Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

CQP Coordonnateur Lean et amélioration continue

Active

N° de fiche
RNCP36614
CCN1 : 3109 - Métallurgie
CCN2 : -
CCN3 : -
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 6
Code(s) NSF :
  • 200 : Technologies industrielles fondamentales
Formacode(s) :
  • 15099 : résolution problème
  • 31652 : gestion production
  • 31637 : organisation travail
Taux d'insertion global moyen à 6 mois : 99%%

Taux d'insertion moyen dans le(s) métier(s) visé(s) à 6 mois : 73%
Date d’échéance de l’enregistrement : 01-07-2025
Nom légal SIRET Nom commercial Site internet
UNION INDUSTRIES METALLURGIQUES MINIERES 78471719100018 - https://www.observatoire-metallurgie.fr/
Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie - https://www.observatoire-metallurgie.fr/
Objectifs et contexte de la certification :

Le coordonnateur lean et amélioration continue intervient dans le cadre de l’amélioration des performances destinée à tous types d’entreprises de la PME à la multinationale, tant au niveau du service que de la production.

Le lean permet de pérenniser l’activité des entreprises, de contribuer à améliorer les conditions de travail et permet de préserver les emplois.

Le travail du coordonnateur est centré sur l’amélioration continue de la performance des processus de fabrication en agissant sur la chasse aux gaspillages générés par les taches ou activités à non-valeur ajoutées, sur les irrégularités de fabrications ou de travail dues à des attentes non prévues et également les surproductions ou suractivité générant des stocks ou de la fatigue.

Le coordonnateur lean et amélioration continue intervient particulièrement au sein des ateliers de fabrication, sont sollicités sa vision globale de la chaine de la valeur, ses capacités d’observation « terrain » et son approche pratique et pragmatique, en complément, le coordonnateur doit développer des compétences d’animation d’équipes pluridisciplinaires chargées de résoudre les problèmes rencontrés sur le terrain et concourant à l’optimisation des processus mis en œuvre.

Il applique une observation panoramique des chaines de valeur afin d’identifier les sources de gaspillage et de création de valeur, analyse des indicateurs technico-économiques de performances de l’entreprise afin d’élaborer un plan d’actions permettant de décliner la démarche. Il assure également le pilotage des groupes d’amélioration continue ainsi que le déploiement des bonnes pratiques de travail en favorisant la responsabilité individuelle et le leadership partagés et enfin la formalisation et le suivi permanent des actions engagées.

Activités visées :
  • Le diagnostic et la préconisation de la performance des processus

Cette activité a pour finalité de mettre en évidence les gaspillages, pertes de productivité, irritants ou dérives (stocks, temps d’attente, non qualité…) liés à un processus de fabrication ou de service (bureau d’étude, service achats) pour les supprimer et rendre le processus plus performant.

Pour cela le coordonnateur lean et amélioration continue diagnostique la chaine de valeur en s’appuyant sur des observations réalisées sur le terrain, traduites sous forme de représentation graphiques. Cela lui permettant :

- de constater les Non-valeur ajoutées (ou gaspillages ou irritants) en recueillant des données pour quantifier les observations (par exemple : relevés de quantité de stocks, de temps d’arrêt, de non-qualité) ;

- de mettre en évidence les éléments concourant à la performance ou valeur ajoutées (opération de transformation vendue au client final) ou d’identifier des gisements de progrès ;

- de formuler des axes de progrès (ou cibles d’améliorations) prioritaires (par exemple : lié à un produit, lié à un secteur…) en tenant compte des enjeux et capacités de l’entreprise, de la situation initiale, des contraintes ;

- de proposer les leviers ou actions d’amélioration réalistes, choisis en cohérence avec la culture et le contexte de l’entreprise et les axes de progrès prioritaires.

  • L’accompagnement des équipes et la coordination de l’amélioration continue

Cette activité a pour finalité l’élaboration et à la mise en place des projets d’amélioration continue dans le but d’assurer la performance optimale de l’entreprise.

Cela consiste à partir de plans d’actions établis :

- de réunir les équipes en charge de ces plans d’actions et de mettre en place des séances de travail ;

- de les accompagner aux méthodes et outils de l’amélioration continue ;

- de coordonner les équipes et les plans d’actions autour des objectifs, du planning établi ;

- de suivre l’état d’avancement, de traiter les difficultés ou écarts remontés par les équipes en identifiant avec elles les solutions correctives ou contre mesure à apporter.

  • Le déploiement de la performance des processus

Cette activité a pour finalité dans le cadre du pilotage à réaliser sur la base d’un plan d’actions à mener, et d’objectifs à atteindre de définir des indicateurs assimilables par tous qui mettent en évidence de manière visuelle les évolutions et les écarts tout au long de la démarche de déploiement. Lorsque les indicateurs montrent des dérives liées à des problèmes, le coordonnateur en concertation avec le personnel de production définit des actions correctives agissant sur la cause racine sans dégrader d’autres éléments de la chaine de valeur.

Ces actions sont généralement définies en groupe, elles sont faciles à mettre en œuvre. Lorsque ces actions montrent des résultats qui traduisent de leur efficacité et peuvent être généralisables à d’autres secteurs, produits ou processus, le coordonnateur en propose le déploiement.

Compétences attestées :

1. Diagnostiquer la performance d’un processus de délivrance produit ou de service

  • Cette compétence vise à vérifier l’aptitude du coordonnateur à partir d’un processus de délivrance d’un produit ou d’un service à identifier les sources de non-valeur ajoutée observées sur le terrain ;
  • A élaborer un diagnostic en s’appuyant sur l’analyse de données technico-économiques ;
  • A décrire un processus représentant la chaine de valeur à l’aide de diagrammes, cartographie adaptée pour en dégager une vision globale ;
  • A questionner les opérationnels sur les problèmes rencontrés au quotidien générant des irrégularités de fabrication ou des non-valeur ajoutées.

2. Définir les axes de progrès prioritaires concourant aux objectifs de la démarche lean

  • Cette compétence vise à vérifier l’aptitude du coordonnateur à formuler axes de progrès et objectifs mesurables et atteignables, en phase avec la démarche de l’entreprise ;
  • De fixer des priorités en s’appuyant sur des outils d’aide à la décision ;
  • De synthétiser les axes de progrès et objectifs dans un support ou outil visuel et partageable.

3. Proposer les leviers ou actions d’amélioration les plus pertinents

  • Cette compétence vise à vérifier l’aptitude du coordonnateur à définir et proposer des actions d’améliorations en concertation avec les opérationnels et des services supports ;
  • A argumenter ses propositions en s’appuyant sur des éléments factuels et à les adapter au contexte et à la culture de l’entreprise. D’en dégager un plan d’actions ;
  • A faire ratifier les propositions par son responsable ou sa direction.

4.  Accompagner les équipes aux méthodes et outils d’amélioration continue

  • Cette compétence vise à vérifier l’aptitude du coordonnateur à constituer une équipe d’amélioration ou groupe de travail en cohérence avec les actions à traiter ;
  • A informer les équipes d’amélioration continues des objectifs à atteindre pour leur permettre de situer leur domaine de contribution aux améliorations visées ;
  • De les accompagner ou former aux méthodes et outils de la démarche d’amélioration continue et de les accompagner dans le changement.

5. Coordonner les acteurs et piloter les actions d’amélioration continue

  • Cette compétence vise à vérifier l’aptitude du coordonnateur à s’appuyer sur les situations rencontrées sur le terrain c’est-à-dire à canaliser et fiabiliser les éléments recueillis, à définir les problèmes à résoudre et les objectifs, à Piloter les plans d’actions et d’organiser les relances, à mesurer l’amélioration observées et de vérifier leur efficacité ;
  • A animer des groupes et coordonner les acteurs de manière permanente, d’employer des méthodes favorisant la mobilisation et l’implication des acteurs aux améliorations ainsi qu’à la résolution de problème ;
  • De choisir les outils adaptés aux problématiques à traiter et à la culture ou maturité de l’entreprise.

6. Mesurer la performance des processus

  • Cette compétence vise à vérifier la capacité du coordonnateur à définir et suivre des indicateurs adaptés en termes de variabilité et de fréquence de mesure ;
  • De les aligner avec les objectifs globaux ;
  • De se référer aux objectifs pour comparer les résultats et agir en conséquence ;
  • De représenter l’évolution des indicateurs sur des graphiques, de les interpréter et les commenter.

7. Détecter et mettre en œuvre des actions correctives

  • Cette compétence vise à vérifier la capacité du coordonnateur à partir d’un plan d’actions comportant des objectifs associés de définir des actions correctives selon les méthodes d’amélioration continue traitées en groupe ;
  • De justifier leur efficacité et/ou pérennité.

8. Standardiser les bonnes pratiques

  • Cette compétence vise à vérifier la capacité du coordonnateur à mettre en œuvre une méthode d’auto-apprentissage et de capitalisation des bonnes pratiques auprès des opérationnels pour les traduire sous forme de standards applicables ;
  • De formaliser les standards selon une trame de document de l’entreprise (par exemple : Gamme, mode opératoire, leçon en un point…) ;
  • De les faire évoluer en fonction des remontées des utilisateurs.

9. Valoriser les résultats obtenus et les actions mises en œuvre

  • Cette compétence vise à vérifier la capacité du coordonnateur à partir du bilan d’un projet ou plan d’actions mis en œuvre :

- De communiquer les résultats pour assurer la promotion interne/externe des bonnes pratiques adoptées par l’entreprise ;

- De mettre en évidence le niveau de performance atteint ;

- D’assurer sa diffusion auprès des services ou ateliers, de la direction ;

- D’assurer sa pérennisation en choisissant les modalités adaptées pour en assurer la transmission ;

- D’en évaluer l’impact.

  • De proposer un support de diffusion adapté au contexte et à la culture de l’entreprise, par exemple : sous forme de tableau de communication SQDCM (Sécurité, Qualité, Délai, Coût, Management), réunion 5 minutes, support de communication ou d’animation à intervalles courts…).
Modalités d'évaluation :

Les différentes modalités d’évaluation sont les suivantes :  

A. Évaluation en situation professionnelle réelle : l’évaluation des compétences professionnelles s’effectue dans le cadre d’activités professionnelles réelles réalisées en entreprise ou en centre de formation habilité, ou tout autre lieu adapté. Celle-ci s’appuie sur : 

1. une observation en situation de travail.  

2. des questionnements avec apport d’éléments de preuve sur les activités professionnelles réalisées en entreprise par le candidat.  

B. Et/ou présentation des projets ou activités réalisés en milieu professionnel : le candidat transmet un rapport à l’UIMM territoriale centre de certification, dans les délais et conditions préalablement fixés, afin de montrer que les compétences professionnelles à évaluer selon cette modalité ont bien été mises en œuvre en entreprise à l’occasion d’un ou plusieurs projets ou activités. La présentation de ces projets ou activités devant une commission d’évaluation permettra au candidat de démontrer que les exigences du référentiel de certification sont satisfaites.  

C. Et avis de l'entreprise : l’entreprise donne un avis au regard du référentiel d’activités.

N° et intitulé du bloc Liste de compétences Modalités d'évaluation
RNCP36614BC01

Le diagnostic et la préconisation de la performance des processus

1. Diagnostiquer la performance d’un processus de délivrance produit ou de service

2. Définir les axes de progrès prioritaires concourant aux objectifs de la démarche Lean

3. Proposer les leviers ou actions d’amélioration les plus pertinents

Les différentes modalités d’évaluation sont les suivantes :

A. Évaluation en situation professionnelle réelle

B. Et/ou présentation des projets ou activités réalisés en milieu professionnel

C. Et avis de l'entreprise

RNCP36614BC02

L’accompagnement des équipes et la coordination de l’amélioration continue

1. Accompagner les équipes aux méthodes et outils d’amélioration continue

2. Coordonner les acteurs et piloter les actions d’amélioration continue

Les différentes modalités d’évaluation sont les suivantes :

A. Évaluation en situation professionnelle réelle

B. Et/ou présentation des projets ou activités réalisés en milieu professionnel

C. Et avis de l'entreprise

RNCP36614BC03

Le déploiement de la performance des processus

1. Mesurer la performance des processus

2. Détecter et mettre en œuvre des actions correctives

3. Standardiser les bonnes pratiques

4. Valoriser les résultats obtenus et les actions mises en oeuvre

Les différentes modalités d’évaluation sont les suivantes :

A. Évaluation en situation professionnelle réelle

B. Et/ou présentation des projets ou activités réalisés en milieu professionnel

C. Et avis de l'entreprise

Description des modalités d'acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par équivalence :

La certification professionnelle peut être obtenue par capitalisation  des blocs de compétences. Le candidat a la possibilité de se présenter à de nouvelles actions d’évaluation sur la conservation du bénéfice des compétences professionnelles acquises et validées, pendant un délai de 5 ans à compter de la date de la décision du jury paritaire de  délibération. La réinscription sera effectuée par l’intermédiaire d’une entreprise ou d’un organisme de formation habilité, ou directement par  le candidat.

Secteurs d’activités :

Le coordonnateur lean exerce ses activités dans de nombreux secteurs d’activité industriels ou connexes, et ceci quelle que soit la taille des entreprises. Cet emploi s’exerce dans différents secteurs industriels : aéronautique et spatial, automobile et cycles, électrique, électronique et numérique, ferroviaire, mécanique, métallurgie et sidérurgie intégrant une partie du nucléaire, naval et énergies marines renouvelables. D’autres secteurs sont également concernés : la chimie, la pharmacie, l’agro-alimentaire.

Type d'emplois accessibles :
  • Responsable amélioration continue
  • Consultant interne en lean management
  • Responsable lean management
  • Lean manager
  • Pilote amélioration de la performance
Code(s) ROME :
  • H1401 - Management et ingénierie gestion industrielle et logistique
  • H1402 - Management et ingénierie méthodes et industrialisation
  • M1402 - Conseil en organisation et management d''entreprise
Références juridiques des règlementations d’activité :

Non concerné.

Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :


Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X -
Après un parcours de formation continue X

Le jury paritaire de délibération est constitué :  

- D’une délégation patronale composée au maximum de cinq membres qualifiés relevant de la branche de la métallurgie.  

- D’une délégation syndicale, pour celle-ci chaque organisation syndicale représentative de salariés au niveau national dans la branche désigne un ou plusieurs représentants qualifiés.  

En revanche, seul un représentant par organisation syndicale siège dans le jury avec droit de vote.  

Les organisations syndicales peuvent envoyer, pour chaque jury, alternativement l’un ou l’autre de leurs représentants désignés. Le tuteur du candidat, un représentant des organismes de formation habilités ainsi que les membres de la commission d’évaluation, peuvent être également invités au jury paritaire de délibération pour consultation mais ne peuvent pas prendre part à la décision de ce jury.  

Le jury paritaire de délibération est présidé par un représentant désigné par l’UIMM territoriale centre de certification qui a en charge l’organisation des actions d’évaluation.

En contrat de professionnalisation X

Le jury paritaire de délibération est constitué :  

- D’une délégation patronale composée au maximum de cinq membres qualifiés relevant de la branche de la métallurgie.  

- D’une délégation syndicale, pour celle-ci chaque organisation syndicale représentative de salariés au niveau national dans la branche désigne un ou plusieurs représentants qualifiés.  

En revanche, seul un représentant par organisation syndicale siège dans le jury avec droit de vote.  

Les organisations syndicales peuvent envoyer, pour chaque jury, alternativement l’un ou l’autre de leurs représentants désignés. Le tuteur du candidat, un représentant des organismes de formation habilités ainsi que les membres de la commission d’évaluation, peuvent être également invités au jury paritaire de délibération pour consultation mais ne peuvent pas prendre part à la décision de ce jury.  

Le jury paritaire de délibération est présidé par un représentant désigné par l’UIMM territoriale centre de certification qui a en charge l’organisation des actions d’évaluation.

Par candidature individuelle X

Le jury paritaire de délibération est constitué :  

- D’une délégation patronale composée au maximum de cinq membres qualifiés relevant de la branche de la métallurgie.  

- D’une délégation syndicale, pour celle-ci chaque organisation syndicale représentative de salariés au niveau national dans la branche désigne un ou plusieurs représentants qualifiés.  

En revanche, seul un représentant par organisation syndicale siège dans le jury avec droit de vote.  

Les organisations syndicales peuvent envoyer, pour chaque jury, alternativement l’un ou l’autre de leurs représentants désignés. Le tuteur du candidat, un représentant des organismes de formation habilités ainsi que les membres de la commission d’évaluation, peuvent être également invités au jury paritaire de délibération pour consultation mais ne peuvent pas prendre part à la décision de ce jury.  

Le jury paritaire de délibération est présidé par un représentant désigné par l’UIMM territoriale centre de certification qui a en charge l’organisation des actions d’évaluation.

Par expérience X

Le jury paritaire de délibération est constitué :  

- D’une délégation patronale composée au maximum de cinq membres qualifiés relevant de la branche de la métallurgie.  

- D’une délégation syndicale, pour celle-ci chaque organisation syndicale représentative de salariés au niveau national dans la branche désigne un ou plusieurs représentants qualifiés.  

En revanche, seul un représentant par organisation syndicale siège dans le jury avec droit de vote.  

Les organisations syndicales peuvent envoyer, pour chaque jury, alternativement l’un ou l’autre de leurs représentants désignés. Le tuteur du candidat, un représentant des organismes de formation habilités ainsi que les membres de la commission d’évaluation, peuvent être également invités au jury paritaire de délibération pour consultation mais ne peuvent pas prendre part à la décision de ce jury.  

Le jury paritaire de délibération est présidé par un représentant désigné par l’UIMM territoriale centre de certification qui a en charge l’organisation des actions d’évaluation.

En contrat d’apprentissage X -
Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Oui
Certifications professionnelles, certifications ou habilitations en équivalence au niveau européen ou international :

Certifications professionnelles

Certifications professionnelles enregistrées au RNCP en équivalence :
N° de la fiche Intitulé de la certification professionnelle reconnue en équivalence Nature de l’équivalence (totale, partielle)
RNCP28242

Coordonnateur(trice) de système qualité, sécurité, environnement

Partielle

Liens avec des certifications et habilitations enregistrées au Répertoire spécifique :
Date de décision 01-07-2022
Durée de l'enregistrement en années 3
Date d'échéance de l'enregistrement 01-07-2025
Statistiques :
Année d'obtention de la certification Nombre de certifiés Nombre de certifiés à la suite d’un parcours vae Taux d'insertion global à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 2 ans (en %)
2020 117 0 97 70 -
2019 217 0 100 75 63
Lien internet vers le descriptif de la certification :

https://www.observatoire-metallurgie.fr/certifications/preparer-organiser/coordonnateur-lean-et-amelioration-continue


Liste partielle des organismes préparant à la certification :
Nom légal Rôle
Chambres Syndicales Territoriales de la Métallurgie Habilitation pour organiser l’évaluation
Certification(s) antérieure(s) :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP28228 RNCP28228 - CQP Animateur(trice) de la démarche lean (CQPM)
Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet