aux questions  

RNCP34712BC02

Créer et réaliser une prestation florale dans l’infiniment grand, de grande dimension

  - Réaliser une sculpture végétale en 3 dimensions, unique et originale, avec des éléments naturels  

- Construire et créer avec des éléments et matériaux naturels une suspension florale 

- Réaliser une compression d’éléments naturels (fleurs, feuillages, tiges, fibres, écorce, liane, branche,…) et/ou manufacturés (tissus, textiles, tissés, papier, plastique, métal,…) 

- Construire une armature, une structure avec pour objectif son fleurissement lors d’une cérémonie, d’un événement… dans le respect des règles de sécurité 

- Réaliser un stand, une vitrine, une exposition en utilisant des matériaux organiques et autres  

 Épreuve terminale de pratique professionnelle de l’infiniment grandÀ partir du choix fait par la commission de choix de sujet, le candidat doit mettre en œuvre une discipline des techniques professionnelles dans l’infiniment grand   Pièce de maîtrise Réalisation d’une pièce florale Le candidat, au cours du cycle de formation, réalise une pièce d’œuvre florale.  Cette épreuve vérifie la capacité du candidat à réaliser en toute autonomie une pièce d’œuvre cohérente en faisant appel à sa créativité, à ses compétences techniques. La pièce de maîtrise est accompagnée d’un dossier, soutenu à l’oral. Le dossier de justifier le thème retenu, de fournir le schéma directeur de la réalisation  

RNCP34712BC03

Créer et réaliser une prestation florale dans l’infiniment petit*, de petite taille

- Réaliser une pièce de joaillerie ou une pièce d’orfèvrerie florale, végétale 

- Réaliser un objet avec techniques d’incrustation des végétaux apparente (Ex : Ecrin à bijoux) 

- Réaliser et créer une inclusion végétale dans la transparence 

- Réaliser un accessoire de mode (l’accessoire peut également être un vêtement) 

- Réaliser et créer une marqueterie végétale et/ou minérale  

Épreuve terminale de pratique professionnelle de l’infiniment petitPour l’infiniment petit, il est imposé une source d’inspiration que le candidat doit s’approprier et traduire à travers : 

- un bijou floral, une pièce d’orfèvrerie végétale, OU - une incrustation végétale, OU - une inclusion végétale dans la transparence, OU - un accessoire de mode, OU  - une marqueterie végétale, OU - un objet expérimental  

RNCP34712BC04

Créer et développer une entreprise de fleuristerie

- Conduire un projet de création d’entreprise, de reprise ou de développement d’activités 

- Construire le projet entrepreneurial, le business model de la création et du développement de l’entreprise 

- Identifier et actionner les leviers d’aide (outils & structures) financiers et administratifs 

- Construire un argumentaire, une présentation, une « storytelling » pour défendre son projet dans le registre adapté à ses interlocuteurs (banquiers investisseurs, clients etc)  

 Étude de cas écrite : À partir d’un dossier constitué de textes d’actualité à caractère économique et/ou réglementaire et/ou social (le statut de micro-entrepreneur, les zones franches, le statut de conjoint-collaborateur,…) le candidat devra analyser l’ensemble des documents avant d’en mesurer l’impact éventuel sur son secteur d’activité, sa branche, son entreprise. Son point de vue, devra être argumenté et illustré d’exemples issus de son expérience.    À l’oral :15 jours après l’écrit Le candidat porte une analyse sur sa production écrite et apporte tout élément complémentaire ou rectificatif, en lien avec le thème lui paraissant pertinent pour le secteur de la fleuristerie. 

RNCP34712BC05

Commercialiser les prestations de la fleuristerie


 - Définir la politique commerciale de la fleuristerie 

- Déterminer la politique tarifaire applicable aux réalisations et prestations en matière de fleurissement (ponctuel et/ou entretien) 

- Présenter les réalisations et le projet de le fleuristerie au donneur d’ordre et le conseiller 

- Répondre aux objections et aménager l’offre si nécessaire 

- Concevoir des outils de communication 

- Encadrer les ventes et l’après-vente de la fleuristerie 

- Conduire une négociation commerciale avec un client, un prescripteur 

-Organiser l’après-vente et le suivi des prestations dans le cadre notamment des contrats - Bâtir les argumentaires à destinations des collaborateurs  

  - Présenter son entreprise, ses activités en anglais - Négocier avec un fournisseur, un client en langue étrangère  

Étude de cas écrite : À partir d’une étude de cas, exposant la situation commerciale, la concurrence et le marché d’une entreprise, le candidat analysera la situation commerciale de l’entreprise et formulera une stratégie commerciale et de communication réaliste et en lien avec les ambitions de son dirigeant   Oral - en contrôle continu : Après une préparation écrite, le candidat développera à l’oral un argumentaire de commercialisation de prestation florale  

   Langue étrangère - oral :  Le candidat tire au sort un texte court en anglais d’ordre économique ou en lien avec son activité de fleuriste Il doit se présenter, présenter son projet professionnel et s’exprimer sur le texte.  

RNCP34712BC06

Gérer financièrement et économiquement la fleuristerie

Élaborer le dossier financier de l’entreprise à destination des partenaires extérieurs (banquier, société de cautionnement mutuel,…) - Définir la stratégie de l’entreprise à partir des documents comptables élaborés par l’expert-comptable 

- Justifier et/ou expliquer la stratégie de l’entreprise au moyen des comptes de résultats et des bilans sur les derniers exercices : conséquences et raisons des investissements effectués, des recrutements, etc 

- Élaborer un plan de financement réaliste à destination du banquier, et négocier un prêt, des facilités de trésorerie lors d’investissements  

- Identifier les indicateurs de la santé financière de l’entreprise et les utiliser comme argument auprès des donneurs d’ordre, des financiers Piloter au quotidien la rentabilité de l’entreprise de fleuristerie - Établir le seuil de rentabilité de chaque prestation, en magasin ou sur site 

- Surveiller la valeur des stocks et sa rotation 

- Gérer les délais de paiement des clients, en particulier pour les contrats  

- Négocier les délais fournisseurs  

À l’écrit : Étude de cas de gestion Sous la forme d’une étude de cas, le candidat réalise une analyse de la situation financière d’une entreprise à partir de ses documents comptables et définit si le projet de reprise ou le projet du dirigeant est viable et sous quelles conditions.

RNCP34712BC07

Gérer les ressources humaines de la fleuristerie

  Développer les compétences des salariés  -Élaborer le plan de formation de l’entreprise de fleuristerie pour intégrer les innovations techniques, esthétiques et réglementaires (habilitations et renouvellement de celles-ci) et le développement personnel des salariés  

- Mettre en place les dispositions spécifiques de la convention collective  

- Assurer l’accompagnement des collaborateurs lors des réalisations en boutique et sur site : conseiller le collaborateur dans son perfectionnement de son « geste professionnel » Diriger les équipes de la fleuristerie - Recruter : définir le profil, rédiger la fiche de poste 

- Constituer les équipes en fonction de la nature des commandes, élaborer les plannings  

- Conduire les entretiens professionnels (entretiens d’évaluation, de fixation d’objectif, de régulation…) et les bilans de fin de prestation 

- Analyser les comportements des salariés et gérer le volet relationnel des collaborateurs entre eux, avec les clients, les autres prestataires  

Étude de cas écrite – Épreuve terminaleÀ partir de données, de l’organisation d’une entreprise, le candidat analyse l’organisation RH de l’entreprise et formule des propositions d’organisation, de management pour répondre aux objectifs de son dirigeant 

RNCP34712BC08

Recruter, accueillir et former un apprenti, un alternant

 - Organiser et mener le recrutement d’un apprenti, un alternant 

- Arbitrer sur le profil (âge, diplôme) le plus adapté à l’entreprise 

- Accueillir les jeunes et organiser son parcours d’apprentissage en fonction du référentiel diplôme - Organiser les séquences d’évaluation du jeune dans la fleuristerie ou sur site et les communiquer au CFA  

À l’oral : Mise en situation d’apprentissage (alternance) Le candidat tire au sort une situation d’alternance qui peut être d’ordre générale ou problématique. Il analyse la situation décrite et formule des réponses ou solutions à cette dernière et ce, dans le cadre strict de son rôle de maître d’apprentissage et de l’exécution de ce contrat de travail particulier.  

Description des modalités d'acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par équivalence :

 Le Brevet de maîtrise fleuriste est délivré aux candidats ayant validé l'ensemble des blocs de compétences. 

Secteurs d’activités :

Le titulaire du BM de fleuriste exerce principalement en entreprise artisanale (moins de 20 salariés par atelier de production) mono-site ou multi-sites.  Il peut également être salarié d’une jardinerie, être responsable d’un centre de profit pour une enseigne.  

Type d'emplois accessibles :

 Fleuriste, en responsabilité technique et/ou managériale, chef d’entreprise. 

Code(s) ROME :
  • M1302 - Direction de petite ou moyenne entreprise
  • D1209 - Vente de végétaux
Références juridiques des règlementations d’activité :

La profession de fleuriste n’est pas une activité réglementée. Cependant, l’obtention du Brevet de maîtrise délivre la qualité de maître artisan pour la certification qui nous intéresse : le titre de maître artisan, régie par le décret n°98-247 du 2 avril 1998.  

Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :

 La certification est accessible aux titulaires  - d’un niveau 4 (anciennement IV) technique dans la spécialité de la fleuristerie (BP, BTM), ou - d’un niveau 3 (anciennement V) de fleuriste et justifiant de 5 années d’expérience professionnelle (hors temps d’apprentissage) et satisfaisant à un entretien de positionnement.  



Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X -
En contrat d’apprentissage X

 Le jury général comprend des membres désignés par le président de la  chambre de métiers et de l’artisanat (lui-même président du jury  général) :
- Un membre désigné par l’organisation professionnelle représentative du secteur des métiers ;
- Le directeur régional, de la consommation, de la concurrence, du travail et de l’emploi ;
- L’Inspecteur d’Académie ou un professeur de l’enseignement technologique désigné par lui ;
- Des formateurs ou responsables pédagogiques chargés de la préparation  au Brevet de maîtrise, désignés par le président de la chambre de  métiers et de l’artisanat ou de l’organisation professionnelle, si elle  organise seule la formation ;
- Le président du jury particulier ;
- Les correcteurs peuvent y être associés autant que de besoin.  

Après un parcours de formation continue X

Le jury général comprend des membres désignés par le président de la  chambre de métiers et de l’artisanat (lui-même président du jury  général) : 

- Un membre désigné par l’organisation professionnelle représentative du secteur des métiers ;

- Le directeur régional, de la consommation, de la concurrence, du travail et de l’emploi ;

- L’Inspecteur d’Académie ou un professeur de l’enseignement technologique désigné par lui ;

- Des formateurs ou responsables pédagogiques chargés de la préparation  au Brevet de maîtrise, désignés par le président de la chambre de  métiers et de l’artisanat ou de l’organisation professionnelle, si elle  organise seule la formation ;

- Le président du jury particulier ;

- Les correcteurs peuvent y être associés autant que de besoin.  

En contrat de professionnalisation X

 Le jury général comprend des membres désignés par le président de la  chambre de métiers et de l’artisanat (lui-même président du jury  général) :
- Un membre désigné par l’organisation professionnelle représentative du secteur des métiers ;
- Le directeur régional, de la consommation, de la concurrence, du travail et de l’emploi ;
- L’Inspecteur d’Académie ou un professeur de l’enseignement technologique désigné par lui ;
- Des formateurs ou responsables pédagogiques chargés de la préparation  au Brevet de maîtrise, désignés par le président de la chambre de  métiers et de l’artisanat ou de l’organisation professionnelle, si elle  organise seule la formation ;
- Le président du jury particulier ;
- Les correcteurs peuvent y être associés autant que de besoin.  

Par candidature individuelle X -
Par expérience X

 Le jury VAE est constitué à 50% au minimum de professionnels (chefs  d’entreprise et salariés), le reste de représentants de l’organisme de  formation 

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non
Date de décision 29-06-2020
Durée de l'enregistrement en années 3
Date d'échéance de l'enregistrement 29-06-2023
Promotions (année d'obtention) pouvant bénéficier du niveau de qualification octroyé 2018|2019|2020
Statistiques :
Année d'obtention de la certification Nombre de certifiés Nombre de certifiés à la suite d’un parcours vae Taux d'insertion global à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 2 ans (en %)
2018 10 0 100 100 -
2017 13 0 100 85 83
Lien internet vers le descriptif de la certification :

https://www.choisirlartisanat.fr/metiers/fleuriste


Certification(s) antérieure(s) :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP7419 RNCP7419 - Fleuriste (BM)
Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet