Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

Diplôme national supérieur professionnel de musicien, spécialité métiers de la création musicale

Active

N° de fiche
RNCP9045
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 6
Code(s) NSF :
  • 133 : Musique, arts du spectacle
Formacode(s) :
  • 45073 : musique
Date d’échéance de l’enregistrement : 01-01-2024
Nom légal SIRET Nom commercial Site internet
MINISTERE DE LA CULTURE 11004601800013 - -
Activités visées :

Les métiers de la création musicale relèvent historiquement des domaines de la composition, de l’arrangement et de l’orchestration. Bien que ces situations professionnelles soient identifiées et lisibles aujourd’hui, on assiste à une redéfinition des contours de ces métiers du fait de nouvelles formes d’expression telles que la composition électro-acoustique, la musique d’application, les installations et les technologies audio-numériques. Par exemple l’activité de « sound designer » peut autant prétendre à une reconnaissance dans les métiers de la création que dans les métiers techniques du spectacle vivant.

Le compositeur conçoit et réalise une œuvre musicale pouvant utiliser des voix, des instruments, des sons, des dispositifs mixtes, informatiques, électro-acoustiques, électroniques.

Sa composition peut appartenir à différents champs musicaux liés au patrimoine ou/et à ceux émergeant aujourd’hui.

L’arrangeur, l’orchestrateur transforment une œuvre musicale préexistante. L’orchestrateur transpose une composition vers d’autres nomenclatures instrumentales, vocales et d’autres dispositifs, l’arrangeur la retravaille pour une application particulière, éventuellement dans sa forme. Un arrangeur est le plus souvent également orchestrateur. Ces deux fonctions peuvent toutefois être différenciées.

Compétences attestées :


I. Initier, porter, assumer un geste créatif

Déployer son imaginaire, explorer:s'approprier un outil, un dispositif, un processus

Définir un projet compositionnel: évaluer le potentiel de développement des idées compositionnelles, repérer et mesurer la faisabilité de la proposition, choisir le cas échéant des partenaires extérieurs, dans les domaines artistiques ou dans d'autres domaines

Mettre en oeuvre, réaliser: planifier son travail, maîtriser les codes d'écriture de son champ musical, prendre en compte les exigences liées à la participation de partenaires extérieurs

Mettre un terme, finaliser: produire un support final permettant de jouer l'oeuvre: conducteur et matériel, descriptif du dispositif électroacoustique, fiche technique,..., mettre l'oeuvre à l'épreuve de la répétition, de l'exécution et éventuellement l'adapter, produire au moins une oeuvre sous forme de deux nomenclatures ou de deux supports différents ou à deux destinations différentes;

Revendiquer: proposer un regard critique sur l'oeuvre terminée et sa production

II. Construire et s'approprier une expression musicale

Connaître les langages et styles musicaux et artistiques: connaître la diversité des styles et des répertoires musicaux, être initié à la diversité des outils d'analyse appliqués aux différents répertoires, connaître l'évolution des langages et le domaine des musiques appliquées

Approfondir la connaissance d'un ou plusieurs de ces langages et styles: approfondir les connaissances en analyse pour le domaine musical de son choix.

Maîtriser les outils d'expression des langages et styles choisis:

- Pour la musique instrumentale :Connaître et utiliser les techniques de l’écriture musicale, de l’orchestration, de l’arrangement, être initié aux techniques de composition électroacoustique

- Pour la musique électroacoustique :Connaître, décrypter et utiliser des outils logiciels de traitement, de synthèse, de montage, développer des outils personnels, être initié aux techniques de composition de la musique mixte

- Pour l’arrangement, l’orchestration: Réaliser une adaptation pour une formation associant le vocal et l’instrumental, un big band, un orchestre d’harmonie, une petite formation, …

- Pour le multimédia : connaître l'évolution des technologies et des méthodologies afin de pouvoir réagir en temps réel

III. Communiquer, partager

Situer sa démarche artistique:Identifier les grands courants de la création actuelle, positionner sa démarche de création au regard de ceux-ci.

Ecrire une plaquette de présentation d’un projet impliquant différents partenaires, présenter des propositions par l’intermédiaire d’un instrument, d’un support, Présenter les éléments d’une maquette, d’un échantillon. Improviser pour proposer des idées musicales nouvelles.

Répondre à des situations de commande, les provoquer: analyser les modalités de mise en oeuvre d'un cahier des charges, en mesurer la faisabilité et les éventuelles adaptations nécessaires.

Partager une démarche artistique avec des interprètes et collaborateurs: s’engager dans cette réalisation, apporter une contribution personnelle à la définition du projet:

- Pour la musique instrumentale et l’arrangement, l’orchestration: diriger un ensemble instrumental, donner des indications sur les modes de jeu utilisés, la couleur sonore attendue, …; posséder des connaissances organologiques

- Pour la musique électroacoustique: participer à la direction artistique et technique d’un concert de musique mixte; collaborer à la réalisation d’un autre compositeur ; diriger et jouer le répertoire acousmatique en concert avec un orchestre de haut-parleurs

- Pour le multimédia: associer la musique et un support technique, déclencher des évènements artistiques dans un jeu d'interactions.

Partager une démarche artistique avec un public: transmettre sa démarche artistique.

IV. Enrichir ses connaissances

Manier certaines technologies: pour la spécialité instrumentale et l'arrangement: connaître et manier les logiciels fondamentaux du traitement du son et de l'informatique musicale, s'exercer à un travail sur la matière sonore.

Intervenir dans la prise de son en situation d'enregistrement: connaître les techniques de prise de son

Se situer dans son environnement socio-professionnel: connaître les conditions d'exercice de sa profession, le fonctionnement des institutions d'enseignement, les dispositifs d'aides à la production.

Connaître les aspects juridiques et réglementaires de la profession.

Communiquer en langue étrangère, s'informer des évolutions artistiques à l'étranger.

Secteurs d’activités :

Le compositeur, l’arrangeur ou l’orchestrateur effectuent l’essentiel de leur activité à leur domicile, à la table ou à un équipement audio-numérique. Elle peut toutefois s’exercer dans des lieux spécifiques : salle de concert, studio de création, studio d’enregistrement, théâtre, plateau de télévision, scène de cabaret,…

Par ailleurs, la formule de la résidence, proposée par des orchestres, des conservatoires, des centres de recherche ou des collectivités territoriales, offre au compositeur la prise en charge temporaire de son travail d’écriture. Dans ce cadre, le compositeur participe à la formation et à la diffusion musicales en suivant un programme défini par l’autorité ayant retenu le projet et suivant des conditions déterminées préalablement.

Ce type d’emplois se retrouve également dans les secteurs du multimédia et des musiques actuelles (publicité, cinéma, jeux vidéos,…). En outre, les milieux de la danse, du cinéma, du multimédia, du théâtre, du cirque et de la publicité font souvent appel à des compositeurs et des arrangeurs pour réaliser la musique nécessaire à leur production artistique

 

Type d'emplois accessibles :

Les situations professionnelles des compositeurs, des arrangeurs et des orchestrateurs ne recouvrent pas des réalités identiques. Ces auteurs ont généralement le statut de travailleurs indépendants.

Code(s) ROME :
  • L1202 - Musique et chant
Références juridiques des règlementations d’activité :
Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :


Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

Pour l'évaluation continue, les notes sont attribuées par le directeur de l'établissement sur proposition de l'équipe pédagogique. Le jury de l'évaluation terminale comporte au moins quatre membres dont le directeur de l'établissement d'enseignement supérieur ou son représentant, président, au moins deux spécialistes de la discipline, dont un professeur d'un autre établissement d'enseignement supérieur, et une personnalité du monde musical.

Après un parcours de formation continue X

Jury composé par l'établissement

En contrat de professionnalisation X -
Par candidature individuelle X -
Par expérience X

Jury composé par l'établissement selon les dispositions du décret 2002-615 du 26 avril 2002

En contrat d’apprentissage X

Jury composé par l'établissement

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Décret n°2007-1678 du 27 novembre 2007 relatif aux diplômes nationaux supérieurs professionnels délivrés par les établissements d'enseignement supérieur habilités par le ministre chargé de la culture dans les domaines de la musique, de la danse, du théâtre et des arts du cirque et à la procédure d'habilitation de ces établissements

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Arrêté du 15 janvier 2010 complétant l'arrêté du 1er février 2008 relatif au diplôme national supérieur profesionnel de musicien et fixant les conditions d'habilitation des établissements d'enseignement supérieur à délivrer ce diplôme.

Référence autres (passerelles...) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Décret n°2004-607 du 21 juin 2004 étendant au ministère chargé de la culture les dispositions du décret n°2002-615 du 26 avril 2002 pris pour l'application de l'article 900-1 du code du travail et des articles L.335-5 et L.335-6 du code de l'éducation relatif à la validation des acquis de l'expérience pour la délivrance d'une certification professionnelle

-

Articles L.335-5, L.335-6 et L.759-1 du code de l'éducation

Date d'échéance de l'enregistrement 01-01-2024
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet