Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire spécifique

Gestion d'un patrimoine d'ouvrages d'art

Active

N° de fiche
RS5617
Code(s) NSF :
  • 231 : Mines et carrières, génie civil, topographie
  • 115 : Physique
  • 231n : Etudes, projets et dessins en génie civil et topographie
Formacode(s) :
  • 22024 : génie civil
  • 22005 : ouvrage béton
  • 22016 : pont
  • 22225 : résistance ouvrage
Date d’échéance de l’enregistrement : 24-11-2024
Nom légal SIRET Nom commercial Site internet
CENTRE D'ETUDES ET D'EXPERTISE SUR LES RISQUES L'ENVIRONNEMENT LA MOBILITE ET L'AMENAGEMENT 13001831000016 Cerema https://cerema.fr
Objectifs et contexte de la certification :

L’effondrement du pont Morandi à Gênes en Août 2018 est venu rappeler de manière dramatique que tout patrimoine vieillit et que cela peut entrainer, lorsqu’il est mal entretenu, des conséquences humaines et économiques désastreuses. Le Sénat s’est saisi de cette question et a organisé une mission d'information sur la sécurité des ponts qui a présenté en juin 2019 son rapport sur la surveillance et l’entretien des ponts gérés par l’État et par les collectivités territoriales. Celui-ci pointe les menaces qui pèsent sur le patrimoine français d’ouvrages d’art et met particulièrement en lumière le manque de capacités techniques et budgétaires de certaines collectivités pour assurer l’entretien de leurs ouvrages. Dans un contexte budgétaire contraint, les collectivités doivent garantir la sûreté de leur patrimoine ouvrages d’art vieillissant. Comment faire face aux défis d’un domaine technique complexe tout en maîtrisant l’équilibre de la répartition des responsabilités et des charges entre gestionnaires et propriétaires des infrastructures ? Cette formation peut constituer un des éléments de réponse à cette question.

Le Plan de relance du 3 septembre 2020 va acter un montant de 60 M€ sur 2 ans pour accélérer le travail de diagnostic et amorcer les travaux concernant les ouvrages des communes ayant le plus besoin de la solidarité de l’Etat ; c’est pourquoi ce volet est pointé au titre de la cohésion des territoires. Le Cerema a vocation, en complément de l’ANCT pour la partie travaux, à intervenir pour réaliser le diagnostic des ouvrages, soit environ 40 000 ouvrages d’art sur deux ans (environ 35 000 ponts et 6000 murs) , bien souvent dans des petites collectivités .

La formation proposée qui organise un transfert de compétences vers les collectivités pour assurer un meilleur entretien des ouvrages et une gestion patrimoniale renforcée s’inscrit donc dans un contexte et une actualité qui invite à déployer une vision d’ensemblier. Ainsi, le Cerema doit, en sa qualité d’établissement public de référence, non seulement porter les diagnostics (sous assistance à maîtrise d’ouvrage technique) mais penser l’après en organisant la montée en compétences des acteurs publics et privés pour la partie patrimoniale. La certification de compétences relève de cette stratégie globale nationale pour répondre à cet enjeu majeur d’entretien des ouvrages.

Compétences attestées :

1. Définir et mettre en oeuvre ou améliorer la politique de gestion globale d’un patrimoine d’ouvrages d’art au sein des collectivités locales, afin de déterminer et d’optimiser les actions de surveillance et de maintenance qui en découlent, en s’appuyant sur les différentes méthodes de gestion et d’évaluation ;

2. Piloter un diagnostic et conduire un projet d’entretien ou de réparation d’ouvrage d’art, afin d’assurer la sécurité de l’ouvrage et d’en pérenniser son usage, en acquérant les connaissances sur la pathologie et les différentes techniques d’auscultation, de diagnostic, d’évaluation structurale et de réparation ;

3. Concevoir, dimensionner et calculer un ouvrage d’art courant, afin de réaliser ou contrôler des projets d’ouvrages neufs ou de reconstruction, ou de recalculer des ouvrages existants, en maîtrisant les différents types d’ouvrages et les bases de la résistance des matériaux, du fonctionnement des structures courantes, du calcul du béton armé, du béton précontraint, des ouvrages métalliques, des fondations et des Eurocodes.

Modalités d'évaluation :

Les modalités d’évaluation consistent en :

- des tests écrits d’évaluation réalisés en séance en fin de modules (d’une durée de 2h) ;

- des épreuves finales écrites, réalisées en dehors du temps des modules ;

- une soutenance orale d’un projet devant un jury.

Le cas échéant, niveaux de maîtrise des compétences :


Le cas échéant, durée de validité en années :
Si durée limitée, modalités de renouvellement :


Possibilité de validation partielle :

Non

Références juridiques des règlementations d’activité :
Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :

Niveau de formation initiale 5 minimum dans domaine du génie civil  et ou justifier d'une activité de 4 ans minimum en ouvrages d'art ( gestion ou maîtrise d'oeuvre au moment du dépôt de la candidature) 



Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X -
Après un parcours de formation continue X -
En contrat de professionnalisation X -
Par candidature individuelle X

2 experts ou spécialistes du Cerema + 1 repésentant de collectivités + 1 Président du jury 

Par expérience X

 2 experts ou spécialistes du Cerema + 1 représentant de collectivités + 1 Président du jury  

Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non
Date de décision 24-11-2021
Durée de l'enregistrement en années 3
Date d'échéance de l'enregistrement 24-11-2024
Statistiques :
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Le certificateur n'habilite aucun organisme préparant à la certification

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet