Aller à la navigation principale Aller au contenu Aller à la navigation de bas de page
Répertoire national des certifications professionnelles

Technicien audiovisuel multitechnique

Active

N° de fiche
RNCP36616
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 6
Code(s) NSF :
  • 323 : Techniques de l'image et du son, métiers connexes du spectacle
Date d’échéance de l’enregistrement : 01-07-2025
Nom légal SIRET Nom commercial Site internet
PARIS EICAR CAMPUS 40278987900051 EICAR https://www.eicar.fr
Objectifs et contexte de la certification :

Le technicien audiovisuel multitechnique est amené à réaliser des films de commande à des fins informatives, pédagogiques ou commerciales pour des clients variés - entreprise, média traditionnels ou nouveaux médias, institution publique ou privée, artiste - pour en assurer la promotion, la communication interne ou externe. A ce titre, il est caractérisé par sa polyvalence organisationnelle, méthodologique et technique et possède un périmètre d’activités variable pouvant couvrir tout ou partie de la chaîne de production depuis la préparation du projet jusqu’à la livraison du produit audiovisuel fini dans les formats médias nécessaires.

Activités visées :

Réaliser la phase de préproduction d’un projet audiovisuel 

Assurer le tournage d’un projet audiovisuel 

Réaliser la postproduction d’un projet audiovisuel 

Compétences attestées :

À partir du scénario, traitement ou conducteur d’un projet audiovisuel et du budget prévisionnel, négociés avec un commanditaire en vue de la production d’un film, identifier les personnels techniques à mobiliser pour assurer la préparation, le tournage et la postproduction du projet.  

Évaluer et faciliter l’accessibilité des postes aux personnes en situation de handicap en fonction des contraintes matérielles, techniques et logistiques de chaque poste pour répondre aux enjeux sociétaux et réglementaires portés par la mission handicap de la production audiovisuelle. 

En fonction des paramètres techniques et artistiques du projet, déterminer les matériels techniques à réserver ou à louer pour réaliser le tournage et la postproduction du film.  

Conformément au scénario, au conducteur ou au traitement écrit en phase de développement, identifier les archives média à intégrer au projet pour s’assurer de leur possibilité d’exploitation et de l’adéquation de leurs formats techniques - ou du besoin de les adapter - avec les contraintes de montage et de diffusion du projet.  

À partir des caractéristiques des lieux de tournage mentionnés dans le scénario, le traitement ou le conducteur et des attentes du réalisateur et/ou du producteur, utiliser son réseau personnel et professionnel et effectuer des recherches sur internet pour identifier des lieux de tournage potentiels. 

Vérifier l’adéquation des lieux identifiés aux contraintes humaines, techniques, logistiques, artistiques et budgétaires et aux échéances de livraison du projet pour garantir le bon déroulement du tournage.  

Faire valider les choix des lieux de tournage au producteur et/ou au réalisateur pour permettre à la production de solliciter les autorisations de tournage adéquates et de réserver les lieux retenus lorsque cela est nécessaire.  

À partir du scénario, du traitement ou du conducteur, définir les profils d’acteurs ou protagonistes correspondants pour lancer la recherche de personnes adéquates. 

Utiliser son réseau professionnel et les plateformes et banques de données de comédiens pour approcher les personnes conformes aux profils définis. 

Concevoir ou s’approprier des fiches de casting, en définissant les critères d’évaluation, pour formaliser les avis sur les personnes rencontrées afin de pouvoir choisir à l’issue du casting les futurs acteurs ou protagonistes du film. 

Sélectionner les acteurs ou protagonistes en lien avec le producteur et/ou le réalisateur. 

Traduire le scénario, le traitement ou le conducteur en séquences répertoriées dans un séquencier pour catégoriser les spécificités et besoins propres à chaque séquences à l’issue de son dépouillement.  

Procéder au découpage technique du film pour déterminer les plans à tourner et les attendus artistiques de chaque plan. 

Organiser la planification du tournage des plans, sous forme de plan de travail, en fonction des contraintes artistiques, logistiques, humaines et techniques pour optimiser les délais et les coûts. 

Prendre en compte les coûts réels et les variations par rapport au budget prévisionnel pour actualiser le budget dans les limites initialement prévues.  

Contractualiser la mobilisation des ressources techniques, matérielles, logistiques et humaines négociées et validées par le directeur de production pour garantir leur disponibilité au moment voulu, en respectant les contraintes légales et réglementaires. 

Recenser, au moyen de tableau(x) de bord, les obligations administratives et réglementaires (dont la déclaration unique d’embauche et la visite médicale annuelle) et les échéances correspondantes pour permettre à sa hiérarchie d’effectuer les démarches nécessaires à assurer la couverture sociale et l’assurance de l’ensemble des personnels. 

Transmettre aux compagnies d’assurance les demandes de chiffrage des polices d’assurance pour couvrir le tournage et la postproduction, en transmettant les informations nécessaires – budget de la production, nombre de jours de tournage, lieux, effectifs, identification des personnels connus (réalisateur, chefs de poste, comédiens) – afin de permettre au directeur de production d’assurer l’intégralité du projet (personnes et matériels) dès le premier jour de tournage, dans les situations prévues et en cas d’aléa.  

Centraliser, avec méthode et rigueur, l’ensemble des documents administratifs, autorisations, contrats et justificatifs démontrant le respect de la réglementation du droit d’auteur, du droit du travail, des conventions collectives applicables et de la réglementation audiovisuelle au sens large, pour permettre au producteur de répondre à toute situation de contrôle ou de litige.  

Mobiliser ses connaissances techniques pour vérifier le bon fonctionnement et l’inter-opérationnalité des matériels afin de garantir leur possibilité d’utilisation et prévenir les surcoûts de facturation à la restitution. 

Interagir avec les divers intervenants sur plateau et en régie, en donnant des consignes claires et en effectuant avec réactivité les choix techniques et artistiques correspondant à son périmètre d’action et de responsabilité, pour assurer la fluidité organisationnelle et opérationnelle du tournage. 

Adapter le plan de travail du jour en fonctions des aléas et des conditions réelles de tournage pour assurer le respect des délais sans impacter le budget de la production. 

Appliquer et faire appliquer les règles de sécurité et d’utilisation des matériels pour prévenir tout risque d’accident ou de dégradation en prenant en compte les éventuelles spécificités liées à la présence, sur le plateau, de personnes en situation de handicap ou de personnes fragiles (notamment du fait de leur âge ou de leur condition physique).  

Mobiliser ses compétences et connaissances techniques pour exploiter et coordonner les matériels techniques mobilisés (caméras, lumière, micros, enregistreurs, consoles techniques, installations électriques etc.). 

Réaliser la sauvegardes des rushs images et sons pour obtenir, en volume et en qualité, le matériau image et son nécessaire pour le montage. 

À partir des éléments anticipés en préproduction et des ajouts au fil du tournage, vérifier, actualiser et compléter les documents administratifs, réglementaires et contractuels pour garantir la légalité et la conformité des activités de tournage.  

Encoder les rushs livrés au fur et à mesure du tournage pour en assurer la compatibilité avec les outils logiciels prévus pour le montage. 

Évaluer la qualité des rushs et leur pertinence au regard du scénario et des attentes techniques et artistiques du réalisateur et/ou du producteur pour sélectionner les rushs à utiliser au montage. 

En exploitant les logiciels adaptés et en respectant le scénario, le traitement ou le conducteur, découper les rushs en plans et les combiner en assurant une continuité esthétique et narrative pour présenter, au réalisateur et/ou au producteur, une première version du montage image. 

Prendre en compte les critiques et suggestions du réalisateur et/ou du producteur pour faire évoluer le montage image jusqu’à parvenir à une version satisfaisante. 

Évaluer la qualité des pistes sons pour identifier les prises de son à intégrer au montage et définir les prises de son à refaire, à retravailler ou à ajouter. 

Réaliser ou faire réaliser les prises de sons nécessaires – (ré)enregistrement de parts de dialogues, voix off, bruitages) - pour pallier les défaillances ou les manques.  

Épurer les pistes sons retenues des sons parasites pour optimiser la qualité sonore du montage. 

Synchroniser le son à l’image des pistes son sélectionnées en s’appuyant sur le montage image validé par la production et/ou le réalisateur. 

Ajuster et équilibrer les niveaux des diverses pistes son les unes par rapport aux autres pour assurer un son harmonieux. 

Individualiser les pistes son aux formats nécessaires pour permettre les opérations de mixage au montage final. 

Utiliser les logiciels adaptés pour créer et intégrer au montage les éléments d’habillage (logos, bannières, cartouches etc.) et le(s) générique(s) pour finaliser le produit audiovisuel. 

Travailler la qualité des images en termes de colorimétrie, de luminosité et de contraste au moyen des logiciels d’usage, pour finaliser l’esthétique du film. 

Procéder aux travaux d’optimisation de la bande son en épurant le montage son, réglant l’intensité des pistes et en retravaillant les transitions au moyen des logiciels adaptés pour finaliser le mixage son et livrer une bande son homogène et qualitative. 

Encoder la bande son du film en s’appuyant sur les exigences propres aux modes et supports de diffusion pour en assurer l’exploitabilité. 

Combiner les produits de l’étalonnage et du mixage pour finaliser le produit en version(s) prête(s) à diffuser pour le(s) support(s) de diffusion prévu(s).
 

Modalités d'évaluation :

Les 3 épreuves, chacune validant distinctement un bloc de compétences, réunissent la présentation de dossiers tels qu’attendus dans la profession sur un ou des projets audiovisuels auxquels les candidats ont participé, dans le cadre d’une activité professionnelle ou en formation :

- dossier de préproduction couvrant les aspects artistiques, techniques, organisationnels, logistiques et financiers (présenté devant un jury constitué de professionnels spécialistes de la phase de la chaîne de production concernée) ;

- rapport de tournage de projet (présenté devant un jury constitué de professionnels spécialistes de la phase de la chaîne de production concernée) ;

- retour d’expérience de postproduction incluant rapport de postproduction et versions intermédiaires et définitive du montage jusqu’au produit audiovisuel finalisé.  

Ces épreuves ont pour but de démontrer l’opérationnalité du candidat au poste de technicien audiovisuel multitechnique sur chacune des trois phases de fabrication d’un film, quels qu’en soient les format et finalité, de la préparation à la postproduction.   

N° et intitulé du bloc Liste de compétences Modalités d'évaluation
RNCP36616BC01

Réaliser la phase de préproduction d’un projet audiovisuel

À partir du scénario, traitement ou conducteur d’un projet audiovisuel et du budget prévisionnel, négociés avec un commanditaire en vue de la production d’un film, identifier les personnels techniques à mobiliser pour assurer la préparation, le tournage et la postproduction du projet.  

Évaluer et faciliter l’accessibilité des postes aux personnes en situation de handicap en fonction des contraintes matérielles, techniques et logistiques de chaque poste pour répondre aux enjeux sociétaux et réglementaires portés par la mission handicap de la production audiovisuelle. 

En fonction des paramètres techniques et artistiques du projet, déterminer les matériels techniques à réserver ou à louer pour réaliser le tournage et la postproduction du film.

Conformément au scénario, au conducteur ou au traitement écrit en phase de développement, identifier les archives média à intégrer au projet pour s’assurer de leur possibilité d’exploitation et de l’adéquation de leurs formats techniques - ou du besoin de les adapter - avec les contraintes de montage et de diffusion du projet.  

À partir des caractéristiques des lieux de tournage mentionnés dans le scénario, le traitement ou le conducteur et des attentes du réalisateur et/ou du producteur, utiliser son réseau personnel et professionnel et effectuer des recherches sur internet pour identifier des lieux de tournage potentiels .  

Vérifier l’adéquation des lieux identifiés aux contraintes humaines, techniques, logistiques, artistiques et budgétaires et aux échéances de livraison du projet pour garantir le bon déroulement du tournage.  

Faire valider les choix des lieux de tournage au producteur et/ou au réalisateur pour permettre à la production de solliciter les autorisations de tournage adéquates et de réserver les lieux retenus lorsque cela est nécessaire.

À partir du scénario, du traitement ou du conducteur, définir les profils d’acteurs ou protagonistes correspondants pour lancer la recherche de personnes adéquates. 

Utiliser son réseau professionnel et les plateformes et banques de données de comédiens pour approcher les personnes conformes aux profils définis. 

Concevoir ou s’approprier des fiches de casting, en définissant les critères d’évaluation, pour formaliser les avis sur les personnes rencontrées afin de pouvoir choisir à l’issue du casting les futurs acteurs ou protagonistes du film. 

Sélectionner les acteurs ou protagonistes en lien avec le producteur et/ou le réalisateur. 

Traduire le scénario, le traitement ou le conducteur en séquences répertoriées dans un séquencier pour catégoriser les spécificités et besoins propres à chaque séquences à l’issue de son dépouillement.  

Procéder au découpage technique du film pour déterminer les plans à tourner et les attendus artistiques de chaque plan. 

Organiser la planification du tournage des plans, sous forme de plan de travail, en fonction des contraintes artistiques, logistiques, humaines et techniques pour optimiser les délais et les coûts. 

Prendre en compte les coûts réels et les variations par rapport au budget prévisionnel pour actualiser le budget dans les limites initialement prévues.  

Contractualiser la mobilisation des ressources techniques, matérielles, logistiques et humaines négociées et validées par le directeur de production pour garantir leur disponibilité au moment voulu, en respectant les contraintes légales et réglementaires. 

Recenser, au moyen de tableau(x) de bord, les obligations administratives et réglementaires (dont la déclaration unique d’embauche et la visite médicale annuelle) et les échéances correspondantes pour permettre à sa hiérarchie d’effectuer les démarches nécessaires à assurer la couverture sociale et l’assurance de l’ensemble des personnels. 

Transmettre aux compagnies d’assurance les demandes de chiffrage des polices d’assurance pour couvrir le tournage et la postproduction, en transmettant les informations nécessaires – budget de la production, nombre de jours de tournage, lieux, effectifs, identification des personnels connus (réalisateur, chefs de poste, comédiens) – afin de permettre au directeur de production d’assurer l’intégralité du projet (personnes et matériels) dès le premier jour de tournage, dans les situations prévues et en cas d’aléa.  

Centraliser, avec méthode et rigueur, l’ensemble des documents administratifs, autorisations, contrats et justificatifs démontrant le respect de la réglementation du droit d’auteur, du droit du travail, des conventions collectives applicables et de la réglementation audiovisuelle au sens large, pour permettre au producteur de répondre à toute situation de contrôle ou de litige.

Mise en situation professionnelle simulée 

Livrable : dossier de préproduction d’un projet en développement :  

Ressources fournies : dossier de présentation d’un projet en développement : cahier des charges, pitch, synopsis, scénario/traitement ou conducteur, note d’intention de réalisation et budget prévisionnel. 

Épreuve : soutenance orale n°1 de 20 minutes devant un jury professionnel de l’assistanat-réalisation et la production.  

RNCP36616BC02

Assurer le tournage d’un projet audiovisuel

Mobiliser ses connaissances techniques pour vérifier le bon fonctionnement et l’inter-opérationnalité des matériels afin de garantir leur possibilité d’utilisation et prévenir les surcoûts de facturation à la restitution. 

Interagir avec les divers intervenants sur plateau et en régie, en donnant des consignes claires et en effectuant avec réactivité les choix techniques et artistiques correspondant à son périmètre d’action et de responsabilité, pour assurer la fluidité organisationnelle et opérationnelle du tournage. 

Adopter le plan de travail du jour en fonctions des aléas et des conditions réelles de tournage pour assurer le respect des délais sans impacter le budget de la production. 

Appliquer et faire appliquer les règles de sécurité et d’utilisation des matériels pour prévenir tout risque d’accident ou de dégradation en prenant en compte les éventuelles spécificités liées à la présence, sur le plateau, de personnes en situation de handicap ou de personnes fragiles (notamment du fait de leur âge ou de leur condition physique).  

Mobiliser ses compétences et connaissances techniques pour exploiter et coordonner les matériels techniques mobilisés (caméras, lumière, micros, enregistreurs, consoles techniques, installations électriques etc.). 

Réaliser la sauvegardes des rushs images et sons pour obtenir, en volume et en qualité, le matériau image et son nécessaire pour le montage. 

À partir des éléments anticipés en préproduction et des ajouts au fil du tournage, vérifier, actualiser et compléter les documents administratifs, réglementaires et contractuels pour garantir la légalité et la conformité des activités de tournage.   

Retour d’expérience de tournage - évaluation individuelle  

Livrable : rapport de tournage de projet.  

Épreuve : soutenance orale n°2 de 30 minutes devant un jury professionnel de l’assistanat-réalisation et de la réalisation technique.  

RNCP36616BC03

Réaliser la postproduction d’un projet audiovisuel

Encoder les rushs livrés au fur et à mesure du tournage pour en assurer la compatibilité avec les outils logiciels prévus pour le montage. 

Évaluer la qualité des rushs et leur pertinence au regard du scénario et des attentes techniques et artistiques du réalisateur et/ou du producteur pour sélectionner les rushs à utiliser au montage. 

En exploitant les logiciels adaptés et en respectant le scénario, le traitement ou le conducteur, découper les rushs en plans et les combiner en assurant une continuité esthétique et narrative pour présenter, au réalisateur et/ou au producteur, une première version du montage image. 

Prendre en compte les critiques et suggestions du réalisateur et/ou du producteur pour faire évoluer le montage image jusqu’à parvenir à une version satisfaisante. 

Évaluer la qualité des pistes sons pour identifier les prises de son à intégrer au montage et définir les prises de son à refaire, à retravailler ou à ajouter. 

Réaliser ou faire réaliser les prises de sons nécessaires – (ré)enregistrement de parts de dialogues, voix off, bruitages) - pour pallier les défaillances ou les manques.  

Épurer les pistes sons retenues des sons parasites pour optimiser la qualité sonore du montage. 

Synchroniser le son à l’image des pistes son sélectionnées en s’appuyant sur le montage image validé par la production et/ou le réalisateur. 

Ajuster et équilibrer les niveaux des diverses pistes son les unes par rapport aux autres pour assurer un son harmonieux. 

Individualiser les pistes son aux formats nécessaires pour permettre les opérations de mixage au montage final. 

Utiliser les logiciels adaptés pour créer et intégrer au montage les éléments d’habillage (logos, bannières, cartouches etc.) et le(s) générique(s) pour finaliser le produit audiovisuel. 

Travailler la qualité des images en termes de colorimétrie, de luminosité et de contraste au moyen des logiciels d’usage, pour finaliser l’esthétique du film. 

Procéder aux travaux d’optimisation de la bande son en épurant le montage son, réglant l’intensité des pistes et en retravaillant les transitions au moyen des logiciels adaptés pour finaliser le mixage son et livrer une bande son homogène et qualitative. 

Encoder la bande son du film en s’appuyant sur les exigences propres aux modes et supports de diffusion pour en assurer l’exploitabilité. 

Combiner les produits de l’étalonnage et du mixage pour finaliser le produit en version(s) prête(s) à diffuser pour le(s) support(s) de diffusion prévu(s).  

Retour d’expérience de postproduction - évaluation individuelle 

Livrable : rapport de postproduction, versions intermédiaires du montage image, versions définitives de chacune des phases de postproduction et produit audiovisuel finalisé. 

Note d’intention de réalisation fournie par le candidat. 

Épreuve : évaluation des livrables par un jury professionnel du montage et de la postproduction, note d’intention de réalisation à l’appui.  

Description des modalités d'acquisition de la certification par capitalisation des blocs de compétences et/ou par équivalence :

La certification s’acquiert en totalité par la validation simultanée des trois blocs de compétences à l’issue d’un parcours de formation assorti d’une expérience en entreprise significative ou à l’issue d’une démarche VAE, par capitalisation des attestations sanctionnant la validation de chacun des trois blocs, sans réserve de durée sauf à ce que les compétences attestées ne soient plus en cohérence avec les blocs de compétences de la certification active.  

Secteurs d’activités :

  En contrat de prestation ou sous contrat de travail, le technicien audiovisuel multitechnique évolue :   

- essentiellement dans le secteur audiovisuel, au sein de chaînes de télévision (généralistes ou thématiques, nationales ou régionales) ; sociétés de production de films institutionnels ; sociétés de production de fictions et documentaires pour le cinéma ou la télévision ;

- hors secteur audiovisuel, au sein d’agences de publicité et de communication ; de services communication d’entreprises.

Dans tous les cas, du fait de sa polyvalence, il intéresse des structures dont le flux de production de programmes audiovisuels autorise soit le recrutement de collaborateurs permanents soit la composition d’équipes flexibles, au gré des projets, constituées de professionnels indépendants, intermittents du spectacle, freelance ou en CDD d’usage (CDD permettant au secteur de recruter des ‘’extras’’.) Dans le secteur audiovisuel, hormis les chaines de télévision, les entreprises du secteur s’avèrent majoritairement de petite ou très petite taille.

Type d'emplois accessibles :

Selon les structures qui l’emploient et l’ampleur des projets qui lui sont confiés, le technicien audiovisuel multitechnique est identifié sous les libellés de fonction suivants : 

- en émissions de télévision : assistant ; chargé/responsable/directeur de production ; technicien/chef/responsable technique plateau ; ingénieur vision, assistant/technicien son ; cadreur/chef cadreur ; cadreur-monteur ; chargé/responsable de postproduction ;

- en films institutionnels : réalisateur ; assistant de production ; cadreur/chef cadreur ; monteur ; cadreur-monteur ; technicien audiovisuel/son/lumière ;

- en production de films et documentaires (télévision, web ou cinéma) : cadreur/chef cadreur ; assistant monteur/monteur ; cadreur-monteur ; mixeur/ingénieur du son ; assistant réalisateur/réalisateur/reporter d’images ; assistant/chargé/responsable/directeur de production, assistant/chargé/responsable/directeur de postproduction.

Code(s) ROME :
  • L1302 - Production et administration spectacle, cinéma et audiovisuel
  • L1505 - Image cinématographique et télévisuelle
  • L1304 - Réalisation cinématographique et audiovisuelle
Références juridiques des règlementations d’activité :

Sans objet.

Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :
  •  Titulaires d’une qualification de niveau 5 (diplôme d’État, certification professionnelle, diplôme d’école), spécialisés dans les métiers de l’audiovisuel,  

ou 

  • Titulaires d’une qualification de niveau 4 (baccalauréat, certification professionnelle) et dotés d’une expérience professionnelle en rapport avec le domaine de compétences en entreprise ou en freelance.  


Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
En contrat d’apprentissage X

3 personnes : 1 président votant, membre du certificateur (par défaut le représentant du certificateur) et 2 professionnels externes, soient 66,7% de membres extérieurs au certificateur.  

Par expérience X

3 personnes : 1 président votant, membre du certificateur (par défaut le représentant du certificateur) et 2 professionnels externes, soenit 66,7% de membres extérieurs au Certificateur. 

En contrat de professionnalisation X

3 personnes : 1 président votant, membre du certificateur (par défaut le représentant du certificateur) et 2 professionnels externes, soient 66,7% de membres extérieurs au certificateur. 

Après un parcours de formation continue X

3 personnes : 1 président votant, membre du certificateur (par défaut le représentant du certificateur) et 2 professionnels externes, soient 66,7% de membres extérieurs au certificateur. 

Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

3 personnes : 1 président votant, membre du certificateur (par défaut le représentant du certificateur) et 2 professionnels externes, soient 66,7% de membres extérieurs au certificateur.

Par candidature individuelle X -
Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
08/02/2018

Arrêté du 31 janvier 2018 publié au Journal Officiel du 08 février 2018 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles. Enregistrement pour trois ans, au niveau II, sous l'intitulé "Technicien audiovisuel multitechnique" avec effet au 31 octobre 2012, jusqu'au 08 février 2021.

Date de décision 01-07-2022
Durée de l'enregistrement en années 3
Date d'échéance de l'enregistrement 01-07-2025
Statistiques :
Année d'obtention de la certification Nombre de certifiés Nombre de certifiés à la suite d’un parcours vae Taux d'insertion global à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 6 mois (en %) Taux d'insertion dans le métier visé à 2 ans (en %)
2019 46 1 87 79 76
2018 22 0 100 77 65
2017 21 0 88 81 76
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Liste partielle des organismes préparant à la certification :
Nom légal Rôle
INSTIT DEVELOP ENSEIGNE MEDIT FORMATION Habilitation pour former et organiser l’évaluation
Certification(s) antérieure(s) :
N° de la fiche Intitulé de la certification remplacée
RNCP29816 RNCP29816 - Technicien audiovisuel multitechnique
Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation :

Référentiel d’activité, de compétences et d’évaluation
Ouvre un nouvel onglet Ouvre un site externe Ouvre un site externe dans un nouvel onglet