Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire spécifique

Intervention Civile de Paix (DU)

Active

N° de fiche
RS5246
Code(s) NSF :
  • 320 : Spécialites plurivalentes de la communication et de l'information
Formacode(s) :
  • 15034 : relation interpersonnelle
  • 32038 : gestion situation difficile
  • 32037 : gestion communication crise
Date d’échéance de l’enregistrement : 14-09-2025
Nom légal Nom commercial Site internet
INSTITUT CATHOLIQUE DE PARIS ICP https://www.icp.fr
Objectifs et contexte de la certification :

Dans  des  contextes  internationaux  et  nationaux  tendus,  la  protection  civile  non-armée devient  un  enjeu central dans de nombreuses situations (savoir observer et contrôler des rumeurs, accompagner et défendre des droits, faire de la médiation locale, faire de l’interposition et en connaître les limites, etc.) sont des compétences  de  plus  en  plus demandées.  Elles  restent  pourtant  mal  identifiées  et  peu  enseignées  en France. 


Le diplôme universitaire intervention civile de paix permet de comprendre les principes et méthodes de l’intervention civile, de savoir évaluer les contextes dans lesquels ce type de travail est pertinent, efficace et efficient (ou pas), enfin de pratiquer l’intervention. C’est une formation de spécialisation qui complète un cursus dans les domaines de l’humanitaire, du développement, en géopolitique et dans les études de défense.

 

Ce diplôme s'adresse à des professionnels (chargés de mission humanitaire, logisticiens, chargés de projet de développement, ...) au sein d'ONG actives dans les domaines des Droits humains, de l’humanitaire, du développement, de l’environnement, organisations internationales actives dans ces mêmes domaines (CICR, UNHCR, OIM ) mais aussi à des agents de l’administration publique (services sociaux, hôpitaux, services pénitenciers, armée et police).


  Ces professionnels sont souvent confrontés à des situations d’abus des droits humain dans le cadre ou en marge de leurs fonctions (notamment à l’international mais de façon croissante également sur le territoire national). Ils sont rarement formés aux outils juridiques, analytiques, communicationnels et physiques mobilisables dans ces situations pour protéger des personnes.  


Cette certification doit leur permettre de compléter leur formation avec des compétences nouvelles en matière d’analyse et d’observation des conflits, de gestion de tensions et crise (techniques et procédures de sécurité) mais aussi postures personnelles (écoute active, communication non-violente, empathie, multi-partialité, etc.).

Ainsi formé, un chargé de projet de développement ou de mission humanitaire saura analyser l’impact conflictuel du changement induit par le projet proposé (par exemple la construction d’un puit, d’une route, un développement agricole ou industriel) et la violence humaine qui peut en découler. De même, un médiateur saura mieux anticiper et aborder les questions inter-culturelles, ou encore comprendre l’impact et le fonctionnement des rumeurs ; un travailleur social saura passer un barrage ou check-point (même en France). Cette formation permettra aussi à un agent d’accueil à l’hôpital de travailler ses postures physiques et de connaître ses limites en matière de violence et non-violence.  
   

Compétences attestées :

1) Analyser juridiquement des situations de violation de droits (Droit International Humanitaire (DIH), Droits de l’Homme, Droit des réfugiés, droit local) de façon à déterminer les leviers d’action possibles et les niveaux d’intervention associés pour les présenter aux responsables de programmes afin que des décisions rapides et adaptées puissent être prises et que les violations décroissent ou cessent.


2) Pratiquer l’écoute active et la communication non-violente pour recueillir au jour le jour la parole des partenaires et acteurs locaux (armés et non-armés, institutionnels comme informels) dans l’objectif de cartographier les différents types de violence pour identifier les lieux, les moments et les types de patrouillage préventifs (accompagnement, patrouilles d’observation, circulations en navette) permettant de sécuriser l’espace public.


3) Établir des réseaux de communication multi-niveaux afin de maintenir une présence tierce stable, ouverte et proactive permettant d’ouvrir les espaces de dialogue et de formations aux outils de protection (« protection egg », confidentialité de l’information, etc.) et d’activer des réseaux d’alerte si nécessaire.


4) Sur demande, effectuer rapidement, efficacement (parfois en confidentialité) des médiations locales (navettes ou discussions) pour rétablir la communication entre acteurs locaux de conflit, afin de croiser et vérifier les informations dans l’objectif d’éviter la diffusion de rumeurs et, ainsi, de limiter les escalades de représailles, notamment lors de crises.


5) Rapporter les faits de façon concise et communiquer en respectant les règles organisationnelles (formats, deadlines, codes radio) et notamment celles de la confidentialité de façon à établir un suivi de zone documenté, utile et nécessaire pour les actions d’analyse et de plaidoyer de l’organisation d’envoi.


6) Comprendre et gérer le stress pour éviter les burn-out dans les équipes ou les repérer rapidement et évacuer, ceci afin de stabiliser les équipes, d’assurer la pérennité du suivi des actions, d’éviter le turnover, enfin de baisser les coûts de la mission.


7) Respecter et faire respecter les procédures de sécurité pour se protéger, protéger ses collègues et partenaires, afin d’éviter les accidents de sécurité sources de coûts importants et de perte de légitimité et de la mission.


Modalités d'évaluation :

 1/ Courte simulation en mode ‘Fish bowl’ et évaluation personnelle dans le cadre d'un exercice collectif.       Un   scénario est joué devant un cercle d’étudiants. Ces derniers observent la   scène et les étudiants qui interviennent en sachant que les facilitateurs   peuvent leur demander d’intervenir à tout moment. Les facilitateurs observent   les intervenants mais aussi les observateurs. Une séance de débriefing   collectif permet de relire les interventions et de partager les observations.   Un débriefing personnel peut également être nécessaire si des éléments   sensibles de la personnalité des participants ont émergé.        

 

2/ Cas d’étude de violation des droits humains   Évaluation individuelle, écrite  

Le cas échéant, niveaux de maîtrise des compétences :


Le cas échéant, durée de validité en années :
Si durée limitée, modalités de renouvellement :


Possibilité de validation partielle :

Non

Références juridiques des règlementations d’activité :
Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :




Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

 Le jury est composé de 3 personnes : le responsable de la formation et deux professionnels représentants les partenaires de la formation

Après un parcours de formation continue X

 Le jury est composé du responsable de la formation et de professionnels  Le jury est composé de 3 personnes : le responsable de la formation et deux professionnels représentants les partenaires de la formation 

En contrat de professionnalisation X -
Par candidature individuelle X

  Le jury est composé de 3 personnes : le responsable de la formation et deux professionnels représentants les partenaires de la formation 

Par expérience X

  Le jury est composé de 3 personnes : le responsable de la formation et deux professionnels représentants les partenaires de la formation 

Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO

Référence autres (passerelles...) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
Date du premier Journal Officiel ou Bulletin Officiel :
Statistiques :
Année d'obtention de la certification Nombre de certifiés Nombre de certifiés par reconnaissance de l'expérience professionnelle
2019 37 0
Lien internet vers le descriptif de la certification :

https://www.icp.fr/formations/formation-continue-apprentissage/nos-diplomes-et-certificats-en-temps-amenage/diplome-universitaire-intervention-civile-de-paix


Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet