Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

TP - Monteur levageur de structures métalliques

Active

N° de fiche
RNCP35348
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 3
Code(s) NSF :
  • 254s : Soudage, assemblage, pose, d ensembles métalliques et de chaudronnerie
Formacode(s) :
  • 22387 : construction métallique
Date d’échéance de l’enregistrement : 17-03-2026
Nom légal Nom commercial Site internet
Ministère du travail - -
Objectifs et contexte de la certification :

Le monteur levageur de structures métalliques est un professionnel qui, en équipe et sous la responsabilité d'un chef d'équipe ou chef de chantier, assemble au sol et en hauteur, des ouvrages provisoires ou définitifs du bâtiment et des travaux publics.

L’activité s’exerce dans un cadre très règlementé du point de vue de la sécurité et concerne la certification professionnelle dans son ensemble. Le professionnel travaille dans le respect des règles de sécurité individuelles et collectives. Il réalise les manœuvres des plates-formes élévatrices automotrices multidirectionnelles de type plates-formes élévatrices mobiles de personnel catégorie 3B. La capacité à conduire ces engins structure l’ensemble du descriptif des activités et des compétences décrites.  


Activités visées :

Pour la manutention et le levage des éléments lourds, un engin de levage (grue mobile, grue à tour ou chariot élévateur à flèche télescopique), avec son conducteur est mis à la disposition de l'équipe. Le professionnel n'est pas le conducteur de l'engin de levage. En matière de manutention et de levage de charges, son action se limite à l'accrochage par élingues de celles-ci et au guidage des manœuvres du « grutier » par radio ou gestes conventionnels.

En matière de montage de structures métalliques, les ouvrages érigés sont principalement des ossatures en acier d'immeubles et de bâtiments industriels dont le clos et le couvert sont assurés par la mise en place de panneaux isolants (usines, entrepôts, grandes surfaces, bâtiments agricoles, etc.).

En matière de montage de structures provisoires, les ouvrages sont de type soutènement nécessaires à la construction des ouvrages de bâtiment ou de génie civil (buttons, palées provisoires, etc.).

Qui dit « structure provisoire » dit démontage et repli du matériel de celle-ci. Le professionnel assure les différentes phases liées au montage-levage/démontage quels que soient le type de matériel utilisé et les charges soulevées.

Sous réserve de suivre une formation complémentaire spécifique aux assemblages provisoires et définitifs des structures en bois ou en béton (armé, précontraint), le professionnel sera en capacité de construire les structures de ce(s) type(s).

L'emploi est non sédentaire. La mobilité est au minimum régionale et souvent nationale, voire internationale. Les réalisations sont principalement en plein air, en hauteur et en toutes saisons. L'éloignement fréquent vers le lieu de travail implique un temps de déplacement et une vie hebdomadaire à proximité du chantier. Le travail en hauteur, bien que largement aidé par les engins de levage, demeure physique.

Le professionnel réalise son activité dans le respect des règles de sécurité individuelles et collectives (et, s'il existe, en application du PPSPS, sinon du plan de prévention).

Le professionnel déplace et réalise les manœuvres des plates-formes élévatrices automotrices multidirectionnelles de type PEMP catégorie 3B (Cf. la R486 de la CNAM - Risques professionnels).

Pour la conduite de cet engin, le professionnel détient l'autorisation de conduite délivrée par son employeur.

La capacité à conduire la PEMP est indispensable pour accéder à l'emploi.

Pour les opérations de déchargement et de préparation du chantier, le professionnel peut être également amené à conduire et utiliser un chariot élévateur tout terrain de catégorie F (Cf. la R482 de la CNAN - Risques professionnels).

La capacité à conduire ce type d'engin n'est pas indispensable pour accéder à l'emploi.

Compétences attestées :
  1. Monter des structures métalliques
  • Décharger, trier et stocker temporairement des éléments de structures et du matériel
  • Assembler depuis le sol des éléments de structures
  • Assembler en hauteur des éléments de structures
  • Démonter une structure provisoire, coliser les éléments et le matériel pour repli
Modalités d'évaluation :

Les compétences des candidats (VAE ou issus de la formation) sont évaluées par un jury au vu :

a)  D’une mise en situation professionnelle ou d’une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, éventuellement complétée par d’autres modalités d’évaluation : entretien technique, questionnaire professionnel, questionnement à partir de production(s)

b)  d’un dossier faisant état des pratiques professionnelles du candidat

c)  des résultats des évaluations passées en cours de formation pour les candidats issus d’un parcours de formation.

Secteurs d’activités :
  • les entreprises de montage levage
  • les entreprises de construction et/ou montage de charpentes métalliques
  • les entreprises du bâtiment et du génie civil
  • les entreprises de travail temporaire
Type d'emplois accessibles :
  • monteur levageur
  • monteur en structures métalliques

Sous réserve de formations complémentaires :

  • monteur de structures bois ou laméllé collé
  • monteur de structures beton armé ou précontraint
Code(s) ROME :
  • F1502 - Montage de structures métalliques
Références juridiques des règlementations d’activité :

Conduite des engins : la conduite des engins servant à la manutention et au levage des charges et/ou des personnes est réservée aux travailleurs qui ont reçu une formation adéquate (art. R. 4323-55 du code du travail), et sont titulaires d'une autorisation de conduite délivrée par leur employeur pour les engins et PEMP confiés.

Echafaudages : l'article R. 4343-69 du code du travail impose que les échafaudages ne puissent être montés, démontés ou sensiblement modifiés que sous la direction d'une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées.

Travail à proximité des réseaux : depuis le 1er janvier 2018, une autorisation d'intervention à proximité des réseaux (AIPR) est obligatoire pour les professionnels qui effectuent des travaux près de réseaux aériens, enterrés ou subaquatiques.

Chaque employeur, privé ou public, doit faire attester les compétences de ses salariés, selon l'arrêté du 22 décembre 2015.

Lorsque l'activité du salarié est susceptible d'impacter uniquement des réseaux aériens, l'habilitation électrique en cours de validité est une preuve de compétence et permet à l'employeur de délivrer l'AIPR.

Travail en hauteur : la règlementation ne donnant pas de définitions du travail en hauteur, c'est au chef d'établissement, responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés, de rechercher l'existence d'un risque de chute de hauteur en procédant à l'évaluation du risque.

De manière générale, une formation au port et à l'utilisation du harnais de sécurité est jugée indispensable. Elle peut être complétée par la mise en œuvre de ligne de vie provisoire.

Il se conforme ainsi aux principes généraux de prévention énoncés dans les articles L. 4121-1 à 5 du code du travail.

Travaux interdits aux jeunes travailleurs : sur les chantiers de bâtiment et de travaux publics, il est interdit d'employer les jeunes travailleurs âgés de moins de 18 ans à des travaux en élévation (article D. 4153-36 du code du travail). Les travaux suivants sont également interdits :

  • travaux sur nacelles suspendues, échafaudages volants, échelles suspendues et plates-formes élévatrices sur mâts ou élévateurs à nacelle
  • montage et démontage des échafaudages et de tous autres dispositifs de protection.

Des dérogations peuvent cependant être accordées, notamment pour les étudiants et apprentis préparant un diplôme de l'enseignement technologique ou professionnel (article D. 4153-48 du code du travail).

Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :




Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X -
En contrat d’apprentissage X

Le jury du titre est habilité par le représentant territorial compétent du ministère chargé de l'emploi. Il est composé de professionnels du métier concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education)

Après un parcours de formation continue X

Le jury du titre est habilité par le représentant territorial compétent du ministère chargé de l'emploi. Il est composé de professionnels du métier concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education)

En contrat de professionnalisation X

Le jury du titre est habilité par le représentant territorial compétent du ministère chargé de l'emploi. Il est composé de professionnels du métier concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education)

Par candidature individuelle X -
Par expérience X

Le jury du titre est habilité par le représentant territorial compétent du ministère chargé de l'emploi. Il est composé de professionnels du métier concerné par le titre. (Art. R 338-6 du Code de l’Education)

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
30-12-2015

Décret n°2016-954 du 11 juillet 2016 relatif au titre professionnel délivré par le ministre chargé de l’emploi

Arrêté du 22 décembre 2015 modifié relatif aux conditions de délivrance du titre professionnel du ministère chargé de l'emploi

Arrêté du 21 juillet 2016 portant règlement général des sessions d’examen pour l’obtention du titre professionnel du ministère chargé de l'emploi

Arrêté du 21 juillet 2016 relatif aux modalités d'agrément des organismes visés à l'article R. 338-8 du code de l'éducation

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
09-02-2021

Arrêté du 22 janvier 2021 relatif au titre professionnel de monteur levageur de structures métalliques

Date d'effet de la certification 17-03-2021
Date d'échéance de l'enregistrement 17-03-2026
Statistiques :
Lien internet vers le descriptif de la certification :

www.travail-emploi.gouv.fr


Le certificateur n'habilite aucun organisme préparant à la certification

Certification(s) antérieure(s) :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP1809 RNCP1809 - TP - Monteur levageur
Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet