Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

Géomètre Géomaticien

Active

N° de fiche
RNCP36020
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 5
Code(s) NSF :
  • 117b : Méthodes, mesures, modèles en sciences de la terre
  • 326 : Informatique, traitement de l'information, réseaux de transmission
  • 231 : Mines et carrières, génie civil, topographie
Formacode(s) :
  • 72654 : logiciel système information géographique
  • 24277 : télédétection
  • 12232 : géomatique
  • 31036 : administration base de données
  • 12225 : topographie
Taux d'insertion global moyen à 6 mois : 100%%

Taux d'insertion moyen dans le(s) métier(s) visé(s) à 6 mois : 75%
Date d’échéance de l’enregistrement : 10-11-2023
Nom légal SIRET Nom commercial Site internet
INST NAT INFO GEOGRAPHIQUE FORESTIERE 18006701900430 ENSG https://www.ensg.eu
Objectifs et contexte de la certification :

Cette certification propose une acquisition de connaissances et de compétences indispensables pour maîtriser un noyau commun de la collecte, du traitement et de la diffusion des données géographiques tout en offrant une possibilité de se spécialiser sur une partie de la chaîne de production. Elle est donc totalement en phase avec l'évolution des besoins de la société de l'information et surtout l'évolution du marché de l'emploi dans ce domaine. La géomatique, construite à partir des mots géographie et informatique, englobe l'ensemble des outils et méthodes permettant de connaître à un instant donné la forme et la localisation des objets ou de phénomènes localisables. De facto, elle associe et enchaîne trois activités distinctes, à des degrés divers en fonction des usages professionnels attendus, mais intimement liées : la collecte, le traitement et la diffusion des données géographiques ou localisées.  L’évolution des technologies et l’essor du numérique ont progressivement élargi les activités à tel point qu’il est devenu maintenant difficile de maîtriser l’ensemble des connaissances et compétences nécessaires sans se spécialiser sur une partie de cette chaîne de production. Autour d’un noyau commun mais afin de marquer cette orientation ou spécialisation et d’en faciliter l’identification, le terme de géomètre est ainsi souvent associé à un substantif complémentaire. Le géomaticien se spécialise dans la partie avale de diffusion des données ce qui implique une plus grande maîtrise de la partie informatique de la chaîne de production pour réaliser et faire fonctionner des systèmes d'information géographique. 

  

Activités visées :
  1. Organisation des missions d’acquisition de données géolocalisées
  2. Acquisition et consolidation géométrique des données géolocalisées multi-sources
  3. Extraction et structuration de l’information géographique à partir de données géolocalisées acquises
  4. Intégration des informations géographiques dans une base de données géographiques existante, et le cas échéant, sa conception
  5. Représentation de l’information géographique sur une carte et réalisation des opérations simples d’analyse spatiale
  6. Optimisation par le numérique d’un processus de production et de gestion et développement d’applications logicielles s’appuyant sur des données géographiques
Compétences attestées :

  Contribuer à une analyse du besoin nécessitant l’acquisition de données géolocalisées, sous la supervision d’un responsable de mission :

  • en analysant un appel d’offre et en exploitant des documents préalables ;
  • en effectuant une reconnaissance terrain pour identifier les spécificités et difficultés liées au type d’acquisition et/ou à la morphologie du terrain ; 
  • en respectant la réglementation foncière et cadastrale pour réaliser des levés de bornage ; 
  • en respectant la législation aérienne, notamment sur les drones ; 
  • en participant à l’élaboration d’un devis ; 
  • en utilisant le cas échéant l’anglais technique et courant ;    

 Planifier une mission d’acquisition :

  • en s’appuyant sur les concepts de la géodésie, de la topométrie et de la photogrammétrie ; 
  • en choisissant le matériel adapté ; 
  • en définissant les modes opératoires les plus adaptés pour répondre aux besoins client ;
  • en planifiant les acquisitions photographiques ou des prises de vues terrestres ou aériennes ; 
  • en respectant les consignes de sécurité ; 
  • en respectant les principes d’éthique, de déontologie et de responsabilité environnementale ; 
  • en maîtrisant une suite bureautique pour produire et présenter des documents professionnels ; 

Maintenir en conditions opérationnelles (MCO) les matériels d’acquisition :

  • en calibrant, étalonnant les instruments de mesures terrestres (stations totales, niveaux), caméras photogrammétriques, Lidars terrestres, et récepteurs GNSS, pour maintenir le niveau de précision requis ; 
  • en respectant les procédures qualité de l’entreprise et du commanditaire ;  

Mettre en œuvre l’acquisition ou assister le chef de mission dans la mise en œuvre d’une acquisition :

  • en coordonnant des équipes d’opérateurs ; 
  • en maîtrisant les coûts des opérations pour respecter les devis ; 
  • en respectant les consignes de sécurité ; 
  • en s’adaptant aux aléas environnementaux ;  
  • en utilisant le cas échéant l’anglais technique et courant ;  

  Réaliser des acquisitions de données géolocalisées en respectant un cahier des charges :

  • en utilisant les instruments de mesure (tachéomètres, récepteurs GNSS, niveaux, distancemètres, lasers scanners) dans les règles de l’art ; 
  • en s’appuyant sur un canevas existant ; 
  • en effectuant des levers intérieurs/extérieurs ; 
  • en établissant un croquis et/ou en respectant une géocodification ; 
  • en interprétant correctement son environnement pour le choix des points levés ; 
  • en effectuant des implantations ou des recollements ;  

  Consolider (remettre en géométrie cohérente) les données géolocalisées acquises :

  • en s’appuyant sur les concepts de la géodésie, de la topométrie, de la photogrammétrie et du traitement d’images ; 
  • en faisant les calculs topométriques, géodésiques, en planimétrie et en altimétrie, notamment par compensation par moindres carrés ;  
  •  en mesurant des points homologues et d’appui de manière manuelle et automatique ; 
  • en estimant la position relative et absolue d’images ou de nuages de points 3D par photo-triangulation ou par compensation ; 
  • en assemblant des nuages de points 3D ; 
  • en géoréférençant des acquisitions grâce aux acquisitions GNSS ou à un canevas topographique ;  

Évaluer la qualité des données acquises par ses propres équipes ou par des tiers : 

  • en effectuant les contrôles nécessaires pour réduire les risques d’erreurs, de fautes et en garantissant les besoins client ; 
  • en qualifiant en termes réglementaires la précision, les résultats ou les produits ;  

 Réaliser des produits photogrammétriques élaborés : 

  • en produisant des orthoimages à partir des blocs d’images satellites ou aériennes ou terrestres ;
  • en produisant des nuages de points 3D par appariement dense d’image multi-vues ; 
  • en triangulant des nuages de points 3D photogrammétriques ou lidar pour construire des maillages surfaciques 3D ; 
  • en produisant des maillages texturés ; 
  • en produisant des modèles numériques de terrain à partir de maillages ; 

Extraire des informations quantitatives par télédétection aérienne ou spatiale :

  • en s’appuyant sur les concepts de la géographie physique et de la photo-interprétation ; 
  • en identifiant des structures anthropiques, les grands types de végétation et la géomorphologie ; 
  • en constituant des images issues des canaux visibles et proche infrarouge pour mettre en évidence des phénomènes thématiques ; 
  • en dégageant les grands types d’occupation du sol par classification automatique ; 
  • en faisant le lien entre les données et les phénomènes biogéographiques ;   

Structurer et/ou traiter les données vecteur pour reconstruire des objets, plans 2D ou modèles 3D à diverses échelles :

  • en reconstruisant la géométrie complète d’un objet à partir des primitives de l’objet ; 
  • en reconstruisant la topologie d’un objet à partir de géométries “imprécises” ; 
  • en construisant un modèle de bâtiment répondant aux spécifications du BIM ; 
  • en choisissant à bon escient le niveau de détails ; 

  Constituer une base de données géographiques :

  • en structurant la base de données en fonction des besoins ; 
  • en identifiant différentes sources de données ; 
  • en gérant les systèmes de référence de coordonnées (SRC) ; 
  • en qualifiant la source, en s’appuyant sur les métadonnées ; 
  • en utilisant des systèmes de gestion de bases de données géographiques ; 
  • en respectant la réglementation ;   

Mettre à jour et maintenir une base de données géographiques

  • en intégrant de nouvelles données open source ; 
  • en contrôlant la qualité des données intégrées ; 
  • en utilisant des systèmes de gestion de bases de données géographiques ; 
  • en respectant la réglementation ; 
  • en veillant à faire des sauvegardes ; 
  • en rendant compte à l’administrateur de la base ;  

  Visualiser et diffuser des informations géographiques en 2D et en 3D :

  • en utilisant un logiciel type SIG, un logiciel de CAO ou des outils de webmapping ; 
  • en utilisant des plateformes, des services, des logiciels de géovisualisation 3D ;   

Réaliser des analyses spatiales dans une base de données géographiques au sein d’un SIG :

  •  en utilisant des requêtes spatiales dans le langage SQL ; 
  • en croisant des informations géographiques pour identifier des phénomènes thématiques (évolutions, corrélations, dynamiques, statistiques, etc.) ; 
  • en réalisant des opérations d’analyse spatiale et statistique ;   

Réaliser une carte, un plan répondant aux besoins à partir d’une base de données géographique :

  • en respectant une charte graphique ; 
  • en s’appuyant sur les règles de la sémiologie graphique et de la cartographie (papier, écran, web, 3D, etc.) ; 
  • en sélectionnant ou en créant les données au bon niveau de détails ; 
  • en produisant des plans, des cartes topographiques, thématiques ou de synthèse en fonction des besoins ;  

  Développer des scripts d’automatisation de tâches complexes ou répétitives

  • en concevant un algorithme de traitement de données pour répondre à un besoin ; 
  • en développant à partir d’un algorithme un programme informatique traitant les données (calculs, conversion de fichiers) dans un langage de programmation couramment utilisé dans le monde de la géomatique ;   

Programmer des fonctions de manipulation de données géographiques au sein d’un SIG : 

  • en programmant en python, et le cas échéant en langage orienté objet, des enchaînements de fonctions élémentaires dans un SIG ;   

Programmer des interfaces Web de visualisation et de manipulation de données géographiques :

  • en utilisant le langage HTML, CSS, Java Script pour une application de géovisualisation exploitant la librairie Leaflet et consommant des API cartographiques ;  


Modalités d'évaluation :

Stages terrain sur le site du Centre d’instruction de Forcalquier : Durée : 14 semaines en première année et 6 semaines en deuxième année ; Evaluation par la mise en situation réelle du travail : ● calibration et étalonnage du matériel de mesure ; ● planification des acquisitions dans le cadre des projets terrain ; ● planification des prises de vue aériennes terrestres ou aériennes (drones) ;  Évaluation du rapport et de la soutenance par le jury en présence du commanditaire (travail collaboratifs par petits groupes d’élèves) ;   

Stage en entreprise: Durée : de 10 à 12 semaines Evaluation du maître de stage du travail effectuéEvaluation par le jury composé d’enseignants, de professionnels et du commanditaire : ● du rapport ; ● de la soutenance orale ; ● de l’archivage numérique des productions ;  

    Projet Cartographique/SIG (réalisé par petits groupe d’élèves) :  Durée : 60h  Evaluation par le jury composé d’enseignants et du commanditaire : ● du rapport ; ● de la soutenance orale ; ● de l’archivage numérique ;    

 Projet géomatique (selon le sujet) : Durée : 60h  Evaluation par le jury composé d’enseignants et du commanditaire : ● du rapport ; ● de la soutenance orale ; ● du tutoriel d'installation et de la documentation pour l’utilisateur ; ● de la documentation développeur ; ● de l’archivage numérique ;    

N° et intitulé du bloc Liste de compétences Modalités d'évaluation
RNCP36020BC01

Organisation des missions d’acquisition de données géolocalisées

Contribuer à une analyse du besoin nécessitant l’acquisition de données géolocalisées, sous la supervision d’un responsable de mission :

  •  en analysant un appel d’offre et en exploitant des documents préalables ; 
  • en effectuant une reconnaissance terrain pour identifier les spécificités et difficultés liées au type d’acquisition et/ou à la morphologie du terrain ; 
  • en respectant la réglementation foncière et cadastrale pour réaliser des levés de bornage ; 
  • en respectant la législation aérienne, notamment sur les drones ; 
  • en participant à l’élaboration d’un devis ; 
  • en utilisant le cas échéant l’anglais technique et courant ;     

Planifier une mission d’acquisition : 

  • en s’appuyant sur les concepts de la géodésie, de la topométrie et de la photogrammétrie ; 
  • en choisissant le matériel adapté ; 
  • en définissant les modes opératoires les plus adaptés pour répondre aux besoins client ; 
  • en planifiant les acquisitions photographiques ou des prises de vues terrestres ou aériennes ; 
  • en respectant les consignes de sécurité ; 
  • en respectant les principes d’éthique, de déontologie et de responsabilité environnementale ; 
  • en maîtrisant une suite bureautique pour produire et présenter des documents professionnels ;  

Maintenir en conditions opérationnelles (MCO) les matériels d’acquisition :

  • en calibrant, étalonnant les instruments de mesures terrestres (stations totales, niveaux), caméras photogrammétriques, Lidars terrestres, et récepteurs GNSS, pour maintenir le niveau de précision requis ; 
  • en respectant les procédures qualité de l’entreprise et du commanditaire ;  

Mise en situation rélle de travail : stage terrain, stage entreprise 

RNCP36020BC02

Acquisition et consolidation géométrique des données géolocalisées multi-sources

  Mettre en oeuvre l’acquisition ou assister le chef de mission dans la mise en oeuvre d’une acquisition : 

  • en coordonnant des équipes d’opérateurs ; 
  • en maîtrisant les coûts des opérations pour respecter les devis ; 
  • en respectant les consignes de sécurité ; 
  • en s’adaptant aux aléas environnementaux ;  
  • en utilisant le cas échéant l’anglais technique et courant ; 

Réaliser des acquisitions de données géolocalisées en respectant un cahier des charges :

  •   en utilisant les instruments de mesure (tachéomètres, récepteurs GNSS, niveaux, distancemètres, lasers scanners) dans les règles de l’art ; 
  • en s’appuyant sur un canevas existant ; 
  • en effectuant des levers intérieurs/extérieurs ; 
  •  en établissant un croquis et/ou en respectant une géocodification ; 
  • en interprétant correctement son environnement pour le choix des points levés ; 
  • en effectuant des implantations ou des recollements ;       


Réaliser des missions de prises de vue terrestres ou acquérir des images spatiales : 

  • en effectuant les acquisitions photographiques ; 
  • en respectant les spécifications de la prise de vues ; 
  • en identifiant rapidement les sources pour se procurer des images satellites ou aériennes adéquates ;  

 Consolider (remettre en géométrie cohérente) les données géolocalisées acquises : 

  • en s’appuyant sur les concepts de la géodésie, de la topométrie, de la photogrammétrie et du traitement d’images ; 
  • en faisant les calculs topométriques, géodésiques, en planimétrie et en altimétrie, notamment par compensation par moindres carrés ;  
  • en mesurant des points homologues et d’appui de manière manuelle et automatique ; 
  • en estimant la position relative et absolue d’images ou de nuages de points 3D par photo-triangulation ou par compensation ; 
  • en assemblant des nuages de points 3D ; 
  • en géoréférençant des acquisitions grâce aux acquisitions GNSS ou à un canevas topographique ;   

Évaluer la qualité des données acquises par ses propres équipes ou par des tiers : 

  •  en effectuant les contrôles nécessaires pour réduire les risques d’erreurs, de fautes et en garantissant les besoins client ; 
  •  en qualifiant en termes réglementaires la précision, les résultats ou les produits ;    

Mise en situation réelle de travail : stage terrain, stage entreprise

RNCP36020BC03

Extraction et structuration de l’information géographique à partir de données géolocalisées acquises

Réaliser des produits photogrammétriques élaborés : 

  • en produisant des orthoimages à partir des blocs d’images satellites ou aériennes ou terrestres ;
  • en produisant des nuages de points 3D par appariement dense d’image multi-vues ;
  • en triangulant des nuages de points 3D photogrammétriques ou lidar pour construire des maillages surfaciques 3D ;
  • en produisant des maillages texturés ;
  • en produisant des modèles numériques de terrain à partir de maillages ;

Extraire des informations quantitatives par télédétection aérienne ou spatiale :

  • en s’appuyant sur les concepts de la géographie physique et de la photo-interprétation ;
  • en identifiant des structures anthropiques, les grands types de végétation et la géomorphologie ;
  • en constituant des images issues des canaux visibles et proche infrarouge pour mettre en évidence des phénomènes thématiques ;
  • en dégageant les grands types d’occupation du sol par classification automatique ;
  • en faisant le lien entre les données et les phénomènes biogéographiques ;

Structurer et/ou traiter les données vecteur pour reconstruire des objets, plans 2D ou modèles 3D à diverses échelles :

  • en reconstruisant la géométrie complète d’un objet à partir des primitives de l’objet ;
  • en reconstruisant la topologie d’un objet à partir de géométries “imprécises” ;
  • en construisant un modèle de bâtiment répondant aux spécifications du BIM ;
  • en choisissant à bon escient le niveau de détails ;

Mise en situation réelle de travail : stage entreprise, stage terrain


RNCP36020BC04

Intégration des informations géographiques dans une base de données géographiques existante, et le cas échéant, sa conception

Constituer une base de données géographiques :

  • en structurant la base de données en fonction des besoins ;
  • en identifiant différentes sources de données ;
  • en gérant les systèmes de référence de coordonnées (SRC) ;
  • en qualifiant la source, en s’appuyant sur les métadonnées ;
  • en utilisant des systèmes de gestion de bases de données géographiques ;
  • en respectant la réglementation ;

Mettre à jour et maintenir une base de données géographiques :

  • en intégrant de nouvelles données open source ;
  • en contrôlant la qualité des données intégrées ;
  • en utilisant des systèmes de gestion de bases de données géographiques ;
  • en respectant la réglementation ;
  • en veillant à faire des sauvegardes ;
  • en rendant compte à l’administrateur de la base ;

Mise en situation réelle de travail :  stage entreprise

Mise en situation simulée de travail : 

  • Projet Cartographique/SIG
  • Projet Géomatique 
RNCP36020BC05

Représentation de l’information géographique sur une carte et réalisation des opérations simples d’analyse spatiale

Visualiser et diffuser des informations géographiques en 2D et en 3D :

  • en utilisant un logiciel type SIG, un logiciel de CAO ou des outils de webmapping ;
  • en utilisant des plateformes, des services, des logiciels de géovisualisation 3D ;

Réaliser des analyses spatiales dans une base de données géographiques au sein d’un SIG :

  • en utilisant des requêtes spatiales dans le langage SQL ;
  • en croisant des informations géographiques pour identifier des phénomènes thématiques (évolutions, corrélations, dynamiques, statistiques, etc.) ;
  • en réalisant des opérations d’analyse spatiale et statistique ;

Réaliser une carte, un plan répondant aux besoins à partir d’une base de données géographique :

  • en respectant une charte graphique ;
  • en s’appuyant sur les règles de la sémiologie graphique et de la cartographie (papier, écran, web, 3D, etc.) ;
  • en sélectionnant ou en créant les données au bon niveau de détails ;
  • en produisant des plans, des cartes topographiques, thématiques ou de synthèse en fonction des besoins ;

Mise en situation réelle de travail : stage terrain, stage entreprise


Mise en situation simulée de travail :

Projet Cartographique/SIG

RNCP36020BC06

Optimisation par le numérique d’un processus de production et de gestion et développement d’applications logicielles s’appuyant sur des données géographiques

Développer des scripts d’automatisation de tâches complexes ou répétitives :

  • en concevant un algorithme de traitement de données pour répondre à un besoin ;
  • en développant à partir d’un algorithme un programme informatique traitant les données (calculs, conversion de fichiers) dans un langage de programmation couramment utilisé dans le monde de la géomatique ;

Programmer des fonctions de manipulation de données géographiques au sein d’un SIG :

  • en programmant en python, et le cas échéant en langage orienté objet, des enchaînements de fonctions élémentaires dans un SIG ;

Programmer des interfaces Web de visualisation et de manipulation de données géographiques :

  • en utilisant le langage HTML, CSS, Java Script pour une application de géovisualisation exploitant la librairie Leaflet et consommant des API cartographiques ;

Mise en situation réelle de travail : stage en entreprise


Mise en situation simulée de travail : 

Projet Géomatique

Description des modalités d'acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par équivalence :

L'ensemble des blocs de compétences doit être validé pour accéder à la certification. 

Secteurs d’activités :

Les secteurs d'activité concernés sont aussi bien composés de petites et moyennes entreprises que de grands groupes. Les principaux secteurs employant les titulaires de la certification sont ceux des technologies de l'information, de l'aménagement et de la gestion des territoires, du bâtiment et des travaux publics. En voici quelques exemples : services techniques de collectivités territoriales, services topo de groupes du BTP, de sociétés gestionnaires de réseaux, d'établissements publics, cabinets de géomètre expert, bureaux d'études en topographie, photogrammétrie, SIG, autres bureaux d'études, faisant appel à l'analyse spatiale dans leur domaine d'activité (aménagement, environnement, urbanisme, …), éditeurs de logiciels spécialisés, institut national de l'information géographique et forestière, services déconcentrés des ministères en charge de l'écologie, du développement durable, du logement, des transports, de l'agriculture, de la forêt.

Type d'emplois accessibles :

Géomètre, technicien ou responsable de production d'information géographique, technicien topographe, technicien photogrammètre, technicien cartographe, technicien géomaticien (technicien SIG), technicien de prise de vues aériennes (photographe navigant), administrateur de bases de données géographiques,  technicien d’études,  programmeur, référent technique, chargé de contrôle qualité

Code(s) ROME :
  • M1808 - Information géographique
  • F1107 - Mesures topographiques
Références juridiques des règlementations d’activité :

L'exercice du métier ne requiert pas d'habilitation particulière, mais le géomètre géomaticien se doit de respecter les consignes de sécurité et les procédures qualité de son entreprise, ainsi que les principes éthiques, de déontologie et de responsabilité environnementale. 

Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :
  • être titulaire d’un diplôme du baccalauréat et avoir réussi le concours interne ou externe d’accès au titre de géomètre de l’IGN (élèves fonctionnaires)
  • ou être titulaire du baccalauréat S, STI2D, STL ou d’un diplôme équivalent et suivre la procédure "Parcoursup"
  • ou être titulaire d’un diplôme hors critères "Parcoursup", et avoir un parcours atypique mais adapté
  • ou être titulaire d’un diplôme obtenu à l’étranger, équivalent à un baccalauréat scientifique français, et en passant par Campus France.  


Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

- le directeur de l’école et/ou le directeur adjoint de l’école ou le directeur des enseignements ;

- le responsable du département de formation initiale ;

- le responsable pédagogique du cycle ; 

- un (1) représentant pour chacun des 5 départements d’enseignement ;

- un (1) représentant professionnel. 

 

Après un parcours de formation continue X

 - le directeur de l’école et/ou le directeur adjoint de l’école ou le directeur des enseignements ;

- le responsable du département de formation initiale ;

- le responsable pédagogique du cycle ; 

- un (1) représentant pour chacun des 5 départements d’enseignement ;

- un (1) représentant professionnel. 

En contrat de professionnalisation X -
Par candidature individuelle X

 - le directeur de l’école et/ou le directeur adjoint de l’école ou le directeur des enseignements ;

- le responsable du département de formation initiale ;

- le responsable pédagogique du cycle ; 

- un (1) représentant pour chacun des 5 départements d’enseignement ;

- un (1) représentant professionnel. 

Par expérience X

- le directeur de l’école ou son représentant ;

- deux (2) enseignants de l'ENSG ;

- deux (2) représentants du secteur professionnel, l'un au titre des employeurs, l'autre au titre des salariés sans lien d’affaires ou de subordination avec le/la candidat.e.

En contrat d’apprentissage X -
Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Oui
Certifications professionnelles, certifications ou habilitations en équivalence au niveau européen ou international :


Certifications professionnelles enregistrées au RNCP en équivalence :
N° de la fiche Intitulé de la certification professionnelle reconnue en équivalence Nature de l’équivalence (totale, partielle)
RNCP5301

Titre professionnel Technicien supérieur en système d'information géographique  

partielle

RNCP1829

 Titre professionnel Technicien supérieur géomètre topographe option cabinet de géomètre, option entreprise de travaux publics  

partielle

RNCP34015

Métiers du géomètre-topographe et de la modélisation numérique

partielle

Liens avec des certifications et habilitations enregistrées au Répertoire spécifique :


Date de décision 10-11-2021
Durée de l'enregistrement en années 2
Date d'échéance de l'enregistrement 10-11-2023
Promotions (année d'obtention) pouvant bénéficier du niveau de qualification octroyé 2020|2019|2018
Statistiques :
Année d'obtention de la certification Nombre de certifiés Nombre de certifiés à la suite d’un parcours vae Taux d'insertion global à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 2 ans (en %)
2019 5 0 100 75 -
2018 12 0 100 75 -
2017 11 0 100 75 75
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Le certificateur n'habilite aucun organisme préparant à la certification

Certification(s) antérieure(s) :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP27335 RNCP27335 - Géomètre-géomaticien
Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet