Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

BTSA - Productions animales

Active

N° de fiche
RNCP15612
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 5
Code(s) NSF :
  • 212 : Productions animales, élevage spécialisé, aquaculture, soins aux animaux (y.c. vétérinaire)
Formacode(s) :
  • 21056 : élevage
Date d’échéance de l’enregistrement : 01-01-2024
Nom légal Nom commercial Site internet
Ministère chargé de l'agriculture - http://www.agriculture.gouv.fr
Activités visées :

Le cœur de métier du titulaire de ce diplôme s’organise autour d’une pratique affirmée dans le domaine des productions animales. Par l’expérience ou des formations complémentaires, cette pratique opérationnelle est susceptible de pouvoir adapter les systèmes de productions à l’élevage de l’ensemble des espèces animales exploitées de l’homme.

Le niveau de compétence technique permet de s’adapter et de maîtriser les différents éléments intervenant dans les processus de production et de décision en élevage. L’objectif central des activités est d’accompagner la recherche de valeur ajoutée économique, sociale et environnementale.

Ce cœur de métier s’exprime dans l’action de terrain par trois principaux types d’emplois et de comportements professionnels :

-                      d’éleveur ou d’éleveuse ayant en charge de piloter les processus d’élevage d’animaux, de valoriser leurs productions, leurs produits, leurs co-produits, de gérer leurs sous-produits, leurs déchets et effluents ;

-                      de conseiller ou de conseillère en élevage ayant à rechercher ou à produire des références, à les analyser et à les mettre à disposition d’éleveurs, de propriétaires d’animaux, ou d’acteurs d’organismes professionnels, de structures concernées par l’élevage et les produits d’origine animale ou destinés aux animaux ;

-                      d’agent de développement ayant à appréhender une filière de production animale, un territoire ou un marché pour accompagner des projets individuels ou collectifs. Cette posture implique une capacité à appréhender les processus du développement territorial.

Ces trois types d’emplois sont occupés en développant des compétences professionnelles qui reposent sur de solides connaissances scientifiques et techniques : zootechnie générale et comparée, conduite de productions, agronomie et productions fourragères, économie et gestion,  droit et réglementation, pour la maîtrise technico-économique des productions, de qualité des produits et des relations à l’environnement.

Les titulaires de ce diplôme sont concernés par la diversité des situations et la gestion de changements et d’innovation. Ils le sont en faisant, par exemple, le choix de s’installer comme éleveur, le choix de devenir conseiller en élevage ou agent de développement. Ils le sont aussi lors de l’apparition de techniques ou de dynamiques nouvelles de développement ou par des sollicitations d’éleveurs diversifiant leur activité.

L’éthique  de l’éleveur , ou de l’intervenant en élevage, s’organise autour du respect des animaux, d’une gestion durable des ressources et de l’environnement, de la gestion des relations entretenues entre les acteurs de l’élevage et les consommateurs et utilisateurs des produits ou services issus de l’élevage.
Compétences attestées :

Capacités générales 

C1. S’exprimer, communiquer et comprendre le monde

C2. Communiquer dans une langue étrangère

C3. Optimiser sa motricité, gérer sa santé et se sociabiliser

C4. Mettre en œuvre un modèle mathématique et une solution informatique adaptés au traitement de données

 

Capacités professionnelles

C5. Agir individuellement et collectivement à partir d’une analyse de la filière et de son évolution

C6. Proposer les caractéristiques d’un système d’élevage au sein d’un territoire dans une perspective de durabilité

C7. Participer au pilotage de l’exploitation d’élevage

C8. Déterminer des orientations à partir de l’analyse d’un contexte global

C9. Conduire un processus d’élevage dans le respect de la réglementation relative à la santé, à la sécurité, au bien-être animal et à la protection de l’environnement

C10. Mobiliser les acquis attendus du technicien supérieur en productions animales pour faire face à une situation professionnelle

Modalités d'évaluation :
Secteurs d’activités :

Les emplois dans le secteur de l’élevage et des productions animales se répartissent globalement en quatre types ou grandes catégories :

 des emplois de techniciens et techniciennes très spécialisés dans les secteurs de l’alimentation et des industries des aliments pour animaux, de l’amélioration génétique, de la reproduction, du suivi « qualité », de la valorisation des produits, de la commercialisation des produits animaux ou des intrants pour l’élevage, de la maîtrise des ressources ou de l’impact des élevages, de la recherche – développement…

des emplois de techniciens et techniciennes généralistes dont le champ professionnel repose sur la conduite d’ateliers de productions ou d’élevages spécialisés, de systèmes d’élevage diversifiés et de conduite d’entreprises d’élevage. Ces emplois recouvrent généralement les métiers du développement (territorial ou/et au sein de filières) et du conseil en élevage (production de références, animation de groupes…).

des emplois d’éleveurs ou d’éleveuses, sous statut de salarié ou de plus en plus souvent installés en nom propre (ou associé en société), il s’agit de producteurs d’animaux, de produits animaux ou de services.

des emplois de techniciens et techniciennes dans les secteurs de « l’encadrement de l’agriculture » en organismes professionnels agricoles et dans des chambres consulaires, les administrations d’Etat et territoriales. Ces emplois reposent sur des contributions à la conception de projets et à leur mise en œuvre. Ils recouvrent également le champ de l’enseignement technique agricole, de la recherche-développement et de l’expérimentation, de la démonstration ou de la vulgarisation de techniques.

Aux différents types d’emplois répertoriés ci-dessus il faudrait ajouter quelques possibilités d’emploi très technique (réglementation, sécurité…) en collectivités territoriales, dans les domaines de la recherche et de l’expérimentation ou dans l’industrie de l’aliment du bétail (gestion de formules alimentaires, animation d’équipes industrielles…), ou encore de nombreux emplois du commerce d’animaux ou de produits « inertes » à destination des animaux d’élevage ou de compagnie.

Type d'emplois accessibles :

Eleveur, conseiller en élevage, agent de développement

Code(s) ROME :
  • A1407 - Élevage bovin ou équin
  • A1409 - Élevage de lapins et volailles
  • A1410 - Élevage ovin ou caprin
  • A1411 - Élevage porcin
  • A1301 - Conseil et assistance technique en agriculture
Références juridiques des règlementations d’activité :
Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :


Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

Le jury, présidé par un ingénieur général du conseil général de l’alimentation de l’agriculture et des espaces ruraux, est composé, pour deux tiers au moins, d'enseignants d'établissements agricoles publics ou privés, justifiant sans dérogation possible des titres ou diplômes requis pour enseigner dans une section préparatoire au brevet de technicien supérieur agricole, et, pour un tiers au maximum, d'employeurs et de salariés des professions concernées et de personnalités compétentes, dont au moins un membre de l'enseignement supérieur.

En contrat d’apprentissage X

Idem

Après un parcours de formation continue X

Idem

En contrat de professionnalisation X

Idem

Par candidature individuelle X

Idem

Par expérience X

Sa composition doit être conforme à la fois à la règlementation du BTSA et au décret d'application de la VAE (n° 2002-615 du 26 aout 2002) : 2/3 d'enseignants ou formateurs, choisis tant parmi les enseignants de la voie scolaire que parmi ceux de la formation professionnelle continue et de l'apprentissage ; 1/3 de représentants qualifiés des professions concernées, pour moitié employeurs et pour moitié salariés occupant un emploi visé par le diplôme.

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

 

 Code rural et de la pêche maritime ; art. D811-139

 

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Arrêté du 3 juin 2010 portant création et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur agricole option "productions animales"

Référence autres (passerelles...) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Décret n° 2002-615 du 26 avril 2002  pris pour application de l’article 900-1 du code du travail et des articles L.335-5 et L.335.6 du code de l’éducation relatif à la validation des acquis de l'expérience pour la délivrance d'une certification professionnelle.

Date du premier Journal Officiel ou Bulletin Officiel :
Statistiques :
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Certifications antérieures :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP358 RNCP358 - BTSA - option Productions animales
Fiche au format antérieur au 01/01/2019
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet