Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

Responsable de production de projets culturels

Active

N° de fiche
RNCP37040
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 6
Code(s) NSF :
  • 310 : Spécialités plurivalentes des échanges et de la gestion
  • 323p : Organisation, gestion : Production et régie
  • 323s : Techniques de l'image et du son, métiers connexes du spectacle : production
Formacode(s) :
  • 32135 : Conduite projet
  • 44067 : Animation socioculturelle
  • 44035 : Médiation socioculturelle
Date d’échéance de l’enregistrement : 23-11-2024
Nom légal SIRET Nom commercial Site internet
ECAD CONSULTANTS - IESA ART&CULTURE 33115405400091 IESA Arts & Culture https://www.iesa.fr/
Objectifs et contexte de la certification :

Pilotant la réalisation des projets culturels de bout en bout, le responsable de production de projets culturel a pour mission de mener les projets à bien, tout en veillant à favoriser l’accès du public à la culture. Collaborant avec les différents services, il coordonne la gestion administrative, humaine, juridique et financière relative à l’organisation de concerts, de spectacle, ou d’expositions. Garant de la qualité de la production, il veille au respect du planning et du cadre budgétaire dans lequel le projet s’inscrit. De plus il en assure la promotion et la communication.

Presque totalement mis à l’arrêt entre mars 2020 et mai 2021, le secteur de la culture s’est trouvé profondément affecté par la crise sanitaire. Comme rapporté par le ministère de la Culture, avant la pandémie, le secteur représentait un chiffre d’affaires de 97 milliards d’euros pour une valeur ajoutée de 47 milliards d’euros avec un secteur marchand composé de 79 800 entreprises et de 653 700 personnes occupant un emploi à titre principal dans la culture.

Devant s'adapter aux mutations économiques, technologiques, juridiques et environnementales et face à l'évolution permanente du secteur de l'art et de la culture, et notamment à la diversification croissante des métiers, les profils touchant à l'organisation et à l'encadrement des différentes productions tels que les responsables de production de projets culturels sont d'autant plus nécessaires.

Couvrant l'ensemble des compétences nécessaires à l'exercice du métier, c'est afin de répondre aux enjeux rencontrés par le secteur de l'art et de la culture que l'IESA Arts & Culture propose la certification "Responsable de production de projets culturels".

Activités visées :

Définition et conception d'un projet culturel.

  • Réalisation d’un diagnostic de l’existant.
  • Définition des objectifs d'un projet culturel.
  • Définition des actions à conduire et des moyens nécessaires à la réalisation d'un projet culturel.
  • Evaluation d’un projet culturel sur la base de la définition préalable de critères et d’indicateurs.
  • Mobilisation des partenaires stratégiques autour d'un projet culturel.

Gestion des aspects budgétaires, administratifs, et juridiques d'un projet culturel.

  • Etablissement du budget prévisionnel d'un projet culturel.
  • Réalisation et suivi des demandes de subventions.
  • Gestion et suivi budgétaire d'un projet culturel.
  • Etablissement des différents contrats nécessaires à la production et à l'exploitation d'un projet culturel.
  • Mise en oeuvre les opérations règlementaires liées au projet culturel.

Organisation de la mise en oeuvre d'un projet culturel.

  • Identification des lieux d'accueil.
  • Suivi logistique des actions culturelles.
  • Organisation et suivi de la régie d'exploitation.

Conception d'actions de médiation culturelle.

  • Détermination des publics ciblés par les actions de médiation.
  • Conception de parcours de médiation culturelle.
  • Conception d'outils et de supports de médiation culturelle.
  • Elaboration de fiches pratiques des actions de médiation.

Communication autour d'un projet et de ses activités culturelles.

  • Définition d'une stratégie de communication.
  • Déploiement d'une communication digitale.
  • Mise en oeuvre d'une stratégie médias.
Compétences attestées :

Réaliser un diagnostic critique de l’existant, en s’appuyant sur des rencontres de professionnels ainsi que sur une analyse du territoire, des aspects économiques, sociaux, touristiques, culturels et environnementaux, afin d’identifier les axes de développement culturel.

Définir les orientations et les objectifs du projet culturel, en s’appuyant sur le diagnostic préalablement réalisé, de manière à répondre aux besoins et enjeux préalablement identifiés.

Traduire le projet culturel en termes d’actions à conduire, en fonction de ses objectifs et de ses finalités, de manière à déterminer les moyens humains et financiers à mobiliser dans le cadre de sa réalisation.

Définir les indicateurs et critères d’évaluation du projet culturel, en fonction de ses objectifs et finalités, de manière à en mesurer les effets et impacts (culturels, sociaux, environnementaux, etc.), de sa mise en oeuvre.

Prospecter les différentes parties prenantes (partenaires institutionnels, professionnels, privés, populations concernées) pouvant accompagner et/ou être mobilisées dans le cadre du projet culturel, en fonction des objectifs, de l’environnement et des spécificités de ce dernier, de manière à développer des partenariats et coopérations.

Etablir le budget prévisionnel du projet culturel, en évaluant et répertoriant l’ensemble des postes de dépenses et de recettes, de manière à estimer les ressources nécessaires au projet.

Effectuer des demandes de subventions, aides, mécénat, sponsoring, partenariats, en collectant les différentes pièces nécessaires à la constitution des dossiers, et en assurant leur suivi administratif auprès des partenaires institutionnels, afin de financer le projet.

Suivre et analyser les évolutions budgétaires du projet culturel, en effectuant des reporting réguliers, de manière à garantir l’équilibre budgétaire et prendre les décisions stratégiques et opérationnelles adéquates.

Établir les différents types de contrats de coproduction, de résidence, de cession, de travail, conventions, etc. nécessaires à la production et à l’exploitation du projet artistique, en tenant compte :
- Des règlementations applicables
- Des accords mutuels entre les parties-prenantes
- Des spécificités de la production
afin de formaliser les engagements avec les différents partenaires/collaborateurs.

Effectuer les demandes d’autorisation relatives aux droits d’auteurs et droits voisins nécessaires à l’exploitation des oeuvres, en effectuant les démarches nécessaires, afin de pouvoir reproduire ou diffuser diverses oeuvres préexistantes réalisées par un tiers.

Evaluer l’adéquation des lieux d’accueil aux besoins techniques et artistiques du projet, en s’appuyant sur leurs fiches techniques, afin de procéder - en concertation avec les équipes - aux ajustements nécessaires.

Organiser la logistique des actions culturelles, en effectuant les démarches nécessaires (devis, réservations, suivi des bons de commande, etc.), de manière à en assurer leur bon déroulement.

Coordonner les équipes d’accueil, en s’appuyant sur l’élaboration des feuilles de route et des plannings des intervenants, de manière à organiser l’accueil du projet.

Déterminer les publics concernés par la médiation culturelle, en fonction de leurs caractéristiques (âge, CSP, niveau scolaire, handicap, etc.) et/ou de leurs intérêts communs, de manière à concevoir des actions de médiation adaptées.

Elaborer les dispositifs/parcours de médiation culturelle, en définissant les objectifs, les actions à mener, les modalités et critères d’évaluation de ces actions, ainsi que les outils et supports de médiation, de manière à mettre en relation le public visé et les contenus culturels/artistiques.

Concevoir des outils et supports de médiation (images, écrits, supports audio, multimédias, etc.), en veillant à les adapter aux différents types de public, dans le but de faciliter leur compréhension et leur participation à l’activité de médiation.

Elaborer des fiches pratiques, en précisant le déroulé, les moyens, les modalités, et les conditions de réalisation des actions, afin d’outiller les intervenants et médiateurs dans la mise en oeuvre des actions de médiation.

Etablir un plan de communication digitale et hors ligne, en définissant et caractérisant les différentes actions à mener ainsi que leurs objectifs, de manière à promouvoir le projet culturel.

Déployer une communication digitale, en s’appuyant sur la réalisation de campagne e-mailing et la diffusion de contenus sur les réseaux sociaux, afin d’accroitre la visibilité sur les actions culturelles menées.

Rédiger des communiqués et dossiers de presse à destination des médias, en fonction de leur ligne éditoriale, de la nature du projet ainsi que des publics visés, de manière à informer et rassembler autour du projet culturel.

Modalités d'évaluation :

Les modalités d'évaluation comprennent la présentation d'un dossier de production/projet professionnel, un cas pratique et des mises en situation professionnelles.

Candidat en situation de handicap : dans le cadre du respect du règlement d'examen, tout candidat peut saisir le référent handicap du certificateur pour aménager les modalités d'évaluation et obtenir l’assistance d’un tiers lors de l’évaluation. Les supports et le matériel nécessaires à la réalisation des évaluations pourront être adaptés. Sur conseil du référent handicap et dans le respect des spécifications du référentiel, le format de la modalité pourra être adaptée. Sur avis motivé du référent handicap, le jury de certification peut décider d’exempter le candidat de certains critères d’évaluation : dans la mesure où cela ne remet pas en question la capacité professionnelle globale du candidat ; si le critère au regard de la nature du handicap n'a pas vocation à s'appliquer dans la pratique professionnelle future du candidat. Ces deux critères étant cumulatifs.

RNCP37040BC01 - Définir et concevoir un projet culturel

Liste de compétences Modalités d'évaluation

Réaliser un diagnostic critique de l'existant, en s'appuyant sur des rencontres de professionnels ainsi que sur une analyse du territoire, des aspects économiques, sociaux, touristiques, culturels et environnementaux, afin d'identifier les axes de développement culturel.

Définir les orientations et les objectifs du projet culturel, en s’appuyant sur le diagnostic préalablement réalisé, de manière à répondre aux besoins et enjeux préalablement identifiés.

Traduire le projet culturel en termes d’actions à conduire, en fonction de ses objectifs et de ses finalités, de manière à déterminer les moyens humains et financiers à mobiliser dans le cadre de sa réalisation.

Définir les indicateurs et critères d’évaluation du projet culturel, en fonction de ses objectifs et finalités, de manière à en mesurer les effets et impacts (culturels, sociaux, environnementaux, etc.), de sa mise en oeuvre.

Prospecter les différentes parties prenantes (partenaires institutionnels, professionnels, privés, populations concernées) pouvant accompagner et/ou être mobilisées dans le cadre du projet culturel, en fonction des objectifs, de l’environnement et des spécificités de ce dernier, de manière à développer des partenariats et coopérations.

Mise en situation professionnelle. Dans le cadre de la définition d’un projet culturel, le candidat devra :
1) effectuer un diagnostic critique de l’existant ;
2) analyser les résultats du diagnostic (identification des besoins) ;
3) identifier les axes de développement culturel.

Mise en situation professionnelle : à l’issue du diagnostic réalisé, le candidat devra proposer un projet culturel et en définir les objectifs.

Mise en situation professionnelle. Dans le cadre d’un projet culturel, le candidat devra :
1) décliner les objectifs du projet culturel en termes d’orientations et d’actions à conduire ;
2) déterminer les moyens humains et financiers nécessaires à sa réalisation.

Mise en situation professionnelle. A partir d’un projet culturel, le candidat devra :
1) définir les critères et indicateurs d’évaluation de ce dernier ;
2) évaluer le projet culturel sur la base des indicateurs préalablement définis et en présenter les résultats.

Dossier de production. Dans le cadre d'un projet culturel, le candidat devra :
1) identifier et proposer une cartographie des partenaires (réels et/ou potentiels) du projet artistique.
2) établir un dossier de production permettant de présenter le projet aux différents partenaires.

RNCP37040BC02 - Gérer les aspects budgétaires, administratifs et juridiques d'un projet culturel

Liste de compétences Modalités d'évaluation

Etablir le budget prévisionnel du projet culturel, en évaluant et répertoriant l’ensemble des postes de dépenses et de recettes, de manière à estimer les ressources nécessaires au projet.

Effectuer des demandes de subventions, aides, mécénat, sponsoring, partenariats, en collectant les différentes pièces nécessaires à la constitution des dossiers, et en assurant leur suivi administratif auprès des partenaires institutionnels, afin de financer le projet.

Suivre et analyser les évolutions budgétaires du projet culturel, en effectuant des reporting réguliers, de manière à garantir l’équilibre budgétaire et prendre les décisions stratégiques et opérationnelles adéquates.

Établir les différents types de contrats de coproduction, de résidence, de cession, de travail, conventions, etc. nécessaires à la production et à l’exploitation du projet artistique, en tenant compte :
- des règlementations applicables ;
- des accords mutuels entre les parties-prenantes ;
- des spécificités de la production ;
afin de formaliser les engagements avec les différents partenaires/collaborateurs.

Effectuer les demandes d’autorisation relatives aux droits d’auteurs et droits voisins nécessaires à l’exploitation des oeuvres, en effectuant les démarches nécessaires, afin de pouvoir reproduire ou diffuser diverses oeuvres préexistantes réalisées par un tiers.

Dossier de production : dans le cadre d’un projet culturel, le candidat devra établir et présenter le budget prévisionnel du projet culturel.

Mise en situation professionnelle. Dans le cadre d’un projet culturel, le candidat devra :
1) réaliser un dossier de production ;
2) identifier les potentielles sources de financement ;
3) établir les démarches administratives nécessaires.

Cas pratique : à partir d’un budget réalisé, le candidat devra assurer le suivi budgétaire du projet.

Mise en situation professionnelle. Dans le cadre d’un projet culturel, le candidat devra :
1) rédiger une convention de partenariat ;
2) rédiger un contrat de travail ;
3) rédiger un contrat de cession, de coproduction, de coréalisation, de location ou de mise à disposition.

Mise en situation professionnelle : Dans le cadre d’un projet artistique le candidat devra :
1) identifier les organismes de collecte des droits ;
2) remplir les demandes d’autorisation afférentes au projet.

RNCP37040BC03 - Organiser la mise en oeuvre d'un projet culturel

Liste de compétences Modalités d'évaluation

Evaluer l’adéquation des lieux d’accueil aux besoins techniques et artistiques du projet, en s’appuyant sur leurs fiches techniques, afin de procéder - en concertation avec les équipes - aux ajustements nécessaires.

Organiser la logistique des actions culturelles, en effectuant les démarches nécessaires (devis, réservations, suivi des bons de commande, etc.), de manière à en assurer leur bon déroulement.

Coordonner les équipes d’accueil, en s’appuyant sur l’élaboration des feuilles de route et des plannings des intervenants, de manière à organiser l’accueil du projet.

Mise en situation professionnelle. Dans le cadre de l’organisation d’un événement artistique et culturel, le candidat devra :
1) identifier et cartographier les différents lieux d’accueil pouvant recevoir l’évènement ;
2) produire un dossier technique comprenant la fiche technique du projet et la fiche technique du lieu d’accueil ;
3) établir le plan d’implantation.

Mise en situation professionnelle. Dans le cadre de l’organisation d’un évènement culturel et artistique, le candidat devra :
1) organiser les aspects liés la logistique matérielle du projet (transport du matériel, accessibilité, etc.) ;
2) organiser l’accueil, l’hébergement, la restauration et le transport des intervenants.

Mise en situation professionnelle : à partir d’un projet culturel, notamment de son dossier de production, le candidat devra rédiger les feuilles de route et le(s) planning(s) à destination des équipes d’accueil.

RNCP37040BC04 - Concevoir des actions de médiation culturelle

Liste de compétences Modalités d'évaluation

Déterminer les publics concernés par la médiation culturelle, en fonction de leurs caractéristiques (âge, CSP, niveau scolaire, handicap, etc.) et/ou de leurs intérêts communs, de manière à concevoir des actions de médiations adaptées.

Elaborer les dispositifs/parcours de médiation culturelle, en définissant les objectifs, les actions à mener, les modalités et critères d’évaluation de ces actions, ainsi que les outils et supports de médiation, de manière à mettre en relation le public visé et les contenus culturels/artistiques.

Concevoir des outils et supports de médiation (images, écrits, supports audio, multimédias, etc.), en veillant à les adapter aux différents types de public, dans le but de faciliter leur compréhension et leur participation à l’activité de médiation.

Elaborer des fiches pratiques, en précisant le déroulé, les moyens, les modalités, et les conditions de réalisation des actions, afin d’outiller les intervenants et médiateurs dans la mise en oeuvre des actions de médiation.

Mise en situation professionnelle : à partir d’une problématique de médiation culturelle soumise par un opérateur culturel, le candidat devra déterminer les publics visés par les actions de médiation culturelle.

Mise en situation professionnelle : à partir d’une problématique de médiation culturelle soumise par un opérateur culturel, le candidat devra concevoir un dispositif/parcours de médiation culturelle.

Mise en situation professionnelle : à partir d’une problématique de médiation culturelle soumise par un opérateur culturel, le candidat devra concevoir des outils/supports de médiation.

Mise en situation professionnelle : à partir d’une problématique de médiation culturelle soumise par un opérateur culturel, le candidat devra élaborer la fiche pratique d’une action de médiation.

RNCP37040BC05 - Communiquer autour du projet et de ses activités culturelles

Liste de compétences Modalités d'évaluation

Etablir un plan de communication digitale et hors ligne, en définissant et caractérisant les différentes actions à mener ainsi que leurs objectifs, de manière à promouvoir le projet culturel.

Déployer une communication digitale, en s’appuyant sur la réalisation de campagne e-mailing et la diffusion de contenus sur les réseaux sociaux, afin d’accroitre la visibilité sur les actions culturelles menées.

Rédiger des communiqués et dossiers de presse à destination des médias, en fonction de leur ligne éditoriale, de la nature du projet ainsi que des publics visés, de manière à informer et rassembler autour du projet culturel.

Mise en situation professionnelle : dans le cadre d’un projet culturel et d’un budget alloué à la communication, le candidat devra élaborer un plan de communication digital et hors ligne permettant d’organiser la promotion du projet culturel.

Mise en situation professionnelle. Dans le cadre de la promotion d’un projet culturel, le candidat devra :
1) élaborer les supports de communication en fonction des canaux et des publics visés ;
2) déployer une communication online et/ou offline.

Mise en situation professionnelle. Dans le cadre de l’organisation d’événements culturels, le candidat devra réaliser :
1) un fichier presse ;
2) un communiqué et un dossier de presse.

Description des modalités d'acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par correspondance :

Chaque bloc de compétences est capitalisable. La validation de tous les blocs permet l'obtention de la certification. En cas d'équivalence, que ce soit par VAE et/ou obtention d'un bloc de compétences ou d'une certification équivalente, il convient au candidat de présenter cette équivalence au jury pour validation.

 

Secteurs d’activités :

Le responsable de production de projet culturel peut travailler dans le secteur des expositions, du spectacle-vivant (théâtre, danse, musique, arts de la rue et cirque), du cinéma et de l’audiovisuel ou du patrimoine et pour des institutions culturelles publiques ou privées, spécialisées ou polyvalentes : centres culturels, musées, lieux d’exposition, théâtre, médiathèque, cinéma, salles de spectacle, festival, monuments historiques. Ces institutions peuvent aller d’une dizaine à plusieurs centaines de salariés. Dans les institutions de taille importante, il pourra travailler soit dans un service de la production ou de la programmation, soit celui des publics. Il peut également travailler pour des sociétés de production ou de communication événementielle, ou directement pour des artistes ou des compagnies. Dans ce dernier cas, il peut travailler comme salarié de l’artiste ou de la compagnie ou en indépendant pour plusieurs artistes et compagnies qui mutualisent leurs moyens pour financer un poste de responsable de production. Si certaines sociétés de production ou agences événementielles peuvent être de taille importante, la majorité des structures citées ne comptent que quelques salariés

Type d'emplois accessibles :

Le métier de responsable de production de projets culturels peut prendre différentes appellations en fonction des organisations et des lieux où il exerce, notamment :

  • responsable/directeur de production ;
  • responsable de projets culturels ;
  • chargé de développement des publics ;
  • médiateur culturel ;
  • production manager ;
  • adjoint de production ;
  • adjoint à la culture ;
  • chargé de production/assistante de production ;
  • directeur artistique.
Code(s) ROME :
  • L1303 - Promotion d''artistes et de spectacles
  • K1602 - Gestion de patrimoine culturel
  • K1206 - Intervention socioculturelle
  • L1302 - Production et administration spectacle, cinéma et audiovisuel
Références juridiques des règlementations d’activité :
Le cas échant, prérequis à l’entrée en formation :

L’entrée en première année se fait après l’obtention du baccalauréat.
Admissions parallèles en deuxième et troisième années possibles sur dossier en fonction du parcours académique et du projet personnel. Il est obligatoire d’avoir validé une première année d’enseignement supérieur pour entrer en deuxième année, d’avoir validé une première et une deuxième année d’enseignement supérieur pour entrer en troisième année. Le dossier d’admission, construit en fonction des blocs de compétences de la formation, permet de positionner le candidat afin de valider sa demande d’admission parallèle.

L'admission se fait sur dossier puis entretien.


Le cas échant, prérequis à la validation de la certification :

Les prérequis détaillés ci-dessous correspondent aux prérequis de passage de la certification selon les différentes modalités d’accès (hors VAE).

En formation initiale avec effet cumulatif :

- être titulaire d’une certification de niveau 4 (baccalauréat ou un diplôme équivalent - diplôme étranger) ;

- avoir effectué un cursus de formation préparant au passage et à l’obtention de la certification visée chez le certificateur ou un partenaire habilité.

En apprentissage ou contrat de professionnalisation :

- cursus en 3 ans : être titulaire d’une certification de niveau 4 et avoir effectué un cursus de formation en alternance (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) préparant au passage et à l’obtention de la certification visée chez le certificateur ou un partenaire habilité ;

- cursus en 2 ans : être titulaire d’une certification de niveau 4, avoir validé une première année d'enseignement supérieur et avoir effectué un cursus de formation en alternance (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) préparant au passage et à l’obtention de la certification visée chez le certificateur ou un partenaire habilité ;

- cursus en 1 an : être titulaire d’une certification de niveau 5 ou d’un diplôme équivalent (diplôme étranger) et avoir effectué un cursus de formation en alternance (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) préparant au passage et à l’obtention de la certification visée chez le certificateur ou un partenaire habilité.

En formation professionnelle :

- avoir effectué un cursus de formation préparant au passage et à l’obtention de la certification visée chez le certificateur ou un partenaire habilité ;

Et :

- être titulaire d’un baccalauréat et justifier d’une expérience professionnelle dans le secteur visé de minimum de 36 mois ;

Ou :

- être titulaire d'un diplôme de niveau 4, avoir validé une première année d'enseignement supérieur et justifier d’une expérience professionnelle dans le secteur visé de minimum 24 mois ;

Ou :

- être titulaire d’une certification de niveau 5 ou d’un diplôme équivalent (diplôme étranger) et justifier d’une expérience professionnelle dans le secteur visé de minimum 12 mois.

Dérogations spécifiques : si le candidat ne dispose pas de l’expérience professionnelle ou du diplôme requis, il devra présenter un dossier démontrant sa capacité à valider la certification professionnelle (VAP, attestation employeur ou autres preuves d’une expérience professionnelle, personnelle ou associative permettant l’acquisition de compétences connexes, etc.). Ce dispositif de valorisation des acquis se rapprocherait d’une VAE Mixte.


Pré-requis disctincts pour les blocs de compétences :
Non

Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

Le jury est composé de quatre membres dont 50% de professionnels :
- le directeur de l’école ou son représentant ;
- un responsable pédagogique ou un enseignant formateur ;
- deux professionnels externes exerçant dans le métier visé.

L’organisme mentionne que la parité employeur/salarié est contrôlée.

En contrat d’apprentissage X

Le jury est composé de quatre membres dont 50% de professionnels :
- le directeur de l’école ou son représentant ;
- un responsable pédagogique ou un enseignant formateur ;
- deux professionnels externes exerçant dans le métier visé.

L’organisme mentionne que la parité employeur/salarié est contrôlée.

Après un parcours de formation continue X

Le jury est composé de quatre membres dont 50% de professionnels :
- le directeur de l’école ou son représentant ;
- un responsable pédagogique ou un enseignant formateur ;
- deux professionnels externes exerçant dans le métier visé.

L’organisme mentionne que la parité employeur/salarié est contrôlée.

En contrat de professionnalisation X

Le jury est composé de quatre membres dont 50% de professionnels :
- le directeur de l’école ou son représentant ;
- un responsable pédagogique ou un enseignant formateur ;
- deux professionnels externes exerçant dans le métier visé.

L’organisme mentionne que la parité employeur/salarié est contrôlée.

Par candidature individuelle X -
Par expérience X

Le jury est composé de quatre membres dont 50% de professionnels :
- le directeur de l’école ou son représentant ;
- un responsable pédagogique ou un enseignant formateur ;
- deux professionnels externes exerçant dans le métier visé.

L’organisme mentionne que la parité employeur/salarié est contrôlée.

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Anciennes versions de la certification professionnelle reconnues en correspondance partielle :
Bloc(s) de compétences concernés Code et intitulé de la certification professionnelle reconnue en correspondance partielle Bloc(s) de compétences en correspondance partielle
RNCP37040BC01 - Définir et concevoir un projet culturel RNCP31168 - Responsable de production de projets culturels RNCP31168BC03 - Définir et monter le projet culturel
RNCP37040BC02 - Gérer les aspects budgétaires, administratifs et juridiques d'un projet culturel RNCP31168 - Responsable de production de projets culturels RNCP31168BC02 - Gérer le budget et l’administration juridique et réglementaire du projet
RNCP37040BC03 - Organiser la mise en oeuvre d'un projet culturel RNCP31168 - Responsable de production de projets culturels RNCP31168BC05 - Organiser et mettre en œuvre la production et la diffusion du projet
RNCP37040BC04 - Concevoir des actions de médiation culturelle RNCP31168 - Responsable de production de projets culturels RNCP31168BC04 - Produire et mettre en œuvre les actions et les outils de médiation
RNCP37040BC05 - Communiquer autour du projet et de ses activités culturelles RNCP31168 - Responsable de production de projets culturels RNCP31168BC01 - Assurer la promotion et la communication du projet

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
03/03/2007

Arrêté du 23 février 2007 publié au Journal Officiel du 03 mars 2007 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles. Enregistrement pour cinq ans, avec effet au 03 mars 2007, jusqu'au 03 mars 2012.

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
07/08/2018

Arrêté du 30 juillet 2018 publié au Journal Officiel du 07 août 2018 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles. Enregistrement pour quatre ans, au niveau II, sous l'intitulé "Responsable de production de projets culturels" avec effet du 17 mars 2017, jusqu'au 07 août 2022.

17/03/2016

Arrêté du 25 février 2016 publié au Journal Officiel du 17 mars 2016 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles. Enregistrement pour un an, au niveau II, sous l'intitulé "Spécialiste-conseil en biens et services culturels" avec effet au 31 décembre 2015, jusqu'au 17 mars 2017.

27/03/2003

Arrêté du 17 mars 2003 publié au Journal Officiel du 27 mars 2003 portant homologation de titres et diplômes de l’enseignement technologique sous l'intitulé 'Spécialiste en biens et services culturels'

31/12/2014

Arrêté du 22 décembre 2014 publié au Journal Officiel du 31 décembre 2014 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles. Enregistrement pour un an, au niveau II, sous l'intitulé "Spécialiste-conseil en biens et services culturels" avec effet au 03 mars 2012, jusqu'au 31 décembre 2015.

13/10/1991

Arrêté du 16 septembre 1991 publié au Journal Officiel du 13 octobre 1991 portant homologation de titres et diplômes de l’enseignement technologique sous l'intitulé 'Titre de l'IESA, option peinture et arts graphiques et option mobilier et objets d'art'.

21/12/1996

Arrêté du 29 novembre 1996 publié au Journal Officiel du 21 décembre 1996 portant homologation de titres et diplômes de l’enseignement technologique sous l'intitulé 'Spécialiste des arts plastiques, option mobilier et objet d'art et option peinture et arts graphiques'.

Date du dernier Journal Officiel ou Bulletin Officiel : 07-08-2018
Date de décision 23-11-2022
Durée de l'enregistrement en années 2
Date d'échéance de l'enregistrement 23-11-2024
Statistiques :
Année d'obtention de la certification Nombre de certifiés Nombre de certifiés à la suite d’un parcours vae Taux d'insertion global à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 2 ans (en %)
2021 76 0 96 75 -
2020 82 0 93 65 -
2019 36 0 100 65 79
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Certification(s) antérieure(s) :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP31168 Responsable de production de projets culturels
Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet