Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire spécifique

Pilotage de la performance dans le secteur public (CP FFP)

Active

N° de fiche
RS3787
Code(s) NSF :
  • 314r : Analyse financière, contrôle de gestion, expertise comptable
Formacode(s) :
  • 32652 : contrôle gestion
Date d’échéance de l’enregistrement : 31-12-2021
Nom légal Nom commercial Site internet
LVSN La form@tion tout au long de la vie https://lvsn.fr
Objectifs et contexte de la certification :

Cette certification concerne plus particulièrement les organismes de la Sécurité sociale. Formation destinée notamment aux salariés en charge du Contrôle de gestion dans les organismes de Sécurité sociale (Caisses Primaires d’Assurance Maladie, Caisses d’Allocations Familiales, URSSAF, Caisses d’assurance Retraite et de Santé au travail, Organismes de Mutualité Sociale Agricole).


La Loi organique relative aux lois de finances de 2001 pose les principes d’un pilotage plus efficient du secteur public qui entraîne la « mise en œuvre d’un contrôle de gestion rénové ». Aujourd’hui, une meilleure connaissance de la construction des coûts devient donc essentielle et incontournable afin d’optimiser des ressources de plus en plus rares. Cette visibilité accrue a pour objectif d’améliorer la qualité de prise de décision à tous les niveaux (stratégique et opérationnels) afin de favoriser la performance économique (au sens efficacité et efficience) notamment des différents processus (de production et des fonctions supports), et la qualité du pilotage de la part des différentes entités publiques.

Compétences attestées :
  • Analyser la fonction contrôle de gestion et comprendre son assise sur les processus.
  • Positionner le contrôleur de gestion comme un acteur incontournable du pilotage de la performance et du dialogue de gestion.
  • Piloter le contrôle de gestion et développer une communication auprès de l’ensemble des acteurs dans le cadre d’un projet.
  • Construire le budget, analyser et piloter la consommation budgétaire.
  • Analyser les coûts et comprendre la comptabilité analytique (coût complet, méthode ABC).
  • Construire des tableaux de bord.
  • Développer une production statistique au service du pilotage de la performance.
  • Optimiser la prévision des effectifs pour améliorer l’allocation de ressources.
  • Apporter des éléments objectifs dans les choix d’investissements (politique d’achat, politique immobilière, mutualisation / régionalisation).
  • Analyser la fonction contrôle de gestion et son propre rôle.
  • Se positionner comme un acteur incontournable du pilotage de la performance, du dialogue de gestion et favoriser sa mise en œuvre.
  • Développer une communication pertinente.
  • Piloter un projet et travailler en équipe.
  • Développer des techniques et outils en adéquation avec les objectifs du métier de contrôleur de gestion. 
Modalités d'évaluation :

Ce dispositif de formation professionnalisant qui se déroule sur 6 à 10 mois s’appuie sur les principes pédagogiques fondamentaux suivants :

  •  Une évaluation de positionnement en amont de la formation (élément constitutif du dossier de candidature).
  •  Un parcours modulaire individualisé (des dispenses de suivi d’un ou plusieurs modules peuvent être accordées si le participant obtient plus de 80% de réussite sur une thématique donnée de l’évaluation de positionnement) qui combine à  la fois des temps en présentiel (26,5 jours)  obligatoires et des temps individualisés.
  •  Une formation ancrée dans la réalité professionnelle qui permet de mettre en œuvre une logique d’apprentissage favorisant  le partage d’expérience.

La démarche consiste à enclencher un mouvement et des apprentissages qui se fondent sur trois variables :

  • Une articulation forte avec les situations de travail (l’objectif est de mieux les maîtriser).
  • Une démarche collective de confrontation des points de vue sur les problèmes rencontrés et les solutions à mettre en œuvre, ainsi que l’acquisition de connaissances adaptées aux questions traitées.
  • Un réinvestissement permanent dans le travail des apprentissages acquis.
Le cas échéant, niveaux de maîtrise des compétences :

N/A

Le cas échéant, durée de validité en années :
Si durée limitée, modalités de renouvellement :
Possibilité de validation partielle :

Non

Références juridiques des règlementations d’activité :
Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :

1ère  partie - CDG-Fondamentaux (contrôleur de gestion non ou peu expérimenté)

Pour l’entrée dans ce cursus de formation, ont été mis en place et ont fait leurs preuves deux types de prérequis :

Un document « d’inscription » retraçant les informations suivantes : Le candidat ; La situation professionnelle actuelle ; Le parcours professionnel ; La formation initiale/continue ; Les raisons qui motivent le participant pour intégrer ce cursus en terme de besoins, de motivation et de perspectives professionnelles.

Un niveau de connaissance des fondamentaux de la comptabilité générale et des fonctionnalités de   base d’Excel : Nous entendons par « fondamentaux de la comptabilité générale » la capacité d’expliquer la logique de construction d’un bilan, d’un compte de résultat et de l’enregistrement des évènements simples survenant dans une entreprise.

Cela peut signifier que pour certains participants, une recommandation puisse être posée comme préalable à l’entrée dans le cursus « Fondamentaux CDG » de suivre un module de formation en comptabilité générale.

2ème partie - CDG-Pro (contrôleur de gestion expérimenté)

Pour l’entrée dans cette 2ème partie de formation , ont été mis en place les prérequis suivants :

Pour les participants ayant suivi CDG-Fondamentaux, une validation intermédiaire à partir d’une évaluation de positionnement de fin de 1ère partie de parcours. Le taux de réussite devra atteindre 60% sur chacun des thèmes proposés (fonction contrôle de gestion et processus, préparation budgétaire, comptabilité analytique, tableaux de bord).

Pour les autres participants, le dossier de candidature est composé :

  • D'un document « d’inscription » retraçant les informations suivantes : Le candidat ; La situation professionnelle actuelle ; Le parcours professionnel ; La formation initiale/continue ; Les raisons qui motivent le participant pour intégrer ce cursus en terme de besoins, de motivation et de perspectives professionnelles.
  • D'une validation de niveau à partir d’une évaluation de positionnement équivalente à celle de fin de 1ère partie de parcours. Le taux de réussite devra atteindre au minimum 60% sur chacun des thèmes proposés.


Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non
Date d'échéance de l'enregistrement 31-12-2021
Statistiques :
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Le certificateur n'habilite aucun organisme préparant à la certification

Fiche au format antérieur au 01/01/2019
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet