Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

Titre ingénieur - Ingénieur diplômé du Conservatoire national des arts et métiers, spécialité gestion des risques

Active

N° de fiche
RNCP36114
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 7
Code(s) NSF :
  • 344 : Sécurite des biens et des personnes, police, surveillance
  • 331 : Santé
  • 343 : Nettoyage, assainissement, protection de l'environnement
Formacode(s) :
  • 42866 : santé sécurité travail
  • 42854 : défense prévention sécurité
  • 42815 : gestion risque entreprise
Taux d'insertion global moyen à 6 mois : 95%

Date d’échéance de l’enregistrement : 31-08-2023
Nom légal SIRET Nom commercial Site internet
CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS 19753471200017 Le Cnam https://www.cnam.fr/
Objectifs et contexte de la certification :

La multiplication des crises environnementales et sanitaires au cours de ces dernières années montre leur importance, notamment pour les entreprises : marées noires de l’Erika ou de Deepwater Horizon, explosion des usines AZF ou Lubrizol, pandémie de Covid-19... Dans  ce contexte, il est fondamental que les entreprises disposent d’une  capacité d'analyse et de quantification des risques liés à leurs activités tenant compte de l’incertitude scientifique et technique. En effet, un risque ne peut être géré et accepté que s’il est quantifié et que ses déterminants sont identifiés. Ceci est d’autant plus important que la demande sociale et politique de précaution est devenue très forte. La complexité de ces sujets multidimensionnels et l’impact majeur qu’ils ont pour la vie des entreprises justifient qu’elles puissent disposer d’ingénieurs spécialisés dans ce domaine, capables de mobiliser des outils de modélisation complexes. Cette certification répond à ce besoin de compétences d’ingénieurs dans le domaine de l’évaluation quantitative et de la gestion des risques sanitaires professionnels et environnementaux.

Activités visées :

L’ingénieur diplômé du Conservatoire national des arts et métiers spécialité Gestion des risques est un professionnel chargé de l’élaboration et de la mise en œuvre des actions de prévention des risques dans les domaines du travail et de l'environnement. Il intervient pour identifier et évaluer les risques pour la sécurité et la santé humaine,  les présenter aux acteurs internes et externes de l’entreprise,  proposer une politique, des programmes et des actions de prévention  tenant compte de la stratégie industrielle et commerciale ainsi que des  process, et évaluer leurs résultats.  Il est capable de faire le lien entre la politique générale, la  politique sociale, les techniques de production et les impacts  sanitaires créés par l'activité des organisations. Les principales activités que l’ingénieur Cnam de la spécialité gestion des risques peut être amené à conduire sont les suivantes : 

- Réaliser une veille scientifique, technique et réglementaire et lancer des alertes 
- Mener un diagnostic de situation sanitaire incluant une identification et une quantification des risques liés au travail et à l’environnement
- Contrôler la conformité réglementaire, auditer des installations 
- Proposer et mettre en place des actions de prévention techniques et organisationnelles, et en évaluer les impacts 
- Communiquer sur les risques 
- Travailler en relation avec les experts du domaine et les autorités publiques 

Compétences attestées :

 L’ingénieur diplômé du Conservatoire national des arts et métiers spécialité gestion des risques est capable de :
. Quantifier les risques sanitaires liés au travail et à l’environnement, pour respecter la réglementation et protéger les travailleurs et les riverains.
. Mettre en place une veille réglementaire.
. Analyser de façon critique des publications scientifiques sur les risques sanitaires.
. Modéliser les risques complexes à l’aide d’approches mathématiques et statistiques.
. Mettre en place des dispositifs techniques et organisationnels afin de supprimer ou maîtriser ces risques.
. Inspecter et contrôler.
. Choisir des outils appropriés de prévention primaire, secondaire et tertiaire.
. Élaborer une politique globale de sécurité sanitaire dans les entreprises en référence au développement durable et en tenant compte des process de production, des risques et des incertitudes scientifiques.
. Exercer un leadership scientifique, technique et managérial.
. Motiver le management opérationnel.
. Gérer des crises.
. Communiquer en tenant compte des incertitudes.

Modalités d'évaluation :

Les acquis d’apprentissage sont vérifiés à l’issue de chaque unité d’enseignement par des examens sur table, et/ou par la réalisation de notes de synthèse et de projets individuels ou de groupe

Par ailleurs, les compétences métiers sont évaluées par le biais de mises en situation variées d’une part : jeux de rôle, études de cas, etc. ; et par la rédaction et la soutenance d’un mémoire professionnel d’autre part.

N° et intitulé du bloc Liste de compétences Modalités d'évaluation
RNCP36114BC01

Identifier les dangers liés aux situations professionnelles et environnementales dans un environnement donné

- Réaliser un diagnostic de dangerosité des agents chimiques, physiques,  biologiques utilisés par les salariés de l’entreprise à partir de  données épidémiologiques et toxicologiques.
- Réaliser  un diagnostic de dangerosité des produits émis par l’entreprise ou la  collectivité dans l'air, l'eau et les sols, ainsi que des déchets, à  partir de données épidémiologiques et toxicologiques.
- Analyser  les facteurs de risques psycho-sociaux liés aux activités de l’entreprise en s’appuyant sur les recommandations du collège  d’expertise de l’INSEE.
- Identifier les autres dangers potentiels (naturels : inondation, … ou anthropiques : pandémies, …) pour y faire face.
- Analyser  de façon critique des publications scientifiques internationales (donc  en anglais) sur les risques sanitaires dans les différentes disciplines  scientifiques concernées, notamment la physique, la chimie, la biologie,  la toxicologie et l’épidémiologie.
- Réaliser une veille scientifique, technique, réglementaire  

Examens sur table permettant de vérifier les connaissances scientifiques de base.
Etude  de cas : réalisation d’un diagnostic de dangerosité à partir d’une mise  en situation issue de cas réels, réalisées avec documents (techniques,  juridiques, médiatiques) pendant 1, 2 ou 3 heures, seul ou en petits  groupes.  Analyse d’un article scientifique, réalisée individuellement ou en petit groupe.
Diagnostics de danger réalisés en entreprise. 

RNCP36114BC02

Evaluer les expositions professionnelles et environnementales dans un environnement donné

- Estimer  les niveaux d’exposition en milieu de travail et dans l’environnement  pour les populations concernées en proposant des plans d’échantillonnage  adaptés
- Avoir recours à des approches de modélisation pour estimer les niveaux potentiels  d’exposition des populations dans des scénarios hypothétiques (études  d’impact par exemple).
- Analyser la conformité réglementaire des expositions professionnelles et environnementales  

Examen sur table permettant de vérifier les connaissances scientifiques à partir d’une mise en situation. 
Étude de cas : proposition d’un plan d’échantillonnage pour estimer une exposition dans une situation spécifique. Analyse critique d’un article ou d’un rapport d’étude ayant fait appel à ces approches de modélisation. Examen sur table permettant de vérifier les connaissances réglementaires à partir d’une mise en situation. 
Mesures d’exposition réalisées en entreprise. 

RNCP36114BC03

Caractériser les risques professionnels et environnementaux dans un environnement donné

- Anticiper et évaluer les risques par des approches qualitatives et semi-quantitatives.
- Mettre  en œuvre le cadre de l’évaluation quantitative des risques utilisé par  les agences d’expertise : Santé Publique France, Agence Nationale de  Sécurité Sanitaire, etc.
- Caractériser les risques et les hiérarchiser en prenant en compte les incertitudes ; effectuer une cartographie des risques.
- Réaliser des modélisations mathématiques et statistiques des risques tenant compte des incertitudes et savoir en discuter la portée et les limites.
- Construire une démarche de diagnostic de sûreté dans un système industriel et identifier les actions appropriées.

Examen  sur table permettant de vérifier les connaissances techniques sur les  méthodes d’évaluation des risques à partir de mises en situation.
Analyse critique du document unique d’évaluation des risques professionnels d’une entreprise (projet individuel).
Mobilisation des méthodes d’EQRS dans des situations professionnelles ou environnementales.
Mobilisation de ces méthodes lors du travail en entreprise.
Analyse critique d’un article ou d’un rapport d’étude ayant fait appel à ces approches de modélisation. Travail individuel à partir d’une mise en situation : diagnostic de sûreté dans un contexte industriel et préconisations. 

RNCP36114BC04

Dans un environnement professionnel donné : proposer une politique de prévention des risques, et des actions permettant leur gestion, et en évaluer l’impact

- Identifier  et mettre en œuvre les moyens de prévention primaire, secondaire et  tertiaire appropriés pour les personnes, vis-à-vis de l’ensemble des  risques évalués.Concevoir et mettre en œuvre des moyens de protection de l’environnement : eaux, sols, air, bruit.
- Élaborer  une politique globale de sécurité sanitaire dans les organisations, en  référence au développement durable et en tenant compte des process de  production, des risques et des incertitudes scientifique.
- Définir  des indicateurs de suivi des actions et des résultats : indicateurs  réactifs (nombre d’accidents du travail, …) et anticipateurs (nombre de  salariés formés, …), et proposer des méthodes appropriées pour l’analyse  de ces indicateurs  Définir les modalités de suivi d’un programme (contrôles, inspections, audit).
- Effectuer des activités de recherche développement, mettre en place et évaluer  des dispositifs expérimentaux dans un cadre collaboratif et  pluridisciplinaire.
- Proposer, mettre en œuvre et évaluer des systèmes de management et de certification dans les domaines du travail, de la qualité, de l’environnement, du développement durable, de la gestion des risques et  de la responsabilité des entreprises.

Études  de cas comportant des mises en situation pour établir et choisir les  moyens de prévention techniques, organisationnels et humains. Par exemple :  
-  mise en œuvre de la prévention pour des expositions à des risques  physiques (champs électromagnétiques, sonores, chimiques, biologiques) 
- Choix de procédés de traitement de déchets  
- Diagnostic d’une installation de ventilation industrielle

Note  de synthèse et présentation orale démontrant une bonne compréhension  des enjeux de l’entreprise et incluant un regard critique vis-à-vis de  la politique HSE de l’entreprise, à partir d’un dossier documentaire. Examen sur table permettant de valider la compréhension des indicateurs, à partir de différentes mises en situation.

Inclusion d’indicateurs appropriés pour évaluer le travail réalisé en entreprise. Projet  de groupe visant à proposer une stratégie d’intervention auprès des  salariés dans le cadre d’un plan d’actions, et donnant lieu à une  présentation orale.

Mise en place d’interventions innovantes lors de la mission en entreprise.  Dossier réalisé en petits groupes sur les différents systèmes de management santé-sécurité-environnement.

RNCP36114BC05

Communiquer et travailler en interaction avec les acteurs internes et externes sur la problématique de la gestion des risques d’un environnement professionnel donné

- Identifier les partenaires internes (membres du CSE,  médecin du travail, représentants du personnel, …) et externes (CARSAT,  SDIS, …) et analyser leurs positions sur le choix des axes stratégiques  à définir.
- Analyser les attentes des parties prenantes (CSE, représentants du personnel, services de santé au travail) en termes de santé, d’environnement, de développement durable et de responsabilité sociale.
- Élaborer et mettre en œuvre des modules de formation pour dispenser les savoirs nécessaires à la prévention et actualiser les compétences des collaborateurs.
- Mettre en place et animer des groupes de travail.
- Communiquer sur les questions de gestion des risques avec des spécialistes et des non-spécialistes, en tenant compte des incertitudes.
- Réagir aux situations d’urgence et prévenir ou gérer les crises sanitaires.  

Jeux de rôle, mises en situation autour de questions liées à la gestion des risques en entreprise. Travail réalisé en entreprise. Projet réalisé en groupe autour d’une situation de crise sanitaire avérée ou potentielle récente (ex. pandémie de Covid-19, incendie de Lubrizol..) : réflexion critique sur la gestion de crise et la communication effectuée. 

RNCP36114BC06

Manager des équipes et des projets pluridisciplinaires dans un contexte international

- Prendre en compte les enjeux de l’entreprise : dimension économique, respect de la santé et de la qualité, performance des équipes, réponse aux  attentes des parties prenantes dans une optique de développement durable et de RSE.
- Prendre en compte les règles juridiques applicables en France mais aussi dans les différents pays d'opération. 
- S’intégrer  dans une organisation, l’animer, la faire évoluer, et y exercer un  leadership scientifique, technique et managérial : esprit d’équipe, engagement et leadership, exemplarité, management de projets, maitrise  d’ouvrage.
- Travailler en contexte international : maitrise d’une ou plusieurs langues étrangères et ouverture culturelle associée, capacité d’adaptation aux contextes internationaux dans un contexte de mondialisation des risques. 

Travail réalisé au cours de la mission en entreprise, en France et éventuellement à l’international, évalué au travers du mémoire d’ingénieur.  

Évaluation du savoir-faire et du savoir-être de l’élève par le tuteur en entreprise. 

Description des modalités d'acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par équivalence :

Pour les formations par la voie de l'apprentissage des sites d'Amiens et Metz et de la formation continue du site d'Amiens, la certification est acquise par validation : 
- de la totalité des blocs de compétences constituant cette certification,
- d’un niveau d’anglais B2 du CECRL,
- des compétences évaluées lors des séquences de mobilités individuelles internationales.

Pour la formation continue Hors Temps de Travail (HTT ou cours du soir) la certification est acquise par validation :
- de la totalité des blocs de compétences constituant cette certification,
- d’un  projet de fin d’études (PFE), visant à principalement à attester de la  capacité du candidat à mobiliser de manière coordonnée les compétences  des différents blocs de compétences,
- d’un niveau d’anglais B2 du CECRL,
Nota : il n'y a pas de séquence internationale pour la formations continue hors temps de travail.

Secteurs d’activités :

L’ingénieur diplômé de l’École d’Ingénieurs du Conservatoire national des arts et métiers, spécialité gestion des risques,  peut intervenir dans de nombreux domaines d’activités, principalement  les industries susceptibles d’induire des risques pour la santé de l’homme et pour l'environnement : chimie, construction, automobile, énergétique, aéronautique,  déchets, etc. Lorsqu’il s’agit de PME ou de PMI, cette fonction peut  être mise en œuvre au niveau des branches. De façon plus générale,  l’ingénieur de sécurité sanitaire peut prendre des responsabilités dans la gestion des risques des grandes collectivités (territoriales et hospitalières). 

Type d'emplois accessibles :

- Directeur HSE ou HSQE ou Chief risk officer 
- Directeur du développement durable 
- Ingénieur dans un service de santé-sécurité 
- Responsable de projet dans une entreprise, une collectivité, une administration ou une agence de sécurité sanitaire 
- Consultant privé ou dans un bureau d'étude spécialisé 
- Ingénieur Hygiène – Sécurité – Environnement ou Ingénieur Sécurité Environnement
- Ingénieur Prévention Sécurité 
- Responsable Hygiène – Sécurité – Environnement ou Qualité – Hygiène – Sécurité – Environnement
- Ingénieur-conseil des services de préventio

Code(s) ROME :
  • H1302 - Management et ingénierie Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriels
Références juridiques des règlementations d’activité :

Non

Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :

Niveau 5 scientifique 



Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X -
Après un parcours de formation continue X

Pour la formation en formation continue en cours du soir
Le jury est présidé par le Directeur de l’EICnam ou son représentant.
En plus du président, le jury est composé paritairement de personnalités du milieu professionnel et du milieu académique avec un quorum de huit personnes.
Il comprend a minima :
- le directeur du CCR ou son représentant,
- le responsable national du diplôme concerné ou son représentant,
- le responsable opérationnel du diplôme concerné ou son représentant,
- le représentant du partenaire institutionnel de la formation ou son représentant,
- des représentants des entreprises partenaires.  

Pour la formation continue en alternance du site d'Amiens
Le jury est présidé par le Directeur de l’EICnam ou son représentant.
En plus du président, le jury est composé paritairement de personnalités du milieu professionnel et du milieu académique avec un quorum de huit personnes.
Il comprend a minima :
- le directeur du CCR ou son représentant,
- le responsable national du diplôme concerné ou son représentant
- le responsable opérationnel du diplôme concerné ou son représentant,
- le représentant du partenaire institutionnel de la formation ou son représentant,
- des représentants des entreprises partenaires.
La composition du jury est arrêtée chaque année par le Directeur de l’EiCnam et portée à la signature de l’administrateur général du Cnam par la Direction nationale des formations.

En contrat de professionnalisation X

Le jury est présidé par le Directeur de l’EICnam ou son représentant. 

En  plus du président, le jury est composé paritairement de personnalités  du milieu professionnel et du milieu académique avec un quorum de huit  personnes. Il comprend a minima : 

- le directeur du CCR ou son représentant, 

- le responsable national du diplôme concerné ou son représentant, 

- le responsable opérationnel du diplôme concerné ou son représentant, 

- le représentant du partenaire institutionnel de la formation ou son représentant, 

- des représentants des entreprises partenaires. 

La composition du jury est arrêtée chaque année par le Directeur de l’EiCnam et portée à la signature de l’administrateur général du Cnam par la Direction nationale des formations. 

Par candidature individuelle X -
Par expérience X

Le  jury de validation des acquis de l’expérience (VAE) pour le diplôme  d’ingénieur diplômé par le Cnam est composé de 3 enseignants-chercheurs  et 2 professionnels choisis dans une liste validée annuellement par  l’administrateur générale du Cnam. Une liste distincte est établie pour  chacun des secteurs des Technologies de l’information, et celui des  Techniques industrielles. (conformément à la loi du 17 janvier 2002).

En contrat d’apprentissage X

Le jury est présidé par le Directeur de l’EICnam ou son représentant. 

En  plus du président, le jury est composé paritairement de personnalités  du milieu professionnel et du milieu académique avec un quorum de huit  personnes. Il comprend a minima : 

- le directeur du CCR ou son représentant, 

- le responsable national du diplôme concerné ou son représentant, 

- le responsable opérationnel du diplôme concerné ou son représentant, 

- le Directeur du CFA ou son représentant, 

- le représentant du partenaire institutionnel de la formation ou son représentant, 

- des représentants des entreprises partenaires. 

La composition du jury est arrêtée chaque année par le Directeur de l’EiCnam et portée à la signature de l’administrateur général du Cnam par le Direction national des formations 

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
19-03-2020

Décret n° 2020-271 du 17 mars 2020 relatif aux diplômes conférant le grade de master et modifiant l'article D. 612-34 du code de l'éducation.

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
07-04-2021

Arrêté du 25 février 2021 fixant la liste des Écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé

18-04-2013

Arrêté du 25 février 2013 fixant la liste des Écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé - 1ère promotion de la formation en apprentissage du Cnam Hauts-de-France (Amiens)

09-02-2021

Arrêté du 18 janvier 2019 fixant la liste des Écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé - 1ère promotion de la formation en apprentissage du Cnam Grand-Est (Metz)

Référence autres (passerelles...) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
18-01-2002

Loi 2002-73 du 17 janvier 2002 de modernisation sociale

Date d'effet de la certification 01-09-2019
Date d'échéance de l'enregistrement 31-08-2023
Statistiques :
Année d'obtention de la certification Nombre de certifiés Nombre de certifiés à la suite d’un parcours vae Taux d'insertion global à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 2 ans (en %)
2020 12 0 95 - 98
2019 24 0 95 - 96
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Cette formation est organisée :

En formation continue hors temps de travail (HTT ou cours du soir)  par le Cnam Paris et les Centres Cnam en Régions.
https://ecole-ingenieur.cnam.fr/hors-temps-de-travail/un-titre-d-ingenieur-e-dans-18-specialites-/diplome-d-ingenieur-specialite-gestion-des-risques-1003901.kjsp?RH=1530695015040&RF=1432020919889

Par apprentissage (et en formation continue en alternance)
- par le Centre Cnam Hauts-de France, site d'Amiens
Contact :
https://www.cnam-picardie.fr/formations/ingenieur-en-gestion-des-risques/formations_0_580.html

- par le Centre Cnam Grand-Est, site de Metz.
Contact https://www.cnam-grandest.fr/formation/ING7000A


Liste partielle des organismes préparant à la certification :
Nom légal Rôle
ASSOCIATION DE GESTION DU CONSERVATOIRE DES ARTS ET METIERS Habilitation pour former et organiser l’évaluation
CNAM GRAND EST Habilitation pour former et organiser l’évaluation
Certification(s) antérieure(s) :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP18248 RNCP18248 - Titre ingénieur - Ingénieur diplômé du Conservatoire national des arts et métiers, spécialité Sécurité sanitaire
RNCP18279 RNCP18279 - Titre ingénieur - Ingénieur diplômé du Conservatoire national des arts et métiers, spécialité prévention des risques, en partenariat avec l'ISP-Picardie
Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet